27/06/2010

Autorisations d’importation : logique arbitraire !

Le magazine américain Time publie une page chaque semaine intitulée « Le Monde ». Cette semaine, la première de ces « Dix histoires essentielles » se focalise sur la relâche du blocus de Gaza.  Les informations de cet article fournies par Gisha sont édifiantes.

 all_eng_cr1.jpg

 photo : Gisha

 


 

« Israël : relâche du blocus de Gaza 

 

Time 5 juillet 2010

 

Israël annonce qu’il va alléger son blocus de Gaza que l’on sait actuellement contrôlée par le Hamas. Ce blocus de trois ans de la bande de Gaza  est controversé. L’annonce tombe trois semaines après un raid israélien sur une flottille d’aide qui a fait neuf morts et provoqué une condamnation internationale. Le gouvernement israélien dit qu’il va immédiatement autoriser toute marchandise sauf les armes ou le matériel susceptible de servir des buts militaires du Hamas. Parmi les denrées autorisées dont l’interdiction vient d’être levée figurent les pommes chips et les serviettes de bain ainsi que certains matériaux pour la construction des foyers et des écoles à condition qu’ils soient cautionnés par des instances internationales.

 

Israël commence à autoriser le passage de certains biens proscrits auparavant.

 

Des ânes, des chevaux du bétail et des poussins sont toujours interdits tandis que la nourriture pour animaux et le foin sont autorisés.

 

Le 22 juin, l’interdiction du chocolat, du vinaigre, de la muscade, des fruits secs et des douceurs a été levée. La viande fraîche n’est toujours pas autorisée.

 

Les jouets et les matelas sont maintenant autorisés. Ce n’est pas le cas des instruments de musique, des machines à coudre ou de certaines fournitures destinées aux écoles.

 

L’interdiction d’importation du bois, du plâtre et du ciment est toujours en vigueur. Israël promet que des matériaux pour la construction seront autorisés par la suite. »

 

Commentaires

C'est illogique, en effet. Pourquoi autoriser le papier Q alors que l'importation de nourriture est interdite ?

Écrit par : Yves Meier | 27/06/2010

Les commentaires sont fermés.