10/05/2007

Soirée Palestine à Meyrin

 

Il paraît que Rafah était ouvert hier.  Les artistes doivent être en route vers Genève, mais il n’y a pas d’avion avant aujourd’hui ! Aux dernières nouvelles le vernissage à la librairie L’Oliver aura lieu le 15 mai dans le cadre de la table ronde « autour de la création artistique et de l'identité palestinienne » avec Taysir Batniji, Eliane Beytrison et Olivier Coret, (Modération: Elisabeth Chardon ( http://www.arabooks.ch/expo-gaza.htm ).

 

Une date qui ne risque pas de changer est celle de ce vendredi 11 mai, la soirée annuelle de l’Association Meyrin-Palestine au Forum Meyrin ( www.forumeyrin.ch ). Cette association a vu le jour en 2002 grâce à l’initiative de deux suisses d’origine tunisienne. Elle réunit six citoyens – enseignants, bibliothécaire, commerçant et technicien – qui ont été interpellés par la condition particulièrement difficile des enfants et des femmes de Gaza. En effet, la moitié de la population de Gaza est âgée de moins de 14 ans, et beaucoup d’écoles doivent accueillir deux volées d’élèves, une le matin et une autre l’après-midi. La taille moyenne d’une classe au niveau primaire est de 50 élèves.

L’association Meyrin-Palestine ( www.urgencepalestine.ch/actitives/projetgaza.htlm ) est née de l’idée de se rendre sur place pour écouter les besoins des gens, chose impossible sans parler arabe. Ridha Ben Boubaker et Jalel Matri ont fait le pont entre L’Association pour le développement de la femme palestinienne à Gaza et la ville de Meyrin, ensuite la ville de Genève, et encore six communes genevoises. Le rêve de créer pour leur partenaire gazaoui un centre culturel et scolaire pour femmes et enfants prend forme depuis bientôt trois ans. (photos travaux) La seule condition imposée par le partenaire suisse : que le centre soit au service du plus grand nombre possible de personnes.  Il est en conséquence érigé en plein milieu de la bande de Gaza, à l’intersection de trois camps de réfugiés, El Bureij, Nusseirat et Al Maghazi. Grâce aux dons genevois, un jardin d’enfants accueille des petits, et des colonies de vacances ont été organisées sur place pendant deux étés successifs.

 

Les enfants (Photos Jabr)


Il faut dire qu'il est rare que ce genre d’activité puisse être géré par des palestiniens pour des palestiniens, Ce sont d’habitude des organisations non-gouvernementales (ONG) étrangères ou des organisations internationales qui ont les moyens d’offrir de telles activités.  Au niveau local, il existe bien des petits lieux de quartier appelés « centres éducatifs ». On y donne des cours d’alphabétisations et de rattrapage scolaire, mais rien n'y est offert pour des loisirs ou pour apprendre de nouveaux savoir-faire. Les femmes qui ouvrent et gèrent ces centres sont bien conscientes des besoins de leur société, mais il leur manque les moyens nécessaires pour acheter du matériel tel qu'ordinateurs ou machines à coudre.

L’importance du centre soutenu par l’Association Meyrin-Palestine est inestimable. Maints enfants vivent entre la maison et l’école, entre la télévision et les cours, ou encore entre la maison et le travail, sans occasion de retrouver des amis de leur âge dans une ambiance chaleureuse. Il en est de même pour les femmes, prises entre travail et corvées, sans l’occasion de respirer et de s'entretenir avec leurs pareilles a un niveau qui sorte du train-train journalier. Elles ont souvent encore à leur charge une personne âgée ou un membre handicapé de la famille. Pour tous ces déshérités, le centre offre du travail, de l’expérience pédagogique, un lieu de rencontre en dehors de tout contexte politique, de la joie et de l’espoir pour des gens qui seraient autrement sans aucun endroit convivial pour apprendre et se détendre de façon constructive.

Le futur centre genevois-gazaoui est la raison d’être de la fête qui aura lieu à Meyrin ce vendredi soir 11 mai. Le projet a déjà coûté 250’000 francs, et il en manque encore 60’000 pour mener le tout à bien.

La construction du centre culturel sera à l’intersection des 3 camps de réfugiés
Al Maghaziwww.un.org/unrwa/refugees/gaza/maghazi.html )  et
Al Noussairatwww.un.org/unrwa/refugees/gaza/nuseirat.html ),
dans la Bande de Gaza en Palestine.
125 000 personnes vivent dans ces 3 camps dont 90 000 enfants.

 

 

Progrès dans la construction (Photos Jabr)

Les donateurs suisses et leurs partenaires ici à Gaza voudraient que ce centre soit un exemple pour d’autres initiatives du même genre. Vous pouvez contribuer à la réalisation de ce petit îlot de bien-être en profitant des délicieux plats palestiniens, de la belle musique et d’une ambiance fort amicale à partir de 19h30 vendredi au Forum Meyrin.  Comme on dit à Gaza, soyez les bienvenus !


 
   

18:50 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

SUPER kisses and hugues

Écrit par : ridha | 10/05/2007

Les palestiniens ont des moeurs pour le moins bizarres. Si on regarde objectivement la façon dont ils respectent les "trèves" internes, l'usage de la terreur qu'ils revendiquent pour leur combat et l'antisémitisme permanent de leur propagande interne on peut avoir quelques inquiétudes sur la capacité à faire un jour la paix avec leur voisin.

Écrit par : pat | 14/05/2007

J'exprime mes mercis et appréciation sincère à toutes les suisses et bonne solidarité avec les palestiniens en tous les secteurs économiques et sociaux et remercie également nos sincères le centre de Merren Palestine de Ba de leur exigé et l'aide financière pour finir le grand projet est unique dans Tal central dans la bande de Gaza vous remercient à tous membres du Merren central Reza Ben Bubacar * de Jalal Matri et de hymne de louange de mère

Écrit par : yosef ammar | 15/07/2007

Les commentaires sont fermés.