23/04/2010

L’aéroport international de Gaza échappe au chaos européen

L’équivalent gazaoui de Cointrin, le Yasser Arafat International Airport, n’a pas connu de problèmes ces derniers jours. Pourtant, il n’y avait pas de passagers …

L’article en anglais, daté du 21 avril, se trouve sur le site de Ma’an News. La traduction suit.

 

39080_345x230.jpg

 

« Le nuage des cendres en Europe n’entrave pas le trafic aérien à l’aéroport de Gaza

 

Pendant que le ciel en Europe reste vide en attendant que le nuage des cendres volcanique se dissipe, l’aéroport de Gaza ne subit pas d’inconvénients du chaos.

 

Le Yasser Arafat International Airport n’a pas été témoin des scènes des passagers dormant parterre dans les couloirs en attente d’un vol ou des foules qui venaient et partaient dans des navettes dans l’espoir de trouver un vol qui ne soit pas annulé malgré les poussières du volcan.

 

Un nuage bien plus noir règne sur les terminaux et les pistes d’envol à Gaza. Il y a presque dix ans, l’aéroport a été forcé de fermer ses portes. Il continue à subir des pertes quotidiennes et ses anciens employés gonflent les rangs des chômeurs.

 

L’aéroport de Gaza fut construit avec des fonds en provenance d’Allemagne, du Japon, d’Espagne, d’Arabie saoudite et du Maroc et ouvert en présence de Yasser Arafat et Bill et Hillary Clinton en 1998 [ndtl]

 

 

ghaza_1_l.jpg

 

 

 

Une frappe israélienne au début de 2001 a anéanti le seul aéroport de Palestine. Depuis, les pistes sont détruites, le radar hors usage et la tour de contrôle en ruines. Selon un des ex-employés, : ‘La piste de l’aéroport perd ses pierres chaque jour car les habitants de Gaza viennent les récupérer pour la construction. Ils ne croient pas à la réhabilitation de l’aéroport. Même si c’était possible, les réparations prendraient des années.’

 

L’aéroport situé au sud-est de Rafah recouvre 3'750 mètres carrés. Il a été inauguré en 1998 avec Palestine Airlines. Trois avions étaient en service : un Boeing 727, avec 12 sièges en première classe et 146 en classe économique, et deux Fokker 50 pouvant transporter 28 passagers. Les trois avions se trouvent à Amman en Jordanie depuis cette fermeture.

 

Palestine Airlines proposait des vols vers la Jordanie, les Etats Emirats, l’Arabie Saoudite, le Qatar, la Turquie et la Chypre. Quinze pilotes et 450 employés faisaient les trois huit à l’aéroport. Lorsqu’une interdiction des vols commerciaux palestiniens était imposée par Israël, les trois avions décollaient depuis Port Saïd en Egypte. Il y avait beaucoup de demandes : les Palestiniens avaient très envie de voyager en utilisant leur premier aéroport national. Grâce à son ouverture 24 heures sur 24, l’aéroport avait une capacité de 700'000 passagers.

 

Yasser Arafat International Airport a opéré pendant deux ans avant de subir des dommages sévères dans le bombardement israélien de 2001. »

09:04 Publié dans Connaissance du Monde | Tags : gaza, aéroport, cendres volcaniques, bombardement israélien | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

L'article parle "du seul aéroport de Palestine" mais jusqu'à preuve du contraire aucun pays ne s'appelant Palestine n'existe. Ca se saurait. Quant à l'utilisation de l'aéroport pour transporter illégalement des armes c'est tellement documenté que ce n'est même pas la peine d'en rajouter. Aucune sympathie pour ceux qui pronent la violence et la mort de l'autre.

Écrit par : Pour la Paix | 23/04/2010

Tous les pays colonisés ont toujours prôné le départ des colonisateurs.
Qui décide que des armes sont illégales ou pas?
En outre, l'armée israëlienne a aussi utilisé des armes illégales et n'en subit pas de sanctions pour autant.
Les dirigeants d'Israël et leurs soutiens ne prônent pas la violence et la mort de l'autre, elle les met tout simplement en pratique, par l'eau, par la terre, par l'air et par le discours qui prétend qu'ils ont droit à tout ce qu'ils décident.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 30/04/2010

Les commentaires sont fermés.