01/02/2009

Un mur en sang rempli de fléchettes

C’est le titre d’un rapport pour Amnesty International écrit par son envoyée à Gaza, Donatella Rovera, le 27 janvier. L’évidence de l’usage d’armes illégales selon le droit international à Gaza s’accumule. Il est maintenant confirmé que l’armée israélienne a fait usage non seulement de phosphore blanc (voir le blog du 13 janvier « Les nouvelles bombes d’Israël … ») mais aussi des bombes à fléchettes, des armes antipersonnel semblables aux bombes à fragmentation.

gaza-fletchette.jpg

Une fléchette enfoncée dans un mur, village bédouin, Gaza, 26 janvier (photo : Amnesty International)


 « Les media ont largement attiré l’attention du monde sur l’utilisation du phosphore blanc par l’armée israélienne dans des zones à forte densité de population civile de Gaza. En fait, les forces israéliennes ont utilisé toute une variété d’armes autres que le phosphore blanc dans leur assaut contre des immeubles et des maisons habitées par des civils durant le conflit dans la bande de Gaza qui a commencé le 27 décembre et continué pendant trois semaines.

Parmi ces armes qui contreviennent au droit international humanitaire on compte les bombes à fléchettes – des pièces en métal longues de 4 cm, avec une pointe aiguisée et 4 ailettes arrières, empaquetées dans des obus mesurant 120 mm. Ce sont d’habitude des tanks qui tirent ce genre de bombe. Elles explosent en l’air, éparpillant quelques 5'000 à 8'000 fléchettes dans un rayon de forme conique qui mesure environ 300 mètres de large et 100 mètres de long.

Cette arme antipersonnel est destiné a pénétrer dans une végétation dense pour frapper un grand nombre de soldats ennemis. Les fléchettes sont à éviter à tout prix dans des endroits où habitent des civils en grand nombre.

L’armée israélienne a utilisé des fléchettes périodiquement à Gaza depuis des années. Dans la plupart des cas rapportés, ce sont des civils qui ont été tués ou blessés. Le dernier cas en date était en avril 2008, lorsque des soldats israéliens ont tiré une obus à fléchettes sur le cameraman Fadel Shana pendant qu’il filmait, le tuant. Il filmait le tank qui a lâché l’obus: on voit l’arrivée de l’obus juste avant qu’il explose sur lui. D’autres civils, y compris des enfants, étaient tués et blessés dans ce tir.

 Gaza-Vehicule-Reuters-16avril2008-1.jpg

photo interet-general.info

L’armée israélienne a conclu après une investigation ultérieure que l’action de ses troupes était justifiée – quoique le contenu du film de l’incident montre indubitablement que Fadel Shana et les autres victimes ne posaient aucune menace, ni aux soldats dans le tank lorsqu’ils ont tiré l’obus, ni à personne d’autre.

Nous avons été alerté de l’utilisation des fléchettes dans le conflit il y a dix jours, lorsque le père d’une des victimes nous a montré une fléchette enlevée du corps de son fils. Après cela, nous nous sommes rendus dans un village bédouin au nord de la bande de Gaza. Là, nous avons vu plusieurs fléchettes enfoncées dans les murs des maisons. Leurs habitants nous ont dit qu’il y en avait partout dans la rue après l’attaque. Aujourd’hui, nous avons trouvé de nouvelles preuves concrètes de leur utilisation dans deux autres villages.

Au village d’Izbet Beit Hanoun, au sud-ouest de la ville de Beit Hanoun, plusieurs obus de fléchettes ont été tiré dans la rue principale, tuant deux personnes et blessant plusieurs autres le matin du 5 janvier. Wafa’ Nabil Abu Jarad, enceinte, âgée de 21 ans, mère d’un enfant de deux ans, était l’une des victimes.

Selon son mari et sa belle-mère, la famille venait juste de déjeuner et buvait du thé au soleil à l’extérieur de la maison. Wafa’ et son mari étaient au coin de la maison lorsqu’ils ont entendu un bruit suivi par des hurlements. Ils se sont retournés pour rentrer dans la maison mais, au moment même, des fléchettes ont frappé Wafa’ et plusieurs autres de la famille.

Wafa’ est morte sur le coup. Son petit, qui était à l’intérieur de la maison, a été frappé par une fléchette qui s’est enfoncée dans son genou. Le mari de Wafa’, Mohamed Khalil Abu Jarad, et son père ont subi des blessures au dos et à d’autres parties du corps. Un des engins qui a blessé Mohamed est encore enfoui dans son dos, près de l’épine dorsale. Il nous en a montré la radiographie. Les docteurs ont peur de l’enlever, parce qu’il pourrait rester paralysé à vie.

Au bout de la même rue, nous avons rendu visite à la famille Abd-al-Dayem, dont le fils Islam Jaber,16 ans, a été frappé le même jour par une fléchette dans le cou. Admis aux soins intensifs, il est mort trois jours plus tard. Son frère Mizar a subi des blessures dans la même attaque : il a encore une fléchette enfoncée dans le dos. Nous avons trouvé des fléchettes dans les murs de ces maisons et plusieurs maisons avoisinantes. Ces petits engins sont expulsés par l’explosion de l’obus avec une telle force que parfois on ne voit que les ailettes qui se détachent des surfaces des murs.

Au village d’al-Mughraqa, à trois kilomètres au sud de la ville de Gaza, nous avons trouvé des douzaines de maisons détruites ou endommagées par les bombes et les obus israéliens. La plupart des habitants se sont enfuis lors de l’invasion terrestre, qui a commencé le 3 janvier. Mais quelques-uns sont restés, avec des conséquences tragiques.

Atta Hassan Aref Azzam avait peur que sa maison soit détruite si on l’abandonnait. Il a donc décidé de rester. Toute la famille se tenait à l’abri dans la maison pendant que les obus et les tirs pleuvaient autour d’eux, ne sortant que pour chercher de l’eau.

A 8h30 le 7 janvier, un obus a frappé la salle où Atta Azzam et deux de ses enfants – Mohammed, 13 ans, et Hassan, 2 ans et demi – étaient assis, les tuant tous les trois. Les six personnes qui restaient de la famille se sont sauvées dans l’école la plus proche. En examinant le mur plein de sang à côté de l’endroit où les trois victimes étaient assises, nous avons vu qu’il étaient rempli de fléchettes. »

Des commentaires à ce rapport, publié sous forme de blog, rappellent que l’Etat d’Israël a signé la Quatrième Convention de Genève, qui a le but de protéger des civils dans des conflits armés, le 8 décembre 1949. Israël a encore ratifié la Convention le 6 juillet 1951. Un total de 194 pays ont adhéré à la Quatrième Convention de Genève.

Commentaires

Vous êtes pitoyable avec votre propagande pro-islamistes!

Écrit par : Vito | 01/02/2009

Vito: Il est bien plus facile de regarder Carol de haut et de parler de propagande pro-islamiste que de ressentir dans votre chair ce que des corps vivent et éprouvent en recevant ces fléchettes.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 01/02/2009

AI faisant de la propagande pro-islamiste, il faut avoir un esprit dérangé pour arriver à une telle conclusion.

Écrit par : Johann | 01/02/2009

Vos commentaires sont justes. Israel a utilisé ces armes Faites aux Etats Unis. Ces bombes sont destinées à détruire des réservoirs, etc sans les faire exploser et risquer la vie des gens. L'utilisation qui en est faite est inadéquate.

Je constate malheureusement que ce que vous avez présenté est qualifié de pro islamiste...d'autre fois peut être pro israelien. Si l'on considère le conflit sur plusieurs décennies, les deux partis ont été victimes de crapules qui ont joué sur la peur, les antipathies pour alimenter le conflit. Les agressions de part et d'autre ne font que perpétuer cet état. Un peu comme les vendettas.

Si graduellement, la population palestienne arrive à avoir des conditions de vie normales, que l'éducation de la population augmente, que les échanges avec les voisins en Israel s'accentuent, les agresseurs de part et d'autre vont finir par être rangés à l'écart, hors d'état de nuire.

Il semble que malheureusement selon l'information publiée sur Global Research et autres sites d'opinion, une grande cargaison de missiles etc soit partie des USA pour Israel en janvier. Il est anticipé que cette fois ce sera le Liban qui va y goûter. On parle ici de 3 fois le volume d'armes expédiées en septembre en vue de l'attaque de la fin décembre.

N'Oublions pas les gâchis sur le continent africain, au Sri Lanka qui ne sont guère plus reluisants.

Bonne journée à tous

Écrit par : Yves | 03/02/2009

Et les bombes humaines comptent combien de clous pour déchiqueter le plus d'Israéliens?
Carol Scheller est connue pour être une propagandiste pro-islamistes et anti-israélienne. S'investir autant dans la désinformation ne peut être que le fait d'une antisémite!

Écrit par : Patoucha | 30/03/2009

Les commentaires sont fermés.