27/03/2010

L’Eau et ses Sources

Depuis des années, Dr Mona El Farra écrit un blog « From Gaza with Love ». Avec le durcissement de la situation, elle s’engage dans un projet pour les enfants de Gaza. L’article original est en anglais. Il est publié sur PalestineChronicle.com et l’Electronic Intifada à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Eau, le 22 mars 2010.


 

« La Journée Mondiale de l’Eau ne peut rien pour étancher la soif croissante à Gaza

 

Docteur Mona El-Farra – Gaza – 23 mars 2010 

images.jpg

Dr Mona Al Farra

 

L’écrivain Toni Morrison écrit, ‘Toute eau a une mémoire parfaite. Elle essaie perpétuellement de remonter à sa source.’ Ce fonctionnement ressemble à celui des réfugiés palestiniens : ils luttent, depuis des décennies, pour le droit de rentrer chez eux. Cette similitude m’est venue à l’esprit pendant une réunion récente de l’Alliance pour les Enfants du Moyen Orient (MECA) et l’Agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (UNRWA). L’UNRWA fournit aide et protection pour les 4,7 millions de réfugiés palestiniens en Cisjordanie, dans la bande de Gaza, en Jordanie, au Liban et en Syrie. Nous au MECA travaillons avec l’UNRWA pour installer des purificateurs d’eau et des unités de désalinisation dans les écoles de Gaza. Dans notre réunion, M. Aidan O’Leary, directeur adjoint des opérations de l’UNRWA à Gaza, a exprimé sa grande satisfaction à propos du Projet MAIA [maia veut dire « eau » en arabe ndlt]. Selon O’Leary, l’accès des écoliers à une eau potable est un besoin prioritaire. M. John Ging, directeur des opérations à Gaza, a aussi exprimé son admiration pour ce projet.

 

Le projet MAIA vise à influer positivement sur la santé des enfants. Il suffit de vivre à Gaza pour comprendre l’importance d’un accès à l’eau potable. L’eau du robinet est d’une mauvaise qualité et contaminée, sale et très salée. Une personne de Gaza consomme 78 litres d’eau par jour, tandis que la moyenne israélienne est de 300 litres … Pour Amnesty International et d’autres organisations internationales Israël est sous observation grandissante pour ses actions qui consiste à ‘ …bloquer l’accès à l’eau aux palestiniens en exerçant un contrôle total sur les ressources d’eau partagées et en poursuivant des politiques discriminatoires.’

 

100325-gaza-water.jpg
Des enfants font la queue pour l'eau potable dans la bande de Gaza. (photo Mohamed Omar/Ma'an News)

 

La situation continue à se détériorer sous l’occupation et le blocus israélien. C’est la population des réfugiés à Gaza qui est le plus touchée par le chômage et la pauvreté. L’UNRWA ne peut plus subvenir aux besoins en eau potable. Un rapport récent explique que les maladies infectieuses dont souffrent les réfugiés palestiniens à Gaza (la diarrhée normale et aiguë, l’hépatite virale) sont en augmentation et sont en rapport direct avec le manque d’accès à l’eau propre et à la mauvaise hygiène. Or, les réfugiés palestiniens à Gaza constituent plus des trois quarts de la population.

 

Nous essayons d’aider les enfants aussi rapidement que possible. Les enfants de Gaza auront la possibilité de boire de l’eau potable d’un goût agréable aussi vite que nous arriverons à faire progresser le projet MAIA. C’est une course contre la montre:  il n’y aura plus d’eau potable à Gaza dans quinze ans selon les Nations Unies.

1269335870water_project_gaza_mhd_majdalawai.jpg

de l’eau pour les écolières (Mohamed Magdalawi)

L’eau, c’est la vie, mais à Gaza, elle peut aussi être source de mort. L’infrastructure de l’eau est décimée suite à de nombreuses attaques militaires dans la bande de Gaza. Dans les 22 jours de l’assaut de l’hiver 2008-09, quelques 800 des 2'000 puits ont été détruits ou rendus hors d’usage. Les dommages à l’infrastructure de l’eau et des eaux usées sont estimés à 5,97 milliards de dollars. Depuis janvier 2009, le Ministère de Santé de Gaza et l’Organisation Mondiale de la Santé publient des avertissements concernant l’eau des robinets, les produits de la mer et la natation.

Nous avons tant envie que notre eau puisse nous revenir. Nous nous retroussons les manches et nous espérons l’arrivée de la pluie, une pluie qui inonde les cœurs et les esprits de ceux qui sont affamés et assoiffés de justice. A Gaza, la soif perdure.

 

Dr Mona El Farra et le MECA vous invitent à signer la pétition pour fournir ‘de l’eau potable aux enfants de Palestine’ et de vous engager dans le Projet MAIA. »

Commentaires

merci d'attirer notre attention sur la pétition à signer de toute urgence afin que la population de Gaza reçoive un apport d'eau correct.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 27/03/2010

Les commentaires sont fermés.