26/06/2009

La pierre angulaire des pourparlers pour la paix en Palestine/Israël

Le Conseil de Sécurité de l’ONU a été informé le 23 juin de la situation catastrophique dans la bande de Gaza. Robert Serry, dans un article sur Ma’an News du 24 juin, rappelle les risques d’ignorer l’isolement orchestré de Gaza [voir le blog du 18 juin]. L’original en anglais se trouve sur http://www.maannews.net/en/index.php?opr=ShowDetails&... .  


« La crise à Gaza prétérite le processus de paix

 

14914_200x150.jpg

  

passage de marchandise de Karm Abu Salem (Kerem Shalom), (Hatem Omar/Maan Images)

 

La crise entretenue à Gaza risque de miner les efforts pour faire avancer la paix dans des pourparlers entre représentants palestiniens et israéliens. C’est le message du Coordinateur Spécial des Nations Unies pour le Processus de Paix au Moyen Orient Robert Serry au Conseil de Sécurité de l’ONU mardi passé.

 

Serry informait les membres du Conseil de la situation dans la région en anticipation de la réunion du Quartet international (des représentants de l’ONU, des Etats-Unis, l’Union européenne et la Russie), qui a comme mandat l’avancement du processus de paix. 

 

‘La crise non-résolue à Gaza a des répercussions négatives sur les progrès dans le processus de paix. La crise fait des ravages dans l’édifice sociale de la vie civile à Gaza,’ dit Serry.

 

Aujourd’hui à Trieste, à l’ordre du jour du Quartet on trouvait Gaza qui a récemment subi une offensive israélienne dévastatrice. Dans une réunion au Caire ce mercredi, les ministres des affaires étrangères des pays arabes ont discuté du même sujet.

 

‘Nous avons besoin de gouvernements israéliens et palestiniens acquis tous deux à une solution comportant deux Etats, établie dans des négociations pacifiques, sur tous les points sensibles  … et résolus à changer la dynamique à Gaza,’ déclare Serry.

 

Il fait également remarquer une baisse « impressionnante et bienvenue » dans la violence pendant ce mois-ci, avec des efforts d’empêcher des livraisons d’armes à Gaza.

 

‘Les conditions de vie de la population civile posent de graves problèmes,’ dit Serry, surtout en ce qui concerne les restrictions israéliennes sur les importations.

 

‘La quantité et le type des marchandises autorisées sont extrêmement insuffisantes pour maintenir une activité sociale et économique normale. Ce dernier mois, une moyenne de 70 camions ont eu accès à Gaza par jour, 15 % en moins que la moyenne pour le mois précédant, et ceci comparé à 392 camions par jour pendant le mois de mai 2007, lorsque les importations et les exportations fonctionnaient’ explique Serry au Conseil.  

 

Il est ‘totalement inacceptable’, ajoute-t-il, que tout matériel de reconstruction reste interdit d’entrée à Gaza, alors même que, plus tôt cette année, la population civile entière fut piégée dans une zone de guerre et que les dommages infligés par l’opération militaire israélienne furent massifs.

 

Le mois passé, Maxwell Gaylord, le fonctionnaire onusien en charge des territoires occupés palestiniens, a annoncé que 4'000 foyers ont été détruits et 40'000 endommagés dans l’offensive israélienne, selon le Centre de presse de l’ONU. » 

 

090616-gaza-time.jpg

 

 garçon devant ce qui reste de sa maison (Matthew Cassel, Electronic Intifada)

21:18 Publié dans Conditions pour la paix | Tags : gaza, reconstruction, restrictions, civils, offensive israèlienne | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Je suis un ami d'Israël, mais il ne sert à rien de maintenir les palestiniens dans de conditions pareilles. Quelque soit le contrôle que nous faisons de ce blocus, il est inévitable que les images et les rapports ne jouent pas à notre faveur. On peut sans doute comparer ce blocus au ghetto de Varsovie. N'oublions pas que l'Holocauste a été planifier par quelqu'un de cynique loin des cameras et rapport de l'ONU et autres service indépendants. Et aujourd’hui le monde s’interroge sur la leçon que nous tirons cette épreuve épouvantable.
Nous avons intérêt à cesser ces barbaries car, cette position ne tiendrait pas maintenant longtemps.
Nous avons enregistrer le plus grand progrès jamais réaliser par un peuple sur terre en temps record, nous sommes capable de surprendre encore par notre volonté de faire la paix.
J’espère être entendu.

Écrit par : Richard | 27/06/2009

L'Egypte n'a qu'a ouvrir sa frontière à ses compatriotes, les Gazaouis sont tous égyptiens que je sache ?
Ce n'est pas Israel qui a refusé de rendre Gaza dans les accords de Camp-David, mais bel et bien les Egyptiens, qui insistait sur le retrait israélien du Sinaï, mais refusaient systématiquement de reprendre le contrôle de Gaza !
Gaza à été annexé par Israel en 67 pour des raisons totalement indépendantes de Gaza et souhaitait en 78 voir l'Egpte reprendre possession de ses territoires !
Alors, toujours vouloir mettre Israel comme coupable dénote de certaines paternes, j'osais espérer, quelque peu douteuses.
La loi Egyptienne octroie la nationalité à quiconque nait de l'un des parents nationaux, et à quiconque, qui nait sur le territoire Egyptiens lorsque l'un des parents est un national. Dans ce cas l'ensemble de la population Gazaouis est Egyptienne et pourtant les frontières entre l'Egypte et l'Egypte sont fermée, étonnant non !

Écrit par : Maurice | 27/06/2009

Un vif merci, Carol, de nous livrer toutes ces traductions d'articles anglophones.
Je suis surprise de ne pas trouver des articles aussi percutants et nombreux dans nos medias francophones, comme si notre monde francophones tenait à se tenir délibérément à l'écart du désastre palestinien avec ses drames quotidiens.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 27/06/2009

Les commentaires sont fermés.