28/01/2015

Ces Israéliens qui refusent de servir dans l’armée

Ils sont congédiés, les réservistes qui ont exprimé leurs critiques par rapport à l’occupation militaire israélienne dans les territoires occupés palestiniens. C’était en septembre que ces soldats de l’unité d’élite 8200 ont écrit une lettre pour refuser de servir dans l’armée israélienne. Ils mentionnaient, parmi d’autres motifs, la punition collective des habitants de Gaza pour expliquer leur décision. Les 43 hommes et femmes ont appris, le 26 janvier 2015, par les medias, que le commandant de l’unité 8200, le Brigadier Général Ehud Schneerson, les avait congédiés. Mairav Zonszein, journaliste qui écrit en anglais pour + 972 mag, cite la lettre dans laquelle ces ex-militaires des renseignements israéliens réagissent à la nouvelle. Ils soulignent que « la dure réalité » ne disparaîtra pas en les renvoyant.

armée israélienne, unité 8200, Gaza, service militaire, racisme, violence, lettre, Israel Arts and Sciences Academy, écoles israéliennes, Israël, occupation, territoires occupés palestiniens
La base de l’unité 8200 en Israël central (photo par David Bachar)

Dans une autre lettre adressée aux étudiants du prestigieux lycée Israel Arts and Sciences Academy (IASA) à Jérusalem le 28 décembre 2014, soixante anciens élèves et enseignants de l’école n’ont pas seulement affiché leur intention de refuser le service militaire mais aussi encouragé le refus de la part des jeunes de leur école. Encore une fois, « le … massacre à Gaza, une horreur commise en notre nom contre presque deux millions de personnes – dont la moitié des enfants et des adolescents » est cité comme raison de la prise de position du groupe. Abby Martin de la télévision Russia Today (RT) à Washington, D.C. a interviewé un des signataires de la lettre, Amit Gilutz. Gilutz plaide pour un changement de pédagogie dans les écoles israéliennes. Il maintient que les écoles en Israël servent à endoctriner avant d’éduquer.

armée israélienne, unité 8200, Gaza, service militaire, racisme, violence, lettre, Israel Arts and Sciences Academy, écoles israéliennes, Israël, occupation, territoires occupés palestiniens
Une soldate-enseignante dans une classe pendant la guerre au Liban de 2006 (photo par l’Education and Youth Corps de l’armée israélienne)

Compositeur et activiste, Gilutz explique que les signataires de la lettre s’inquiètent d’une violence et d’un racisme croissants dans leur société. Les femmes et les hommes « Palestiniens et Juifs » qui signent la lettre prônent la résistance au service militaire comme moyen de pression pour changer l’orientation militaire que les enfants israéliens reçoivent déjà au jardin d’enfants. Ils risquent la prison pour action illégale.

Nos remerciements à Ali Abunimah d’Electronic Intifada qui a décrit le contexte de cette lettre et l’entretien de Russia Today (en anglais).

22/01/2015

« Gaza 2014 »

Le journal israélien Haaretz annonce la publication, le 20 janvier, d'un premier rapport intitulé « Gaza 2014 » de Physicians for Human Rights (Médecins pour les droits humains) - Israël (PHR-IL) sur les événements de l’Opération Bordure de Protection l’été passé. L’EPER (Entraide Protestante Suisse) est parmi les multiples organisations internationales à avoir soutenu les démarches de huit experts chevronnés mandatés, dont un suisse, pour cette mission médicale indépendante. Les membres de la délégation ont visité la bande de Gaza trois fois – une fois pendant les combats et deux après – entre le 19 août et le 12 novembre 2014. Ce sont les seules personnes autorisées par les autorités israéliennes à conduire des investigations pendant le conflit. Le rapport, en anglais, comporte 237 pages. J’en résume quelques points importants ici. 

Gaza, Physicians for Human Rights, Israël, EPER, bande de Gaza, opération bordure de protection, sécurité, civils, droit international humanitaire, Al Mezan, attaques, santé, bombardements, frappes, armée israélienne, Khuza'a, Union européenne, ONU, Etats-Unis, rapport
Shijahiya toujours dévasté, 12 octobre 2014 (AP)

Lire la suite

13/01/2015

Larmes de joie !

Vous rappelez-vous du petit musicien qui joue de la cithare (qanoun), Mahmoud Kohail ? Il émerveillait sa famille et son professeur de musique à l’âge de 8 ans déjà, c’était en mai 2010. Le voilà il y a deux jours, sur scène, dans l’émission « Arabs Got Talent » de la chaîne de télévision MBC, à Beyrouth. Mahmoud à la cithare, un jeune de 18 ans à l’oud (luth), une jeune fille flûtiste et un percussionniste au tabla accompagnaient un jeune chanteur devant un public ravi. Tous les cinq de « L’orchestre oriental » (Al Takht Al Sharq) sont étudiants au Conservatoire national de musique Edouard Saïd (ESNCM) de Gaza, soutenu par la fondation genevoise Les instruments de la paix.

Derrière la scène, les adultes qui se sont énormément investis pour les garçons sont emportés d’émotion par l’enthousiasme de la salle ! Soudain, un des jurés appuye sur « le bouton doré », qui signifie que le groupe sera admis d’office en demi-finale du concours. Mahmoud joue sans pouvoir retenir ses larmes de joie ! La troupe a dû se présenter quatre fois au passage de Rafah, resté fermé, avant de pouvoir quitter Gaza par l’Egypte. Le site algérien du Huffington Post publie la vidéo de leur périple présentée à l’émission du samedi 11 janvier 2014 juste avant que le groupe n’enchaine leur numéro - à voir ici : 

Gaza, Arabs Got Talent, Beyrouth, Rafah, chanteur, musiciens, Conservatoire national de musique Edouard Saïd, ESNCM, Les instruments de la paix, Genève, MBC, cithare, concours

(Avec tous mes remerciements à Eva Bartlett : c’est elle qui a écrit dans son blog et publié les vidéos de Mahmoud qui joue de la cithare en 2010. C’est encore elle qui a signalé, le 11 janvier 2015, la participation du jeune groupe de Gaza à ce concours qui a commencé le 20 décembre 2014.)

30/12/2014

Leurs amis les oiseaux

Pourquoi Fadil Mohammad Halawah a-t-il risqué sa vie en chassant des oiseaux le 23 novembre 2014 ? Un soldat israélien a jugé qu’il était trop près de la barrière dans la zone tampon et lui a tiré dessus, dans le dos, le tuant. À l’affut des oiseaux vivants, Halawah n’était pas armé : certains oiseaux se vendent à des prix d’or sur les marchés de Gaza. Journaliste Rasha Abou Jalal explique comment le chômage a rendu la capture des oiseaux lucrative et tentante. Son article, paru dans Al Monitor, est en anglais. Je le traduis ici.

Lire la suite

28/12/2014

C’est vraiment le moment

Le 26 décembre 2014, l’éditorial du journal israélien Haaretz cite l’augmentation du nombre de jeunes de Gaza qui risquent leur vie à la recherche d’un travail et une vie meilleure de l’autre côté de la frontière en Israël. L’après-midi même, Ma’an News signale l’arrestation de deux jeunes palestiniens sur qui l’armée israélienne a tiré au nord de la bande de Gaza puisqu’ils se sont approchés de la barrière avec « l’intention de traverser la frontière ». Un des deux a été blessé aux jambes, les deux étaient amenés pour être interrogés. Cet incident apparemment mineur cache une situation générale insupportable. Selon Haaretz, il y a une augmentation de 25% des tentatives de ce genre depuis septembre. L’éditorial d’Haaretz, en anglais, l’explique en peu de mots que nous traduisons ici.

 haaretz, jeunes, Gaza, armée israélienne, barrière, travail, frontière, Israël, blocus, bande de Gaza, guerre, désespoir, emploi,, aide humanitaire, eau, électricité, reconstruction, libre circulation, Palestiniens, fermeture, mer, terre, air, économie, sécurité
La barrière entre Gaza et Israël (photo par Ilan Assayag)
 

Lire la suite

26/12/2014

Si vous voulez savoir

L’article de Sara Helm, paru dans l’édition de l’hebdomadaire Newsweek du 19 décembre 2014, explore la vie des Palestiniens de Gaza qu’elle a pu observer pendant un séjour d’une semaine. Plusieurs personnes demandent, en ligne, pourquoi Newsweek a décidé de ne pas inclure l’article dans son édition destinée aux lecteurs des Etats-Unis. À méditer après lecture de l’article. Il est en anglais J’en traduis ici une petite partie…

Gaza, Newsweek, guerre, Rafah, Egypte, Israël, Erez, Cisjordanie, drone, paix, maisons, bombe, tués, frontière
Couverture de l’édition de Newsweek du 19 décembre 2014

Lire la suite

12:08 Publié dans Connaissance du Monde | Tags : gaza, newsweek, guerre, rafah, egypte, israël, erez, cisjordanie, drone, paix, maisons, bombe, tués, frontière | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

24/12/2014

Le temps de l’espoir

Dans le musée « Zeitfalten » de Bruno Glaus à Uznach, Saint-Gall, se trouve une exposition de Noël inédite.

Saint-Gall, Mohammad Assaf, Gaza, Jésus, Bethléem, Khaled Hourani, Zeitfalten, crèche, bergers, Syrie, Noël. Handhala, Naji el-AliLa sainte famille par Georg Wick

Mohammad Assaf, le chanteur de Gaza qui a enchanté le monde en juin, se produit face au petit Jésus né à Bethléem en hommage à l’espoir que sa venue amène au monde. 

Saint-Gall, Mohammad Assaf, Gaza, Jésus, Bethléem, Khaled Hourani, Zeitfalten, crèche, bergers, Syrie, Noël. Handhala, Naji el-Ali
Mohammad Assaf par Khaled Hourani 2014

C’est le sens que j’ai tiré d’une visite à l’exposition « Der Superstar und die drei Königinnen » (Le superstar et les trois rois ») aujourd’hui (23 décembre 2014).

Saint-Gall, Mohammad Assaf, Gaza, Jésus, Bethléem, Khaled Hourani, Zeitfalten, crèche, bergers, Syrie, Noël. Handhala, Naji el-Ali
Annonce de l’exposition ZEITFALTEN, Obergasse 12, 8730 Uznach, Bruno@glaus.com

L’installation est le résultat d’une collaboration entre Bruno Glaus et Georg Wick, créateur de la crèche. Heiner Thiel a conçu le plateau de la scène sur laquelle chante Mohammad Assaf (la création de Khaled Hourani, auteur de cent figurines dont celle de Uznach est le numéro 1). L’architecte Kurt Gisler a imaginé la route actuelle qui mène à Bethléem. Georg Wick est également responsable pour le groupe de bergers avec le berger « punk » qui nous rappelle le Handhala du dessinateur Naji el-Ali.

Saint-Gall, Mohammad Assaf, Gaza, Jésus, Bethléem, Khaled Hourani, Zeitfalten, crèche, bergers, Syrie, Noël. Handhala, Naji el-Ali
Des bergers du passé et du temps très actuel par Georg Wick

En allemand, on pouvait lire un texte du poète Mahmoud Darwich à côté d’un souvenir du temps de Noël de Julia Meier-Glaus en suisse allemand de la région. Les trois mages, représentés par trois robes traditionnelles de la Syrie, de Gaza et de Bethléem, veillaient sur tout ce petit monde. Les robes sont un prêt de Brigitte et Martin Schön de Rapperswil de l’exposition Widad Kawar.

saint-gall,mohammad assaf,gaza,jésus,bethléem,khaled hourani,zeitfalten,crèche,bergers,syrie,noël. handhala,naji el-ali
Livre de l’exposition des costumes de Widad Kamel Kawar

M. Glaus marie les évènements autour de la naissance du Christ dans le passé avec la situation actuelle – un grand défi réalisé avec finesse. Le message est universel : joie, beauté et espérance. Le public est invité à une dernière visite le 26 décembre à 13h: 12 Obergasse dans la charmante vieille ville d'Uznach (Saint-Gall).

21/12/2014

Une goutte de compassion dans une mer d’indifférence

Un hiver éprouvant est à craindre pour les sans-abris de Gaza. Il y a deux mois au Caire, le Qatar a promis un milliard, l’Arabie Saoudite 500 millions et l’Union européenne 780 millions de dollars pour la reconstruction. Mais seulement 2% de l’argent promis est arrivé. Les coffres de l’UNRWA, l’agence onusienne pour les réfugiés palestiniens, seront bientôt vides selon son directeur Robert Turner. En janvier, il n’y aura plus d’argent pour assister des Palestiniens dans des abris de fortune ni pour la réparation des maisons détruites lors des hostilités de l’été passé.

Gaza, UNRWA, argent, Union européenne, reconstruction, sans-abris, blocus, maisons, bombardements israéliennes, jeunes familles Qatar, Arabie Saoudite
Tout ce que lui reste : une cage à oiseaux et un ballon, ville dévastée de Rafah, 4 août 2014 (photo AFP Mahmud Hams)

L’UNRWA a annoncé cette semaine que le nombre d’habitations endommagées ou détruites s’avère deux fois plus important que la première estimation. Au total 96'000 maisons ont été détruites ou endommagées. Sept milles maisons ont été complètement détruites, ce qui veut dire que 10'000 familles ont perdu leur maison. De plus, les maisons de 10'000 familles ont subi de graves dommages. Enfin, les maisons de 79'000 autres familles ont souffert de dommages moins graves. Mahmoud Baher, le responsable de l’OMS pour Gaza, interviewé hier par Al Jazeera anglais, décrit une situation désespérante : la réparation des plus de 60 bâtiments médicaux bombardés n’a pas pu commencer.

Dans ce contexte, certains jeunes de Gaza ne restent pas les bras croisés. Un article de Mondoweiss raconte leur engagement. Je le traduis ici.

Gaza, UNRWA, argent, Union européenne, reconstruction, sans-abris, blocus, maisons, bombardements israéliennes, jeunes familles Qatar, Arabie Saoudite
Les jeunes mettent leurs mains à la pâte. (photo PICYR)

Lire la suite

18/12/2014

Jeunes et branchés !

Le potentiel d’Internet comme source de nouvelles idées et comme moyen de communication est bien connu du journaliste Patrick Kingsley. Il a reçu le prix du meilleur jeune journaliste britannique en 2013. Kingsley a découvert des jeunes Gazaouis du même âge qui ont imaginé comment faire des affaires sans quitter la bande de Gaza. Son article récent sur des startups bourgeonnant à Gaza est rédigé en anglais. Je le traduis et le résume ici.

Gaza, bande de Gaza, jeunes, Uber, application, taxis, femmes, startup, Wasselni, blocus, entrepreneur, Mercy Corps, Gaza Sky Geeks
Patrick Kingsley

Lire la suite

10/12/2014

Si proche et pourtant si loin

Un jeune de 20 ans de Gaza vit depuis l’âge de 12 ans sous le blocus. Dès l’âge de 14 ans, il a survécu à trois attaques majeures de l’armée israélienne avec toutes ses conséquences. Son monde est étriqué et fermé. L’éducation a toujours tenu une place de première importance pour les familles palestiniennes et surtout dans la situation de Gaza aujourd’hui. Les études, et surtout les études supérieures, ouvrent l’esprit à un monde auquel les jeunes n’ont pas d’accès sauf par la télévision ou par Internet.

Les jeunes savent que les adultes très âgés de Gaza ont étudié avec les Anglais à Jérusalem. Ils envient les adultes en-dessus de 40 ans ayant étudié en Cisjordanie, aux universités de Birzeit, Naplouse et Bethléem, où ils ont perfectionné leur anglais. Beaucoup de personnes de cette génération ont étudié également aux Etats-Unis, en Russie, au Caire et dans bien d’autres pays. Les francophones ont appris le français en Algérie et en France. Tout ceci est du passé. Pour la plupart des jeunes de Gaza, la possibilité de poursuivre leurs études à l’extérieur est minime et d’autant plus enviée. Un article en anglais du Monitor nous raconte la situation de 1'500 étudiants bloqués actuellement à Gaza avec des bourses et des visas qui ne leur servent à rien. Je le traduis ici. 

Gaza, blocus, armée israélienne, éducation, jeunes, étudiants, bourses, visas, fermetrue, Rafah, Erez, université, droit d'étudier, manifestation, libre circulation, Israël, Cisjordanie
Les jeunes de Gaza aspirent à la liberté :
Parkour dans des maisons détruites par l’armée israélienne cet été à Khan Younis, 4 novembre 2014 (photo par Ashfar Amra / APA images)

Lire la suite