12/05/2009

Maison en boue : l’ingéniosité écologique au milieu des décombres

Une canadienne vivant à Gaza tient un blog riche en informations, photos et vidéos.
Voir
http://ingaza.wordpress.com pour exercer votre anglais tout en apprenant la vie actuelle à Gaza.

 

 

« Les palestiniens reconstruisent avec de la boue

 

par Eva Bartlett 7 May 2009 à Rafah, au sud de la bande de Gaza

 

 

 clay homes.jpg

homme devant sa maison construite en boue, Rafah, Hatem Omar (Maan Images)


Jihad al-Shaar est ravi de sa maison construite en briques de boue dans le district de Moraj, au sud de la bande de Gaza. Sa maison de 80 mètres carrés, sur un seul niveau, comprend deux chambres à coucher, une cuisine, une salle de bains et un living, presque entièrement fabriqués de boue et de paille.

 

‘Ma femme, nos quatre filles et moi, nous habitions chez des parents, mais nous étions trop nombreux, c’était impossible. … Nous avons attendu plus de deux ans pour recevoir du ciment, mais le siège a empêché son importation. On ne pouvait pas attendre éternellement.’

 

Alors, Jihad al-Shaar a décidé de bâtir sa maison avec de la boue.

 

 

Il a trouvé son inspiration dans ses voyages en Asie et autour du Moyen Orient : ‘J’ai voyagé en Bangladesh, en Inde, au Yémen et en Turquie … partout on trouve la même technique de construction des maisons en terre. Tout ce dont on a besoin est de l’argile, du sable et un peu de paille.’ Il les mélange avec de l’eau et rempli des moules en forme de brique avec ce mélange. Après trois jours au soleil pour sécher, les briques sont prêtes pour construire une belle maison.

 

Certains résidents de Gaza parlent avec honte de comment la vie a « régressé » à cause du siège – les voitures roulent avec l’huile de cuisine, on doit cuire avec le feu de bois, et les chevaux et les ânes sont fréquemment mis à l’épreuve comme moyen de transport. Shaar, au contraire, est fier de sa maison en briques de boue.

 

‘Elle retient la chaleur en hiver, et elle va être fraîche en été. Il n’y a pas de problème de fuite, et elle durera toute notre vie,’ dit il. ‘Et puis, la construction nous a coûté peu. Une maison de cette taille en ciment aurait coûté environ 16'000 $ au moins. Nous avons déboursé seulement 3'000 $.’

 

Avant le siège qui met Gaza à genoux depuis deux ans, le ciment s’achetait à 20 shekels (environ 5 $) le sac. Mais le ciment est maintenant banni, et le peu qui arrive par les tunnels sous la frontière avec l’Egypte coûte dix fois plus cher.

 

Les 3'000 $ de la famille Shaar étaient dépensés pour les barres à béton  et des flocons de paille mélangé avec la boue comme renforcement. Le prix des barres métalliques, qui coûtaient un peu plus que 1'000 shekels la tonne autrefois, a quadruplé. La paille se trouve facilement, mais le siège l’a rendu précieuse comme aliment pour bétail, ce qui a augmenté son prix. Pour transporter de l’argile et du sable, qui se trouve partout à Gaza, il faut aussi payer.

 

paille.jpg

 

 

flocons de paille et boue

 

Nidal Eid, âgé de 35 ans, a sept enfants et loue une maison dans la région de Rafah depuis que l’armée israélienne a rasé sa maison, il y a quatre ans. Selon ses calculs, sa nouvelle maison sera finie dans deux semaines pour un coût de 4'000 $.

 

‘Ca va être fantastique,’ dit Eid, tout en rajoutant du mortier de boue et de nouvelles briques au mur déjà construit qui arrive à la hauteur de sa taille. « Nous arrivons à faire environ 1'000 briques en trois jours.’

 

Video_Clay.jpg

 

 

Vidéo

Ils sont six pour bâtir. ‘Je n’en pouvais plus d’attendre la fin du siège. J’ai une famille, et nous avons besoin d’une maison, alors je construis avec ce que je peux. Tout est difficile à Gaza, mais on doit trouver des moyens pour en sortir.’

 

Une visite de la maison Shaar nous fait découvrir toutes sortes de touches personnelles : il y a des étagères incorporées pour poser des lanternes à gaz, des plats, ou des vases décoratifs. Le lit fait de briques en terre rend un sommier supplémentaire inutile. L’épaisseur des murs (35 cm) garantit une fraîcheur surprenante à l’intérieur de la maison, et les fenêtres sont en bois, on les garde ouvertes avec des supports pour permettre la circulation de l’air.

 

clay_bed.jpg
window.jpg

 

 

lit, fenêtre (voir le blog Bartlett pour plus de photos de ces détails : http://ingaza.wordpress.com )

 

L’idée fait des siens. Selon Yousef al-Mansi, ministre des Travaux publiques et du logement, son Ministère va construire une école, une mosquée et une clinique avec les décombres des bâtiments bombardés.

 

La base de données de l’ONU (Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires – OCHA) pour les passages à la frontière de Gaza montre que seulement deux camions qui transportaient du matériel pour la construction ont été admis à Gaza depuis le 19 janvier 2009. L’assaut israélien sur la bande de Gaza a pris fin le 18 janvier.

 

Des bailleurs de fonds internationaux ont promis 4,5 milliards de dollars pour la reconstruction, mais jusqu’à ce jour, Israël a interdit l’entrée aux matériaux requis. Pendant l’opération de l’armée israélienne, 5'000 maisons et 20'000 bâtiments ont été détruits.

 

‘Depuis que j’ai construit ma maison, j’ai reçu beaucoup de coups de fils de gens, surtout à Rafah, qui veulent refaire leurs maisons avec cette technique,’ dit Shaar. ‘Des familles entières vivent sous tente. Pourquoi ne pas bâtir une maison comme la mienne ? Grâce au siège, nous avons découvert une nouvelle manière de vivre.’ »

23:06 Publié dans Connaissance du Monde | Tags : gaza, siège, reconstruction, briques, boue | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.