25/02/2010

« Tirer sur des poissons dans un tonneau »

Deux soldats israéliens, co-fondateurs du Courage to Refuse, qualifient ainsi l’assaut sur Gaza de décembre 2008 et janvier 2009. Le Courage de Refuser est un groupe de réservistes de l’armée israélienne qui refusent le service militaire dans les territoires palestiniens occupés. En novembre 2009, ils ont initié un appel au gouvernement israélien l’invitant à parler au Hamas.

rabin2009-1.jpg

novembre 2009


 « Parlez au Hamas

 

Soldats israéliens, nous baissons les yeux de honte devant les attaques de l’an passé sur la population civile de Gaza. On a besoin de dialogue, pas de guerre. 

 

Arik Diamant et David Zonsheine, lundi 15 février The Guardian

Presque unanimement, les média israéliennes ont marqué l’anniversaire de l’Opération Plomb Durci comme une fête. En Israël, la guerre est généralement considérée comme un triomphe militaire, une victoire de combattants contre un des ennemis le plus redoutable d’Israël – le Hamas.

 Nous, des soldats de combat dans les Forces de Défense israéliennes (acronyme hébraïque : Tsahal), nous avons des doutes sérieux quant à cette conclusion. Pendant l’opération, il n’y avait en fait presque aucun combat avec le Hamas. Aussitôt l’opération engagée, le Hamas s’est réfugié sous-terre.

 

La plus grande partie des pertes humaines étaient infligées aux Palestiniens à distance par des tirs aériens, des tirs d’obus et des tirs des snipers. Une victoire de combattants ?  Plutôt tirer sur des poissons dans un tonneau. L’Opération Plomb Durci consistait essentiellement à bombarder un endroit avec une des densités de population la plus grande au monde, frappant des cibles civiles  - des maisons, des écoles, des mosquées – laissant 1300 morts, la plupart des civils, dont plus de 300 enfants.

 

Les buts de l’opération sont aussi problématiques. L’Opération Plomb Durci était censé mettre fin aux tirs des missiles par le Hamas. Mais cette question était déjà résolue avant le début de l’opération. Il y avait un accord de cessez-le-feu entre le Hamas et Israël en place depuis le 10 juin 2008. Cet accord avait réduit grandement le nombre de missiles tirés depuis Gaza depuis 5 mois : quelques douzaines au lieu des centaines. C’était Israël, qui n’a jamais tenu sa promesse de lever le blocus sur Gaza, qui a rompu le cessez-le-feu en novembre 2008 en attaquant des cibles dans la bande de Gaza et en initiant l’opération Plomb Durci quelques semaines plus tard.

 

Le but réel de cette opération était différent de celui annoncé officiellement par les autorités israéliennes. Le vrai objectif n’était pas d’arrêter les Qassams mais de renverser le gouvernement du Hamas. L’opération n’a pas rempli cet objectif. Le Hamas est plus fort que jamais à Gaza.

 

Une année depuis cette guerre brutale, il faut changer de stratégie. Israël doit entreprendre des pourparlers avec le Hamas immédiatement afin de négocier un cessez-le-feu et surtout réduire leurs différends principaux en vue d’un accord pour mettre fin au conflit. Un dialogue ouvert avec le Hamas est clairement dans l’intérêt d’Israël.

 

Une résolution du conflit doit passer par une discussion avec cet interlocuteur en premier lieu car le Hamas était élu démocratiquement à Gaza et a gagné la confiance et le respect d’une partie importante du peuple palestinien.

 

Deuxièmement, puisque le Hamas a prouvé qu’il pouvait garantir le calme aux citoyens au sud d’Israël. Comme nous l’avons déjà dit, le Hamas contrôle tous les groupes à Gaza et a la capacité d’imposer un cessez-le-feu.

 

Troisièmement, un échange de prisonniers est notre seul espoir pour pouvoir libérer le soldat capturé du Tsahal, Gilad Shalit. En retour, Israël libérera des centaines de prisonniers du Hamas parmi les 8'000 prisonniers palestiniens dans des geôles israéliens. Un tel accord contribuerait à pacifier l’opinion publique en Israël et en Palestine et serait un pas important vers une réconciliation entre les deux peuples.

 

rabin2009-6.jpg

 

  Dialoguer est primordiale.

 

En ce moment, le Hamas est l’ennemi d’Israël, mais justement, la paix se fait entre des ennemis, pas avec des amis. Hamas est un mouvement puissant, pragmatique et bien organisé, il pourrait même devenir un partenaire économique avec Israël.  Refuser la reconnaissance au Hamas comme responsable pour la bande de Gaza est une stratégie qui ne paye pas. Une autre tactique s’impose. Une nation qui recherche sincèrement la paix ne peut pas ignorer ses partenaires. »

 

Ils sont jeunes et francs. Ils vous invitent à discuter avec eux (leurs numéros de téléphones et leurs E-mails se trouvent dans l’article original en anglais).

 

12:07 Publié dans Connaissance du Monde | Tags : gaza, plomb durci, soldats israéliens, courage to refuse, hamas, dialogue | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Oui c'est sûr le Hamas est un mouvement pragmatique ! Que dire de l'utilisation des enfants pour transporter des armes, creusers des tunnels ! Que dire de la tuerie de 2007 lors de la prise de Gaza par le Hamas ou celui-ci à fait tuer des centaines de palestiniens du FATAH ! Prétendre aujourd'hui que ce mouvement intégriste, raciste et mafieux permettrait d'entrevoir une Paix avec israél est une stupidé dont seul, vous avez le secret !

Par ailleurs, même le FATAH se distance et cherche avec l'Etat Hébreu des solutions pour éliminer le HAMAS (assassinat combiné FATAH-Mossad à Dubaï) !

J'aimerais vous entendre sur les manipulation du Hamas, les enfants, les ambulances utilisées pour trsnporter des combattants par exemple ! Le HAMAS n'est pas l'unique représentant des Palestiniens et ce n'est certainement pas ce mouvement qui permettra une paix futur dans la région !

Oui, il y a des gens en Israél qui critique l'opération "Plomb Durcis" à Gaza, et c'est tant mieux, la seule différence c'est qu'en Israél les gens ont le droit de parole, ce qui n'est pas le cas a Gaza !

D'ailleurs on ne parle plus de Gaza en Israel et en Egypte mais du Hamastan!

Écrit par : Liv | 25/02/2010

Excellent! Mille merci pour votre honnêteté et le travail que vous faites!

Zakia

Écrit par : inside | 25/02/2010

Les commentaires sont fermés.