26/02/2010

« Contempler les étoiles »

Un astrophysicien de Gaza apprend les mystères de l’univers aux enfants de Gaza. Suleiman Baraka, employé de la NASA, l’agence spatiale américaine, est de retour à Gaza, où son fils de 11 ans est mort sous les bombes israéliennes le 29 décembre 2008. Voici la traduction de l’article dont original est en anglais, publié sur le site de Ma’an News le 20 février.


 

 

« Le siège israélien ne peut pas empêcher les enfants de Gaza de contempler le ciel, même si des avions de guerre et des missiles l’obscurcissent par moment.

 

Bientôt, des groupes d’enfants vont commencer à apprendre à regarder les étoiles sous la supervision de Suleiman Baraka, natif de Gaza. Jusqu’à récemment, Baraka travaillait pour la NASA. Il va pouvoir éduquer les enfants gazaouis grâce à un télescope importé à Gaza avec l’aide du Consulat français de Jérusalem et du Centre culturel français.

 

Baraka veut intéresser les enfants à l’astronomie pour les aider à dépasser leur peur du ciel comme source de mort qui vient des drones israéliens, des hélicoptères et des avions F-16.  Il s’explique : ‘Lorsqu’on demande à un enfant ici, « Que vois-tu dans le ciel de Gaza ? », il dit qu’il voit des Apaches (hélicoptères) et des F-16 et toutes les causes de mort et de destruction.’

 

Malgré ces peurs, il insiste : ‘ Le ciel de Gaza est magnifique avec toutes ses étoiles et ses galaxies.’

 

9.jpg

 

 

Suleiman Baraka partage sa passion avec des étudiants de l’Université Al-Aqsa, invité par Ziad Medoukh le 18 novembre 2009

 

Baraka a étudié dans diverses universités en France avant de travailler pour la NASA à Virginia Tech aux USA. Il était au travail en Virginie au moment des attaques israéliennes qui ont duré trois semaines en décembre 2008 et janvier 2009.

 

Le troisième jour de l’assaut, son fils Ibrahim, 11 ans, a été tué dans une frappe israélienne qui a détruit la maison familiale des Baraka à Khan Younis. Vingt membres de la famille se sont trouvés sans abri à cause de l’attaque. Baraka a raconté son histoire à la télévision et à la radio de Democracy Now : ‘ J’étais dans mon bureau quand j’ai reçu un téléphone disant qu’il y avait eu une frappe dans mon quartier. Un peu après, on m’a appris que c’était une frappe sur ma maison, mais ensuite, j’ai perdu toute communication pendant dix heures. C’était vraiment extrêmement difficile émotionnellement et psychologiquement… Dix heures plus tard, j’ai appris que mon fils Ibrahim était gravement blessé, et ma mère, modérément blessée : une bombe d’une tonne venait de frapper ma maison.’ Son fils fut transféré à un hôpital égyptien, où il mourut le 5 janvier 2009.

 

Sous le choc, Baraka dit, ‘ Ma maison n’est pas une base militaire. Ibrahim avait 11 ans. Il n’avait aucune raison d’être tué par des bombardiers F-16. Depuis le toit de ma maison, je montrais les étoiles à mes enfants au moyen de mon télescope; ce n’était pas un endroit d’où on tirait des missiles anti-aériens ou des roquettes.’

 

Suleiman_Baraka.jpg

 

 

Suleiman retrouve son plus jeune fils mars 2009 Democracy Now

 

Baraka voulait revenir à Gaza parce qu’il sentait que son pays avait besoin de lui : ‘ Que serait-il passé si j’étais resté à la NASA avec un excellent salaire pour faire de la recherche? Une personne qualifiée doit contribuer à l’endroit d’où elle vient.’

 

De retour à Gaza, Baraka a la tête pleine de projets. Il espère établir un observatoire et des programmes pour étudier l’astronomie dans les universités de Gaza. Il voudrait aussi créer un établissement pour étudier les champs magnétiques. Il a le soutien des amis astronomes internationaux pour faire venir des télescopes à Gaza malgré le blocus.

 

Baraka souhaite que, par l’étude du ciel de Gaza, les enfants palestiniens verront leur imagination stimulée pour voir plus loin que les horizons qui les enferment dans leur petite terre. ‘L’univers est grand, et la terre plus grande que les confins de Beit Hanoun et Rafah. Contempler le ciel à Gaza est un moyen de rompre le blocus sous tous ces aspects éducatifs et politiques dans l’espoir que le futur verra de grands scientifiques palestiniens.’ »

 

09:57 Publié dans Connaissance du Monde | Tags : gaza, astronomie, suleiman baraka, téléscope, ibrahim baraka | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

trés bonne idée

Écrit par : mouchkito | 26/02/2010

Les commentaires sont fermés.