11/01/2009

Hamas à la recherche d’un intermédiaire de confiance

Dr Yousef Ahmed a vécu vingt ans aux Etats-Unis, où il a obtenu un doctorat en économie. Il est un des conseillers du premier ministre Ismail Haniyeh. Son plaidoyer éloquent pour une trêve de longue durée, paru dans le New York Times le 1er novembre 2006, n’a malheureusement pas eu de suite politique. L’association française La Paix Maintenant, qui soutient le mouvement israélien du même nom, a publié la traduction de cet article (http://www.lapaixmaintenant.org/article1432).  Dr Ahmed est revenu à la charge le 8 janvier 2009 dans un article publié sur Ma’an News. En voici un extrait. L’article se trouve en totalité en anglais sur http://www.maannews.net/en/index.php?opr=ShowDetails&....

081026-ahmed-yousef.jpg

Dr Yousef Ahmed au travail (photo Rami Almeghari octobre 2008) (http://electronicintifada.net/v2/article9917.shtml )

« En fait, nous accueillons positivement la proposition de cessez-le-feu »

(…)  le Hamas accueille l’initiative égyptienne-française pour finir ce bain de sang.

Nous reconnaissons qu’il contient beaucoup d’éléments positifs; pourtant, il y a quelques éléments qui demandent une réflexion supplémentaire. Nous désirons un cessez-le-feu immédiat pour mettre fin aux souffrances causées par la violence actuelle et le blocus économique. A cette fin, il nous faut un intermédiaire de confiance que peut garantir qu’Israël respectera les conditions de cet accord de cessez-le-feu.

Nous avons déjà proposé une trêve à long terme à la condition que les israéliens montrent leur bonne volonté de se retirer de tous les territoires occupés suite aux incursions de 1967, comme l’exige le droit international.

Nous nous engageons d’arrêter les hostilités pourvu qu’Israël fasse preuve de bonne foi en arrêtant ses attaques incessantes sur notre peuple et qu’elle lève le blocus économique qui a paralysé notre vie économique et sociale pendant les trois dernières années.

Pour une paix durable, il faudrait considérer d’autres questions encore : le retrait de l’armée israélienne de la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est ; le démantèlement de toutes les colonies israéliennes derrière les lignes du 4 juin 1967 ; et la reconnaissance du droit des palestiniens à retourner chez eux et à déterminer leur futur eux-mêmes.

Le Hamas est d’accord de travailler avec le gouvernement palestinien élu et la communauté internationale pour contribuer à la stabilité de la région et pour redonner espoir à notre peuple.

Malgré cela, étant donné la pluie de bombes et les tanks autour de nos maisons, nous affirmons que le peuple palestinien a le droit d’agir selon la Résolution 2649 de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Cette résolution était votée par la communauté internationale. Elle ‘affirme la légitimité de la lutte que mènent les peuples assujettis à une domination coloniale et étrangère et auxquels on a reconnu le droit à disposer d’eux-mêmes pour recouvrir ce droit par tous les moyens dont ils disposent.’ »  

 

13:22 Publié dans Conditions pour la paix | Tags : gaza, hamas, cessez-le-feu, blocus, onu | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.