28/12/2010

Manifestation à bicyclette pour Gaza : liberté d’expression bafouée à Tel Aviv

Pour avoir protesté à Tel Aviv, en janvier 2008, contre le blocus sur la bande de Gaza de façon non-violente, Jonatan Pollak ira le 11 janvier en prison. Ha’aretz et l’Electronic Intifada racontent le procès de ce jeune de 28 ans qui s’implique depuis longtemps pour une juste paix en Palestine/Israël. Je me rappelle ce grand garçon calme et courtois le 28 décembre 2002 dans le village de Habla près de Jayyous. Jonatan est resté toute une nuit à discuter avec des jeunes palestiniens qui n’avaient jamais rencontré un israélien auparavant. La plupart d’entre nous dormions. Cette nuit précédait la manifestation pacifique en protestation contre la construction du mur à Jayyous.

 

pollock2-483.jpg

 

 Jonatan (à droite) et Rabbi Arik Ascherman des Rabbis for Human Rights à Atil, Tulkarem, janvier 2003 dans une protestation contre le mur (Photo : Marty Federman)


 

 

 « Gauchiste israélien condamné à trois mois de prison pour avoir protesté contre le blocus de Gaza

par Ofra Edelman, Haaretz 28 décembre 2010

 

Activiste de gauche Jonatan Pollak a été condamné à trois mois de prison ce lundi et à payer une amende de 1'500 NIS pour avoir participé à une protestation de cyclistes contre le blocus de la bande de Gaza, à Tel Aviv, en janvier 2008.

 

L’avocat de Pollak, Gaby Lasky, a fait valoir d’autres actions non-violentes récentes par des motocyclistes, qui ont bloqué l’autoroute Ayalon pour protester contre la hausse du coût des assurances et par des pompiers qui ont bloqué la Route 1 pour demander une augmentation de leur paye, sans avoir été inquiétés pour leur comportement. Selon Lasky, Pollak a été puni pour son activisme politique.

 

En 2005, Jonatan a reçu une grenade de gaz lacrymogène sur la tête dans une manifestation non-violente contre le mur à Bil’in. La blessure a saigné en deux endroits dans son cerveau, elle a nécessité 23 points de suture.

 

101227-jonathan-pollak.jpg

  

Jonatan Pollak lors de son procès à Tel Aviv le 27 décembre (Oren Ziv/ActiveStills)

 

Il avait ceci à dire au juge Itzhak Yitzhak : ‘J’irai en prison la tête haute. C’est le système de justice, à mon avis, qui devrait baisser les yeux face à la souffrance des habitants de Gaza.’ »

Les commentaires sont fermés.