11/06/2007

Ramiz

Il s'appelle Ramiz, il a 23 ans, et il est en train de terminer ses examens finaux à l'université. Ici a Gaza, il aide sa tante à son école de langues, là où j'apprends l'arabe.

Ramiz 

 

Ramiz - photo Carol

 

Il faisait très chaud, il y a deux nuits, alors il a décidé de dormir dans la véranda. Ça lui a peut-être sauvé la vie. Et il s'est couché juste à temps. Il n'avait pas entendu les deux hélicoptères Apaches qui survolaient le petit immeuble où sa famille, sa tante et ses enfants et sa grand-maman dormaient. Leur maison est en face d'une immeuble où se trouve un bureau du Jihad Islamique. Plus tôt dans la journée, deux soldats israéliens ont été tués à Rafah par quelqu'un de ce groupe.

Dans le monde, après minuit, les bureaux sont en principe fermés.  Le bureau du Jihad Islamique était lui aussi désert. Mais les hélicoptères ont tiré chacun un missile sur le bureau, mettant en danger les vies de toutes les familles voisines, y compris celle de mon jeune ami. Est-ce que l'armée israélienne tient compte du fait qu'une position horizontale donne plus de chances de survie lors d’un tel bombardement ?

Cela fait des années que je lis des articles sur ce genre d'attaque israélienne dans des quartiers résidentiels, mais il fallait que cela arrive à des gens qui m'avaient ouvert leurs portes pour que je comprenne mieux la situation.

 

Welcome 

 

Welcome - Photo Carol

 

 

Toutes les photos du monde ne peuvent pas montrer la détresse de gens innocents qui se réveillent couverts de débris de verres et de métal. Un vieux voisin a été transporté à l'hôpital. Ramiz et un de ses frères ont eu de petites blessures multiples, mais ils se considèrent comme chanceux. Leur immeuble a déjà été dévasté de la même manière il y a deux ans."Ceci est notre vie" dit Ramiz.

 

 Fenêtre cassée

 

 

 

 

Autre fenêtre cassée

 

 

 

 

Lit et débris

 

Photos Carol

Il n'existe aucune prise en charge par des assurances pour les fenêtres soufflées ou les portes endommagées. Ces frappes israéliennes constituent une punition collective: elles sont totalement interdites par le droit international, comme dit le Centre palestinien des droits de l'homme à Gaza dans ses rapports accablants, semaine après semaine. (www.pchr.gaza.org)

Deaf Association 

 

Deaf Parents Association – photos Carol

 

La sœur de Ramiz, Karama, a dix huit ans. Elle est en première année de l'université, et elle a aussi des examens en ce moment. Normalement, c'est une jolie jeune fille pleine d'énergie. Elle est née au début de la première intifada. Elle m'a confié que chaque jour de sa vie, elle se dit "demain sera un meilleur jour." Elle aime danser et écouter la musique des Back Street Boys. Hier, son visage était éteint. Elle m'a dit, "C'est la première fois dans ma vie que je me dis que, peut-être, demain ne sera pas mieux."

Ramiz parle anglais à la perfection et apprend l'hébreu en dehors de ses études commerciales. Je lui ai demandé hier s'il voulait toujours apprendre l'hébreu. Mais oui, il a répondu. Je lui ai demandé pourquoi. "Pour comprendre ce qui se passe dans leurs têtes," m'a-t-il dit.

Il y a plein de jeunes comme Ramiz à Gaza. Ils veulent voir leur Palestine sur la carte, comme promis tant de fois par les institutions internationales. Ils dédaignent la violence. Ils savent bien que cela n'amènent nulle part. Ces jeunes veulent contribuer à la prospérité de leur région dans une coexistence constructive avec le voisin israélien. Je prie que le monde les écoute !

20:00 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bonjour Carol, merci pour ces infos. Question: c'est qui Deaf Association?
kisses and huges, Ridha

Écrit par : ridha | 16/06/2007

Les commentaires sont fermés.