06/09/2009

Rentrée 2009

Cette année, les enfants de Genève et de Gaza ont repris l’école le même jour (pour la rentrée 2008, voir « C’est la rentrée ! » : 24.08.08). Mais la plupart des enfants de Gaza recommencent sans un matériel minium. Plus de la moitié de la population de Gaza a moins de 18 ans. Gaza compte 640 écoles. Les enseignants se trouvent souvent dans des écoles à moitié en ruine à cause des bombardements israéliens de décembre et janvier. Au total, 280 écoles et jardins d’enfants ont subi des dommages moyens ou sévères; dix-huit d’entre elles ont été entièrement détruites: 8 écoles publiques, 2 écoles privées (dont la prestigieuse école américaine) et 8 jardins d’enfants. Dans certains établissements, l’effectif élevé des élèves nécessite une triple rotation. (Pour plus de détails, voir http://reliefweb.int/rw/rwb.nsf/db900SID/LSGZ-7UDDVG?OpenDocument )

Gaza Rafah Abu Refugee camp Sept 09.jpg

Olivier Vallon heureux d’avoir pu amener des sacs d’école à Rafah grâce à l’association Hagar


« Elèves de Gaza sans cahiers à cause du blocus qui continue

 

Ma’an, Gaza, 6 septembre 2009

 

Il y a deux semaines, l’école a démarré à Gaza, mais les écoliers n’ont ni livres et ni crayons. Leur prix dépassent largement le budget de la plupart des parents. Les seules fournitures disponibles à Gaza viennent des tunnels de contrebande à Rafah, à des prix inabordables pour une famille moyenne. Les autorités israéliennes aux passages officiels ont refusé la livraison de papier et de crayons dans la bande de Gaza.

 

Une demande pour des fournitures destinées aux écoles et pour des aliments destinées à la période du Ramadan a rencontré un veto israélien. Selon les commerçants concernés,  toutes ces marchandises sont stockées dans des entrepôts en Israël en attente du feu vert qui permettrait leur transfère. Il y a déjà un mois, l’armée israélienne a donné son accord pour la livraison de 100 à 180 camions chargés de ces fournitures, mais rien ne se passe depuis.

 

Le responsable de la Chambre de Commerce de Gaza, Maher At-Taba s’est excusé des prix exorbitants. La situation découle uniquement de la loi de l’offre et de la demande, selon Taha. A son avis, l’arrivée de plus de fournitures sur le marché ferait tout de suite descendre les prix. 

 

Les commerçants sont dans l’obligation de payer pour entreposer des marchandises lorsque les autorités israéliennes ne leur permettent pas l’importation. Leur prix comprendra le coût de ce séjour quand et si les biens arrivent enfin.

 

Les commerçants désespèrent de ne jamais voir leurs fournitures. Le Ministre d’Education de facto appelle aux Nations Unies et aux organisations internationales de mettre de la pression de toute urgence sur l’Etat d’Israël pour que ces fournitures puissent arriver au bon port. »

 

On peut soutenir le travail de l’association française Hagar par l’intermédiaire de :

 

Monsieur Olivier Vallon

Program Director M.E.A / General Director HAGAR

West Bank / Jerusalem / Gaza

Tel + 972 2 6276686

E.mail: hagar@middleeastaid.com

Website: www.middleeastaid.com

 

22:46 Publié dans Connaissance du Monde | Tags : gaza, blocus, écoles, cahiers, crayons | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.