24/01/2009

Pourquoi Gaza ?

« L’ampleur de la cruauté, l’absence de honte ou de retenue sont frappantes …  »

[lrb.co.uk]

 

Les témoignages recueillis cette semaine après ces trois semaines d’attaques israéliennes sur Gaza sont pénibles à lire et entendre [Al-Jazeera en anglais]). Nous apprenons des meurtres gratuits d’enfants par des soldats qui s’en amusent et des actes ignobles qui sont certainement contraires au droit international et aux droits de l’homme. Mais ce sont surtout des actes qui nous semblent irréels, il semble inconcevable qu’un être humain  agisse ainsi envers un autre être humain qui ne présente aucune menace. A moins que son existence même soit une menace ? Un auteur israélien nous dénonce la vraie politique de son pays envers la Palestine et envers Gaza. Son article date du 15 janvier, un des pires jours de ces attaques.


« Nous en étions déjà là. C’est un rituel. Tous les deux ou trois ans, notre armée organise une nouvelle opération sanguinaire. L’ennemi est toujours plus petit, plus faible ; nos forces armées sont toujours plus grandes, toujours plus sophistiquées, préparées pour la guerre totale contre une armée hypothétiquement comparable. Mais l’Iran fait trop peur et même le Hezbollah, de taille relativement petite, nous a causé des problèmes. Alors, il reste les palestiniens.

 

Israël est engagée dans une guerre de longue haleine contre la société palestinienne. L’objectif est de détruire la nation palestinienne en les faisant régresser en groupes primitifs, en tribus, en clans, en enclaves. Ceci est la dernière étape de la mission coloniale sioniste qui culmine avec ses enclavements inaccessibles, ses camps, ses villages, ses secteurs, tous emmurés ou entourés des clôtures, patrouillés par une armée puissante. Cette armée, sans véritable objectif militaire, n’est qu’une force de police sur-équipée, disposant de F-16, d’hélicoptères Apache, de tanks, d’artillerie, d’unités de commando et de surveillance hautement technologique.

 

L’ampleur de la cruauté, l’absence de honte ou de retenue sont frappantes, dans une perspective anthropologique aussi bien que d’un point de vue historique. Le soutien des juifs partout dans le monde pour cette offensive criminelle fait réfléchir : est-ce que les valeurs du sionisme primes sur celles du peuple juif ?

 

La vraie question est la suivante : depuis 1991, et particulièrement depuis les Accords d’Oslo en 1993, Israël fait comme si elle cédait de la terre en échange de la paix. La vérité est tout autre : Israël n’a pas cédé les territoires, elle les a transformés en enclaves pour y imposer un blocus. La nouvelle stratégie est de confiner les palestiniens : ils n’ont pas à occuper notre espace, on ne doit pas les voir, entassés dans leurs enclaves, dans leurs camps, gonflant nos prisons. Aujourd’hui, la majorité de la presse israélienne et des intellectuels israéliens soutiennent ce projet d’Etat.

israel-palestine_map.jpg

Nous sommes les maîtres. Nous pouvons travailler et voyager. Eux peuvent gagner leur vie en assurant l’ordre de leur propre peuple. Nous roulons sur nos autoroutes. Eux doivent vivre entre les collines. Les collines sont à nous. Les barrières aussi. Nous contrôlons les routes et les checkpoints et les frontières. Nous contrôlons leur électricité, leur lait, leur huile, leur blé et leur essence. S’il protestent de façon non-violente, nous les bombardons avec du gaz lacrymogène, nous tirons des balles réelles. S’ils envoient une roquette, nous détruisons une maison et ses habitants. S’ils tirent un missile, nous pulvérisons des familles, des quartiers entiers, des rues et des villes.

 

Israël ne veut pas d’un état palestinien à ses côtés. La preuve, des centaines de morts [1310 selon Free Gaza ndlt] et des milliers d’handicapés à vie dans une seule « opération ». Notre message est toujours le même : partir ou rester, soumis, sous notre dictature militaire. Nous sommes une démocratie. Nous avons décidé de façon unilatérale que vous allez mener une vie de chien.

 

Le 27 décembre, juste avant que les bombes aient commencé à tomber sur Gaza, les partis sionistes, du Meretz au Yisrael Beitinu, se sont prononcées à l’unanimité en faveur des frappes. Comme d’habitude – cela fait partie du rituel – il y a eu des différends quant à l’envoi de couvertures et de médicaments à Gaza. Ari Shavit, notre journaliste le plus guerrier, a proposé qu’Israël continue ses attaques en construisant un hôpital pour les victimes. L’ennemi est blessé, saigne, meure, a désespérément besoin d’aide. Personne ne répond à l’appel à moins qu’Obama agisse. Oui, nous attendons tous Godot. Cette fois-ci, peut-être viendra-t-il. »

 

 

Yitshak Laor est né en Israël en 1948. Il est poète, écrivain et journaliste, habite Tel Aviv et est l’éditeur de Mita’am.

14:57 Publié dans Conditions pour la paix | Tags : gaza, israël, démocratie, armée | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

"Mohammed Abed Rabbo ne comprend pas cette hargne à tout détruire. "Que les Israéliens reçoivent des (tirs de roquettes) Qassam, je le reconnais. Mais ils doivent se poser la question de savoir pourquoi. Ils font semblant d'ignorer que nous sommes soumis à un blocus. La seule solution est que les deux peuples vivent ensemble sur la même terre. Les Israéliens doivent reconnaître nos droits.""

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2009/01/21/ruines-pleurs-et-deuil-dans-gaza-devastee_1144629_3218.html

Salopards de fascistes qui ont ciblé des populations civiles!
Ces criminels doivent être jugés au même titre que les assassins de l'ex-Yougoslavie et du Rwanda.

Écrit par : Johann | 24/01/2009

ce qui est honteux c'est le cynisme affiché par certains hommes politiques

Écrit par : salim | 24/01/2009

En séjour au Sénégal, je découvre le magazine "Jeune Afrique"du 18 au 24 janvier. Un article de Patrick Seale rapportent différentes citations allant dans votre sens. Je cite : " Mais la plus sévère critique émise par un Israëlien est venue du professeur Ilan Pappé, auteur du "Nettoyage ethnique de la Palestine (paru en 2006)", compte-rendu effroyable de la façon dont Israël terrorisa, asassina et expulsa les Palestiniens en 1947-1948. I.P. écrit que le sionisme est une idéologie qui s'accommode du nettoyage ethnique, de l'occupation et des meurtres de masse. Ce qu'il faut aujourd'hui, ce n'est pas seulement condamner les massacres actuels mais aussi délégitimer cette idéologie.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 25/01/2009

Les commentaires sont fermés.