27/10/2008

Les tunnels de Gaza

Le contrôle total imposé par l’Etat d’Israël sur la bande de Gaza – son air, sa terre et sa mer – fait que l’espace sous-terre est devenu le seul endroit de liberté de mouvement, selon Eyal Weizman dans son dernier livre « Hollow Land ». Dans ces lieux dangereux, où le radar israélien ne peut pénétrer, un commerce hautement risqué s’active. Rami Almeghari, journaliste de Gaza, est l’auteur de l’article suivant, dont l’original en anglais se trouve sur
http://electronicintifada.net/v2/article9912.shtml .

 

Le commerce florissant des tunnels de Gaza

Depuis que le blocus de Gaza a commencé il y a plus de seize mois, les résidents palestiniens de cette petite bande côtière dépendent de la contrebande pour subvenir à leur besoins élémentaires. Un rapport récent des Nations Unis raconte que le marché local ne pourrait exister sans ce commerce des tunnels ou « commerce de la mort » qui a déjà coûté la vie de 40 personnes. On les appelle « les fossoyeurs » - ces quelques trois milliers d’hommes qui gagnent leur vie en creusant des tunnels. Dans ces tunnels, ils transportent des biens essentiels de provenance égyptienne: de la nourriture, du gaz pour faire la cuisine, du pétrole, du bétail et même des appareils électriques.  

081024-gaza-tunnels.jpg

photo : Iyad Albaba

Les tunnels se trouvent tous alignés le long de la route Philadelphia sur la frontière entre l’Egypte et Gaza. De la marchandise produite en Egypte ou importée d’Egypte remplit les marchés de Gaza en ce moment. Ceci est surtout vrai des souks de Rafah, au sud de la bande de Gaza, où le commerce des tunnels se concentre.

« Je suis content que j’ai au moins quelque chose à vendre plutôt que rien, mais je ne suis pas fier de moi-même comme commerçant en ayant besoin de vendre de la marchandise de contrebande. Les prix sont assez élevés tandis que le pouvoir d’achat des gens est vraiment minimal. Pouvez-vous imaginer, vous êtes obligés d’acheter des vêtements venant de la contrebande pour vos enfants ! Ce sont l’Amérique, Israël et certains [pays] arabes qui ont forcé un peuple entier à vivre de la contrebande, » explique Abu Jamal, 43 ans, vendeur des appareils électriques.  

… Abu Nasser, un travailleur dans les tunnels, partage l’avis d’Abu Jamal : « Malgré le siège israélienne de Gaza, nous arrivons à subvenir ainsi à nos besoins. Nous pouvons au moins faire du pain et faire la cuisine, en dépit des prix élevés. » Pendant qu’il charge un camion de bouteilles de gaz devant la tente de son tunnel, Abu Jamal explique : « Tous les jours, nous transportons entre 300 à 400 bouteilles de gaz depuis les territoires égyptiennes …. Chaque bouteille coûte malheureusement $100, mais c’est mieux que ne pas en avoir du tout. »

Abu Hassan est encore en train de construire son tunnel a lui, un travail qui dure entre 3 et 4 mois. On utilise une machine qui évacue le sable, formant un trou de 21 mètres de profondeur. Père de sept enfants, Abu Hassan explique que « ce qui m’a poussé à travailler dans ces tunnels est le fait que depuis ces derniers 16 mois, j’ai été au chômage. Comment pouvoir nourrir ma famille ? Je sais que c’est un travail risqué, mais quoi faire ? Je n’ai pas d’autre solution. »

Satellite.jpg

photo - Jerusalem Post

Ces derniers mois, des dizaines de travailleurs des tunnels sont morts, soit pendant qu’ils creusaient, soit parce que les autorités égyptiennes ont fait s’effondrer certains des tunnels. Malgré cela, le commerce va bon train, stimulée par le blocus israélien.

Abu Mohammed, un résident de Khan Younis, a travaillé comme entrepreneur de tunnel depuis huis ans. L’été dernier, son frère et son neveu ont été tués pendant qu’ils creusaient un tunnel. «Suite à la mort la mort de mon frère Helmi et mon neveu, je me sens tellement déprimé, même malade. Mais si j’arrête de travailler, dites-moi, comment est-ce que ces gens pourraient vivre ? Il y a beaucoup de gens au chômage et croyez-moi, si vous venez ici dans l’après-midi, vous allez voir combien cherchent du travail en creusant! »

Récemment, le gouvernement du Hamas de Gaza a imposé des règles et des restrictions  nouvelles sur le commerce des tunnels pour éviter plus de morts et pour empêcher l’importation de drogues et d’autres substances prohibés. Cependant, le gouvernement de Hamas assiégé ne peut pas garantir une fin au commerce des tunnels sans que le blocus israélien ne s’arrête.

« Le siège répressif de Gaza a motivé le peuple palestinien résistant d’imaginer un moyen créatif de s’assurer un gagne-pain. Nous essayons d’organiser un mouvement sur la frontière avec l’Egypte, par exemple en établissant des lignes de conduites quant au commerce et le type de biens qui sont admis dans la bande. Selon moi, cette situation exceptionnelle n’existera plus si le blocus israélien vient à sa fin, » dit Ehab al-Ghosain, porte-parole du Ministère de l’Intérieur.

Israël a commencé le siège après que le Hamas a saisi le pouvoir à Gaza dans le contexte de sa lutte avec le Fatah, le parti du Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas. Selon l’Etat juif, les tunnels de Gaza servent à la contrebande d’armes depuis l’Egypte à des groupes de résistance palestiniens basés à Gaza. Israël voudrait que l’Egypte ferme les tunnels. En juin, l’Egypte a agi en tant que négociateur d’une trêve entre Israël et les factions palestiniennes. Selon ses accords, Israël était censé lever le blocus sur Gaza petit à petit. Il ne l’a pas fait. L’ONU a appelé à rouvrir les passages officiels entre Gaza et Israël, y compris le passage de Rafah dans le sud de la bande de Gaza. C’est l’Egypte qui garde ce passage fermé depuis juin 2007. …

 

21:17 Publié dans Connaissance du Monde | Tags : tunnels, gaza, blocus israélien | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.