20/06/2010

Autorisation pour le ketchup et le fil à coudre … et la santé ?

Un article de Ma’an News rappelle que le blocus entre dans sa quatrième année. Pour la première fois dans quatre ans, l'importation du ketchup et du fil à coudre est autorisée. Comme d’habitude, tous les passages furent fermés ce vendredi et samedi, fin de la semaine israélienne. Un passage est ouvert aujourd’hui. Le rapport  hebdomadaire « Protection des civils » de l’ONU note qu’un total de 573 camions sont entrés dans la bande de Gaza la semaine passée, soit 20% des importations autorisées avant l’instauration du blocus. Aucune exportation ne fut autorisée.

 

L’Organisation mondial de la sante (l’OMS) signale une situation catastrophique de l’équipement de l’Hôpital Shifa, l’équivalent des HUG dans la ville de Gaza.

 

7148.jpg
malades palestiniens sous dialyse à l’Hôpital Esh-Shifa mercredi 16 juin 2010 (Nidal Al Mugrabi Reuters The Jordan Times 20 juin 2010).

 


« Sans équipements médicaux adéquats ni pièces de rechange, le système de santé à Gaza est en danger

 

Organisation Mondiale de la Santé, 17 juin 2010

 

L’Hôpital Shifa de la ville de Gaza a une capacité de 560 lits, c’est l’hôpital le plus grand des territoires occupées de Palestine (OPT). Chaque jour des centaines de malades se rendent à l’hôpital pour des consultations malgré le fait que les principaux appareils de diagnostique – le scanner CT, l’appareil pour faire des mammographies, l’endoscope et le gastroscope -  ne fonctionnent plus.

 

Le blocus israélien imposé depuis trois ans a affecté le fonctionnement des appareils médicaux de trois manières : tout d’abord, des pièces de rechange ou des machines de remplacements ne peuvent pas être importées ou seulement avec de très longs retards. Deuxièmement, des ingénieurs habilités à réparer et à entretenir les machines n’obtiennent pas de permis d’entrée. Troisièmement, la fréquence des coupures et des à-coups de courant ont endommagé les composants électroniques délicats de beaucoup de ces instruments.

 

Le scanner CT de l’Hôpital Shifa – utilisé pour diagnostiquer des cancers, des maladies cardio-vasculaires, des appendicites, des blessures traumatiques et d’autres maladies – est trop vieux. Il a impérativement besoin d’entretien. L’hôpital le maintient en fonction en empruntant des pièces d’un autre hôpital mais ses niveaux de radiation dépassent les normes internationales. Néanmoins, il doit être utilisé environ 15 fois par jour pour des urgences.

 

Dr Kamal Jaber, responsable pour le département des diagnostiques de l’Hôpital Shifa dit que généralement les scanners sont très précis. « Notre machine, a malheureusement dix ans et ne peut pas être maintenue en état, elle est en fin de vie ».

 

Un scanner de remplacement attend dans un entrepôt de marchandise à Ramallah – 80 kilomètres à vol d’oiseau de Gaza. D’une valeur de 700'000 $ et offert par une organisation humanitaire, il attend une autorisation d’entrée depuis plus de six mois. Les autorités israéliennes ont ignoré plusieurs demandes pour importer le scanner à Gaza. A côté du scanner à Ramallah, il y a beaucoup d’autres appareils médicaux en attente d’autorisation, par exemple, une unité complète de radiologie et des équipements de sauvetage comme des défibrillateurs et des moniteurs de signes vitaux des malades.

 

‘L’indisponibilité de ces appareils essentiels n’est qu’un exemple des effets du siège sur le système de santé à Gaza,’ dit Tony Laurence, responsable de l’OMS pour la Cisjordanie et la bande de Gaza. Il ajoute que la qualité des services de santé à Gaza est en pleine chute. La Comité Internationale de la Croix Rouge a dit le 14 juin que le système de santé à Gaza ‘n’a jamais été aussi précaire’.

 

Shifa_hospital_video.jpg

Ce sont les malades chroniques qui souffrent le plus du manque d’appareils appropriés. Les 200 patients ayant besoin de dialyse des reins trois fois par semaine ont besoin de trois séances de quatre heures. Certains ont des séances de deux heures seulement ; d’autres ont besoin de venir tard dans la nuit. Cette situation est conséquence du fait que douze machines pour dialyse de l’hôpital sont en panne. Les irrégularités du courant électrique ont détruit des pièces électroniques. Les machines inutilisables sont dans une salle où elles attendent des pièces de rechange et de l’entretien. »

Les commentaires sont fermés.