21/05/2011

Que le blocus cesse - maintenant !

 

Une visite à la bande de Gaza. C'est tout ce qu'il faut pour se rendre compte de la situation inhumaine imposée par le blocus israélien depuis quatre ans. Commissaire de l'Union Européenne Kristalina Georgieva a levé la voix immédiatement après son voyage à Gaza cette semaine. L'article dont la traduction suit est parut en anglais sur le site de Ma'an News.  

kristalina-georgieva-2011-5-16-8-0-27.jpg

La Commissaire Georgieva dans le camp de réfugiés de Shati, bande de Gaza, 16 mai 2011 (AP Photo/Addel Hana)


Représentante de l'Union Européenne : A Gaza, ouvrez les passages tout de suite

Ville de Gaza (Ma'an) 19 mai 2011

La Commissaire européenne Kristalina Georgieva a appelé à 'une ouverture immédiate, inconditionnelle et permanente pour le transit de l'aide humanitaire, de la marchandise et des personnes' suite à son voyage à l'enclave côtière mardi passé.

Elle a également transmis ce message au ministre de Défense Ehud Barak, avec qui elle s'est entretenu à Tel Aviv après son retour de Gaza.

Selon le bureau de La coopération internationale, l'aide humanitaire et groupe de crise de l'Union européenne, le voyage de Mme Georgieva 'a souligné les effets dramatiques, avec conséquences étendues, du blocus de Gaza.'

Pendant les quatre ans du siège de Gaza, les passages pour l'importation des marchandises ont été fermés petit à petit et des restrictions sévères sur le type de marchandises autorisées ont été imposées. L'interdiction porte sur une longue liste de biens, par exemple du matériel pour la construction, des éléments nécessaires à l'industrie, à l'électronique, à l'équipement médical et des engrais. Sans ces articles, les usines restent fermées et les maisons en ruines, ni le secteur médical ni le secteur agricole n'est en mesure de répondre aux besoins de la population.

Selon Georgieva, 'le blocus aggrave la précarité d'un grand nombre de Palestiniens et empêche l'acheminement de l'aide humanitaire et la circulation des personnes et de la marchandise dans les deux sens'.

Georgieva appelle à l'implémentation de l'Accord sur l'Accès et le Mouvement de 2005. Elle appelle aussi à un accord complet avec un mandat pour la surveillance du passage de Rafah entre Gaza et l'Egypte par des forces internationales et un système normalisé pour l'importation des biens depuis Israël.

'Le blocus maintient les gazaouis dans un état de vulnérabilité et de dépendance de l'aide humanitaire. Empêcher le mouvement de personnes et l'importation et l'exportation de marchandise ne permet aucune possibilité de développement. Par exemple, il est très difficile de faire acheminer des matériaux pour la construction dans la bande de Gaza, où il y a des besoins pressants pour construire des maisons et des écoles et pour consolider les infrastructures sanitaires et les améliorer,' affirme-t-elle. »

19:11 Publié dans Conditions pour la paix | Tags : gaza, union européenne, georgieva, barak, blocus, rafah | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.