02/02/2008

Gaza : justice israélienne ou droit international ?

Nous revenons à l’article de Rami Almeghari du 20 janvier : « Destin de Gaza entre les mains de la justice israélienne ». Mercredi 30 janvier, après une délibération de trois mois, la Cour Suprême israélienne a rejeté la pétition de six organisations non-gouvernementales israéliennes et cinq organisations palestiniennes contre des coupures d’électricité et de carburant dans la bande de Gaza. Ces coupures, qui ont commencé en octobre 2007, concernent l’essence, le gaz-oil et le diesel industriel. L’hiver gazaoui est, à plusieurs titres, exceptionnel.


                      

La dernière audition de la Cour s’est déroulé dimanche 27 janvier sans les témoignages prévus des autorités de la centrale électrique de Gaza, qui ont été empêchées par les militaires israéliens d’assister à l’audience. La cour avait pourtant garanti leur droit d’y assister, selon GISHA (http://www.gisha.org). Témoignant à leur place, un représentant de l’armée israélienne a argumenté que les nouvelles coupures prévues à partir du 7 février n’incommoderont en rien les résidents de Gaza.

Cour Suprême israélienne

Cour Suprême israélienne


 

En ce moment, la bande de Gaza manque déjà de 20% de la quantité minimale d’électricité nécessaire. Depuis l’appel des Médecins pour les Droits Humains (voir blog du 10 janvier), il y a eu encore 28 morts: des personnes auxquelles on a refusé la  permission de quitter Gaza en vue de soins en Cisjordanie ou en Israël par le passage d’Erez. (Selon IMEMC (http://www.imemc.org), on dénombre 90 morts de ce genre depuis juin 2007.)


  

Grâce à l’ouverture du mur au sud, les gazaouis ont pu vivre quelques jours de liberté. Des grand parents venus d’Egypte ou retrouvés là-bas ont pu voir leurs petits enfants – bien moins petits qu’à leur dernière rencontre. Des parents ont pu embrasser leurs filles et leurs fils. Ceux qui avaient de l’argent ont pu acheter des vivres en anticipant la décision de la cour à Jérusalem. La cour a tranché pour une suite sans fin du siège de Gaza où, en ce début de mois de février, l’avenir est sombre.


 

 

20:58 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

A peine la frontiere entre-ouverte, voila a nouveau des attentats-suicide en Israel. Pour garantir une certaine objectivite, il est immoral de distinguer entre la soufrance des uns et des autres.

Écrit par : UnPeuD'Objectivite | 04/02/2008

Les commentaires sont fermés.