11/03/2008

Rêves d’un meilleur avenir pour Gaza

La parole est à Fida Qishta, journaliste et éducatrice de la petite enfance dont l’article original se trouve sur http://electronicintifada.net/. Fida a 25 ans.

Les autorités israéliennes ont annoncé le 3 mars que leur opération militaire dans la bande de Gaza est terminée, mais les attaques vont continuer, et nous craignons qu’Israël planifie toujours une invasion majeure.  Le 29 février, Matan Vilnai, député ministre de la défense, a averti que les palestiniens allaient subir un « plus grand holocauste ».

Entre le 27 février et le 2 mars, l’armée israélienne a tué environ 110 palestiniens de Gaza, dont presque la moitié sont des civils, et le quart des enfants. Ce sont les statistiques du Centre palestinien des Droits Humains de Gaza. Des centaines de personnes ont été blessées. Les palestiniens ont tué deux soldats israéliens et un civil israélien.

Ce qui se passe à Gaza nuit à tous les gazouis, pas seulement au Hamas. Avant cette attaque, la bande de Gaza et ses 1,5 million d’habitants ressemblait déjà à une prison sous siège.  Les approvisionnements de nourriture, de médicaments, de carburants, d’eau propre et d’électricité diminuaient et la pauvreté augmentait. Bien nombreuses sont les familles qui ne mangent qu’un repas par jour. L’électricité manque entre 6 à 12 heures par jour.

Le 1er mars, j’étais chez moi avec ma famille dans la ville de Rafah à l’extrême sud de la bande de Gaza. Nous regardions la télé pour voir ce qui se passait au nord. Vers 10 heures du soir, on a soudainement entendu le son des avions de combat M-16 israéliens. « Quelque chose va arriver, » j’ai dit à ma maman. Le bruit des avions devenait plus fort. Puis, il y a eu une explosion assourdissante de roquettes.

Ma sœur courait en criant, « C’est tout près d’ici. »  Ma maman s’est coupé la main en essayant de se protéger la tête du verre qui tombait. Beaucoup de nos fenêtres se sont brisées.

Nous sommes sortis dans la rue puisqu’il n’y avait plus d’électricité. Mon père a dit que nous étions plus en sécurité dehors. Là, au moins nous pouvions voir d’où venaient les missiles et où aller.

Quatre missiles se sont abattues sur la mosquée à 150 mètres de distance. Six civils ont été tués, trente blessés. Une des victimes était mon cousin Samer. Il avait 30 ans. Il était policier pour l’Autorité Palestinien du Fatah, marié, père d’une petite fille.

Les dernières attaques israéliennes ont débuté le 27 février, lorsque Israël a assassiné cinq combattants palestiniens à Gaza. En retour, les combattants palestiniens ont tiré des roquettes sur Israël, tuant un enseignant israélien de Sderot. Israël a tiré encore des missiles et ont commencé l’invasion.

Certains palestiniens pensent que tirer des roquettes sur Israël est le seul moyen de répondre aux attaques israéliennes répétées qui ont tué tant de civils et d’enfants, le seul moyen de protester de manière forte. Israël a assiégé Gaza après que le Hamas a gagné les élections palestiniennes en janvier 2006. En 2006 et 2007, 823 habitants de Gaza sont morts, selon l’organisation des droits humains israélienne B’Tselem. Le Hamas a proposé un cessez-le-feu à plusieurs reprises, mais le gouvernement israélien a rejeté ses offres. Des roquettes de Gaza ont tué quatorze israéliens depuis 2000.

Apparemment, le monde est au courant que les israéliens de Sderot ont peur des roquettes de Gaza, mais on ne voit pas ce que fait l’armée israélienne. J’ai parfois le sentiment que les gens de Gaza vivent dans un monde à part.

L’armée israélienne a détruit notre maison familiale par bulldozer en 2004. [Lire « Lumière à travers le Mur » du 31 janvier 2008 : http://www.apartheidmasked.org ]

En 2006. ils ont bombardé une maison à 40 mètres de chez nous. Le soir du samedi, ils auraient pu frapper notre maison. Je lutte avec toutes mes forces pour écarter la haine de mon cœur, mais j’ai peur quelquefois de ne plus pouvoir résister. J’espère que je peux continuer à gagner dans cette lutte contre moi-même.

La violence et la mort donnent naissance à la violence et la mort. L’espoir donne le jour à l’espoir. En dépit de tout, les enfants de Rafah me racontent qu’ils espèrent jouer, s’amuser, voyager et rencontrer des enfants d’Egypte. Ce sont les rêves de ces enfants qui me redonnent du courage. 

Fida Qishta  est la fondatrice et le responsable du Life Makers Center, qui desservit 70 enfants entre 6 et 18 ans à Rafah. [ http://www.lifemakerscenter.net/ ]  

379171496.jpg

 

 1587988367.jpg

Fête au jardin d'enfants, Bureij, Gaza (photos Carol)

 

 

                                              

23:56 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

"Les palestiniens ont tué deux soldats israéliens et un civil israélien."

Quel ne fût mon étonnement à la lecture de cette phrase, dans un océan de mots, à la gloire des palestiniens...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 30/05/2008

Les commentaires sont fermés.