13/04/2010

Poisson d’avril israélien

C’était trop beau pour y croire. Les chaussures et les vêtements tant attendus par les négociants de Gaza sont bien arrivés le 3 et le 6 avril, selon The Guardian, la plupart des livraisons était toutes moisies, bonnes seulement à jeter. Ces nouvelles malheureuses sont confirmées par Ma’an News aujourd’hui. Voici des extraits des articles originaux en anglais.

 

Gaza-blockage-lifted-001.jpg

  

Said Khatib/AFP/Getty Images


« La levée du blocus sur Gaza ne réjouit pas tellement les marchands

 

Israël autorise les vêtements pour la première fois dans trois ans, mais selon les Palestiniens,

ils ont été abîmés lors de leur stockage.

Rory McCarthy dans la ville de Gaza 6 avril 2010

 

Pour la première fois dans trois ans, les autorités israéliennes ont permis la livraison de chaussures et vêtements dans la bande de Gaza malgré le blocus économique. Mais, selon les négociants gazaouis, beaucoup des denrées sont abîmées. Ils ne pourront jamais récupérer ces pertes financières.

 

Dix containers sont arrivés dimanche 3 avril et dix autres aujourd’hui. Mais l’entreposage qui a duré trois ans a rendu bon nombre des caisses si humides qu’il est impossible de vendre leur contenu. Ces marchandises abîmées coûtent à leurs propriétaires des milliers de livres en taxes qui ne seront pas remboursées. …

 

Dimanche, Hamza Abu Helal, négociant de la ville de Gaza depuis 37 ans, a enfin reçu une livraison, en souffrance depuis longtemps, par le passage de Kerem Shalom. Mais lorsqu’il a ouvert le container et a regardé dans les caisses jaunes qui contenaient 13'000 chemises pour homme, avec l’étiquette « Al Helal, Italy Style » : 80% des vêtements étaient abîmés par l’humidité. Les chemises avariées sont en tas dans une ruelle à côté de son entrepôt. ‘Que puis-je faire avec ceci ? Je vais tout brûler,’ dit-il. ‘Je ne supporte pas de les voir.’

 

K_8.jpg

 

 De l’aide humanitaire arrive au passage de Kerem Shalom pour contrôle avant sa livraison à Gaza (UPI Photo/Debbie Hill)

 

Abu Helal possédait trois containers qui provenaient d’un voyage d’affaires en Chine, il y a trois ans. Depuis, les caisses étaient dans un entrepôt au sud d’Israël, en attendant une autorisation d’importation. Le container en question a coûté £28'000 à l’achat et pour son transport et encore £8'000 pour stocker. Il n’y a pas d’assurance.

 

Pire encore : Abu Helal a acheté encore six autres containers de vêtements l’an passé en apprenant que la conférence internationale des bailleurs avait promis des milliards de dollars à Gaza en compensation des attaques israéliennes. ‘Ils nous ont promis que l’argent parviendrait à Gaza et j’ai cru que les passages seraient ouverts, ce qui nous aurait permis de récupérer nos pertes. Mais rien ne s’est passé.’

 

Abdullah Huwaiti, un autre marchand, a reçu deux petits containers de chaussures. Leur état n’était pas aussi pitoyable que les chemises de son voisin, mais il évalue sa perte à 75%. Il attend la livraison de six nouveaux containers. ‘L’économie est en ruine,’ dit-il. ‘Où est la faute des négociants ? C’est la faute des politiciens.’»

 

Ma’an a interviewé « Khaled Abu Sahlul de Khan Younis, accablé par ce qu’il a trouvé en ouvrant un container de jeans qui est resté à Ashdod depuis 2007. ‘… les jeans sont restés sous la pluie pendant des jours, des mois ou peut-être même des années.’ Abu Sahlul se dit sans espoir de récupérer 80% de ces vêtements : que vais-je faire avec 35'000 paires de jeans abîmés?,’ demande-t-il. Abu Sahlul estime ses pertes à plus de $136'000. Il ne veut pas penser aux neufs autres containers encore situés à Ashdod, dont il paye le stockage chaque mois. »

 

« Cette arrivée de chaussures et de vêtements continuera durant au moins trois mois, selon Raed Fattouh, le responsable palestinien des passages. La plupart des marchandises sont encore interdites d’importation, y compris les matériaux de construction. Récemment, un peu de verre a été autorisé, pas de ciment. …

 

Malgré un léger assouplissement du blocus, des livraisons à Gaza sont bien au-dessous des 400 camions par jour prévus par un accord entre Israël et les Palestiniens par l’intermédiaire des américains en 2005. Entre-temps, les magasins gazaouis sont remplis de marchandises de mauvaise qualité à un prix exorbitant arrivant par les tunnels, au profit du Hamas. »

 

00:11 Publié dans Conditions pour la paix | Tags : blocus, gaza, israël, chaussures, vêtements, stockage, économie | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Merci pour cet excellent compte-rendu d'un constat très attristant.
C'est vraiment l'exemple type de "laisser pourrir une situation".
Bonne journée à vous!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 13/04/2010

Merci pour votre travail,

Cordialement

Écrit par : Fatima_la Franchise | 13/04/2010

...de sources palestiniennes.
Merci pour ces article citant exclusivement les sources palestiennes. Encore et toujours...

Écrit par : Baumgartner Michaël | 13/04/2010

Les commentaires sont fermés.