10/09/2009

Aller-retour Gaza-Paris : le parcours d’un doctorant

Ziad Medoukh avait toutes les peines du monde pour faire valoir la bourse qu’il a reçu du Ministère de l’Education française pour l’année académique 2008-09. (Voir le blog daté du 8.11.08). Professeur à l’Université d’Al-Aqsa, il a commencé l’écriture de sa thèse de doctorat à Gaza en 2006, prévoyant de la soutenir à Paris, mais les évènements l’ont bloqué dans la bande de Gaza jusqu’en mars de cette année. Grâce au consulat français, il a enfin pu rejoindre Paris, où il a rédigé en six mois « Internet et l’enseignement du français en Palestine : défi ou nécessité ? ».

 PICT0002.JPG

 

 Paris 8, St. Denis


Ziad ne s’est pas ménagé ses fins de semaine, se déplaçant dans tous les coins de la France pour témoigner de la situation sous siège israélien à Gaza et pour expliquer sa conception de la résistance non-violente sous occupation, il donne la priorité à l’éducation.

 

image001.jpg

 

 Ziad avec Jean-Marie Muller, Toulouse, juin 2009

 

Il a publié un livre de poèmes intitulé « J’enseigne la paix à Gaza » en juillet, juste avant de faire une halte à la Librairie L’Olivier à Genève.

 

Ziad_08-2009_saleve.jpg

  

Ziad au Salève

 

Le petit recueil partage ses états d’âme si intimement qu’il demande à « une voix douce » de les lire ; il se gêne visiblement pendant la lecture des sentiments trop près de son cœur pour qu’il lise lui-même.

 

Le grand jour de la soutenance de sa thèse est arrivé le 7 septembre.

 

PICT0010.JPG

  

Ziad affichant la notice indiquant la salle de sa thèse

 

La salle D010 était comble : connaissances de longue date, amis rencontré grâce à Internet, comme le président du jury, Jean-Emmanuel Le Bray, de l’Université de Grenoble. Les jurés : Serafin Alava de l’Université de Toulouse 2, Catherine Carlo, Paris 8 et directeur de thèse Pierre Martinez, Paris 8.

 

PICT0045b.jpg

 

 Ziad et une partie du jury

 

Les questions et remarques du jury ont relevé tout le défi que représente les trois fonctions du futur « Centre de ressources francophones » imaginé par Ziad : développement de l’autonomie chez les étudiants, formation (Master à longue distance) d’étudiants et de professeurs, lieu de recherche et d’échanges (notamment par un campus numérique). C’est armé des critiques réalistes des membres du juré que Ziad s’est vu attribué la plus haute mention possible « mention très honorable » .

 

PICT0052.jpg

 

 Ziad tenant sa thèse

 

A la fin du mois, Ziad rentre à Gaza pour retrouver ceux qui n’ont pas pu être présents le 7 septembre, sa femme Ghada, ses quatre fils, ses collègues et ses étudiants. Une douzaine de mes blogs racontent ses dernières années en tant que professeur et responsable de la faculté de français ainsi qu’animateur du Centre de la Paix. Une fois de retour à Gaza, Dr Ziad Medoukh doit entamer un travail de longue haleine qu’il estime indispensable pour l’avenir de l’enseignement à Gaza. Il sait que son action sera difficile à cause du siège israélien. Nos meilleurs vœux l’accompagne.

 

Les photos qui accompagnent cet article sont de Carol.

 

CONTACTS

 

Département de français

Université Al-Aqsa. Gaza.
Palestine. PO Box 4051.

courriel : aqsafrancais@yahoo.fr

 

Dr. Ziad Medoukh

courriel : ziadmedoukh@hotmail.com

 

12:26 Publié dans Conditions pour la paix | Tags : gaza, paris 8, éducation, ziad medoukh, doctorat, français, internet | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.