19/08/2009

Un Pompier de Gaza en Suisse

Depuis des années, la Foundation Monte Verità à Ascona au Tessin s’occupe des droits humains lors des conflits. Spécialement préoccupée par les souffrances de ceux qui étaient en grande partie des civils lors de l’opération « Plomb durci » en décembre et janvier, la fondation a chargé Gianluca Grossi de tourner une vidéo pour montrer la situation dans la bande de Gaza, deux mois après l’assaut israélien. Pendant le tournage, il a rencontré du personnel médical, des policiers et des pompiers, des travailleurs qui ont tous fait preuve d’un courage exceptionnel dans des situations qui les dépassaient complètement. 

29458_une-gaza-pompiers_1230487576.jpg

  

un pompier au travail pendant les attaques sur Gaza décembre 2008 (Eyad Baba/AP/SJPA)

 

Le 4 avril, 300 personnes ont assisté à la première du film « Gaza : liberi di morire ». Dans l’audience figuraient plusieurs personnalités : Kim Sitzler du Départment fédéral des affaires étrangères, le Père Callisto Caldelari, Nicole Gigon d’Amnesty International, Dr Franco Cavalli et Susanne Sinigalia du Camp hébreu pour la paix. Ils ont entendu un appel spontané d’un public touché par l’histoire d’un jeune pompier de Gaza, et ils ont décidé d’y répondre.

 

Ainsi est né un projet d’aide concrète à un innocent dont la vie a basculé pendant les attaques israéliennes. Le Tessin offre à un pompier gazaoui, actuellement en Suisse, une nouvelle vie grâce à des soins qui seraient irréalistes en ce moment à Gaza. A lire en italien : http://www.monteverita.org/newseventi/news_details.cfm?id=383 . Je vous propose le résumé qui suit.


Hussam Al Deen Shaker Al-Koli, 28 ans, était pompier de la ville de Gaza en janvier 2009. Pendant les attaques, l’armée israélienne annonçait parfois de petites trêves pour que la population puisse se procurer des victuailles. Les pompiers et les ambulanciers profitaient de ces périodes pendant lesquelles les bombardements étaient censés s’arrêter pour porter de l’aide aux blessés ou de lever les morts. Malheureusement, l’armée israélienne ne respectait pas toujours ses propres trêves, et c’est ainsi que Hussam est devenu un handicapé à vie. Hussam était dans une écurie en train d’effectuer des sauvetages. Il portait même le ciré bien visible d’un pompier.

 

1-a-palestinian-fire-fighter-shouts-in-front-of-a-burning-building-following-an-israel-air-strike-in-gaza-strip_130.jpg

  

pompier pendant une opération de sauvetage, 27 décembre 2008 (Reuters)

 

Sans avertissement, un missile s’est abattu sur l’écurie. Gravement blessé, Hussam fut transporté à l’hôpital, où les médecins lui ont immédiatement amputé la jambe droite en essayant, avec succès, de sauver la gauche. Une infection sérieuse suite à l’amputation de sa jambe a valu à Hussam deux opérations supplémentaires.

 

Grâce à La Fondation Monte Verità, Hussam peut maintenant envisager de marcher à nouveau. Après des soins reçus au Tessin, il est en train de suivre une physiothérapie  intensive en vue de la pose d’une prothèse. Il quittera la Suisse pour retrouver les siens mi-septembre, avec l’espoir de trouver une place active parmi eux.

 

Le coût humain des survivants estropiés des attaques israéliennes est très élevé, selon un article d’Eva Bartlett pour l’Electronic Intifada le 11 août. (http://electronicintifada.net/v2/article10704.shtml).

 

Le Comité international de la Croix Rouge (CICR) à Genève et Médecines sans frontières s’occupent du seul centre – surchargé – pour les amputés à Gaza.

  

dsc_0023.jpg

 

au Centre des prothèses et de la polio, ville de Gaza (Emad Badwan)

 

Entre 120 et 150 patients ont dû être amputés – parfois des amputations multiples – depuis l’assaut sur Gaza. En 2008, 63 patients ont reçu 71 prothèses, et le centre a soigné 1'500 personnes. Dans la première moitié de cette année, le centre a traité 1'018 patients, dont 53 ont reçu des prothèses. Selon le Dr Gerd van der Velde du CICR, il y a 146 patients en attente de prothèses, dont 101 étaient blessés en décembre ou janvier. Plus que 50 % des amputations sont sur la partie supérieure de la jambe. Les traitements des moignons sont parfois compliqués car il a fallu enlever des éclats d’obus avant de passer à l’étape de la pose d’une prothèse. Selon le technicien Nabil Farah, le siège imposé par Israël sur la bande de Gaza rend impossible ou très difficile de fabriquer des prothèses sur place.

 

Depuis 2007, le CICR avec l’aide de l’UNWRA (l’agence ONUsien pour les réfugiés palestiniens), Handicap International et Islamic Relief [les deux derniers, à Genève ndlt] fournit la plupart du matériel du centre. Le CICR achète directement chez le fabricant en Allemagne (à l’exception d’une société israélienne qui les vend pour le double du prix normal). Un deuxième centre est maintenant en opération à l’Hôpital Shifa. Le 1er juillet, après des tractations prolongées avec les autorités israéliennes, le CICR a pu envoyer deux palestiniens pour une formation de 18 mois afin d’apprendre la fabrication, la pose et la thérapie des prothèses. Le blocus de Gaza empêche l’arrivée des experts, ce qui fait que le centre fonctionne avec seulement deux personnes qualifiées en matière de prothèses. 

 

dsc_0057.jpg

 

Technicien Nabil Farah adapte une prothèse de jambe.(Emad Badwan)

 

La pénurie de toute sorte de matériel à Gaza limite les possibilités de poser des prothèses.

Lorsque certaines tailles de tissu, des bas ou des pieds manquent, comme c’est le cas en ce moment, il n’y a plus qu’a attendre. La disponibilité du matériel manquant dépend du bon vouloir des autorités israéliennes. Le prix des articles est élevé : 800 $ pour une prothèse en-dessous du genou, le double pour en-dessus. Un bras coûte 1'200 $. 

 

dsc06635.jpg

  

Il faut beaucoup de matériel pour la fabrication d’une prothèse.(Emad Badwan)

 

Le montant de l’aide à Hussam par la Fondation Monte Verità revient à 47'000 CHF. Ceci inclut tous les soins nécessaires et le coût du séjour en Suisse, ainsi que le trajet entre Gaza et le Tessin. Toute contribution serait hautement appréciée.

On peut verser directement sur le compte de la Fondazione Monte Verità

  CH56007641030458CO14C de la banque Banca Stato Bellinzona (CCP 65-433-5) avec la mention « Hussam » ou par un bulletin de versement  (tél. + 41 91 785 40 40, E-mail info@monteverita.org).

19:38 Publié dans Connaissance du Monde | Tags : prothèse, pompier, gaza, blocus, plomb durci, cicr, tessin | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Merci pour ce brillant compte-rendu sur Gaza.

Écrit par : Hani Ramadan | 19/08/2009

Merci d'avoir porté cette action à notre connaissance. Il reste tant à faire que parfois on se décourage. Heureusement que des articles comme le vôtre peuvent faire renaître un peu d'espoir.

Écrit par : NIN.À.MAH | 20/08/2009

Les commentaires sont fermés.