03/08/2011

Peine de mort

La semaine passée, un homme malade fut condamné à mort par les autorités israéliennes. Elles ont délibérément laissé passer un temps précieux avant de répondre à une demande d'autorisation pour une opération urgente en Cisjordanie. Ce genre d'évènement est loin d'être unique. Les médecins palestiniens et israéliens n'y peuvent rien. C'est le Centre Palestinien pour les Droits Humains (PCHR en anglais) qui tire le signal d'alarme.


« Un malade meurt suite à des refus d'autorisation de se déplacer vers la Cisjordanie par les forces de l'occupation israélienne

Mercredi 27 juillet 2011

Le lundi 25 juillet 2011, Ra'ed Azzam Saleem al-Mghari est décédé. Les forces d'occupation israélienne lui avaient refusé un permis pour se déplacer vers Naplouse au Centre arabe de traitement et de chirurgie pour les maladies du cœur et du sang, situé en Cisjordanie. Le

Comité pour la coordination de la santé des affaires civiles de Gaza a informé le PCHR qu'il avait fait un FAX d'urgence aux israéliens, le 18 juillet 2011. La réponse, datée du 20 juillet, disait que la demande était en examen. Le même jour, le Comité a renvoyé un message soulignant l'état grave du malade. L'armée israélienne (l'IOF) au passage d'Erez (Beit Hanoun) a rejeté la demande d'autorisation par lettre écrite le 24 juillet.

Le lundi 25 juillet, M. al-Mghari, 33 ans, originaire du camp de réfugiés de Bureij au centre de la bande de Gaza, est mort. Il souffrait d'une maladie de cœur depuis 16 ans. Sa mort est due au fait qu'on l'ait empêché de se déplacer au Centre de Naplouse pour une opération sur une des valvules de son cœur. Le représentant du PCHR a pris note du témoignage suivant du père de M. al-Mghari, 'Assam Saleem al-Mghari, 56 ans :

'Mon fils avait des problèmes au cœur depuis 16 ans. Il était d'abord traité par les hôpitaux Nasser, à Khan Younis et Shifa, dans la ville de Gaza. Il y a cinq ans, il a subi une opération à cœur ouvert au Centre arabe de traitement et de chirurgie pour les maladies du cœur et du sang à Naplouse. Il y est resté pendant un mois, suite à l'opération, pour observation et traitement. Le 11 juin 2010, les médecins du Centre ont pu l'ausculter à nouveau après qu'il ait fait le voyage depuis Gaza à cette fin. Les médecins ont indiqué qu'il avait besoin d'une opération d'une des valvules du cœur, mais plus tard. Il est alors retourné à Gaza. Le 10 juillet 2011, il est entré aux soins intensifs de l'hôpital de Shifa pour recevoir un traitement médical, nécessaire à cause d'une péjoration de son état de santé. Il y est resté pendant deux jours. Ensuite, il a fait un va et vient entre la maison et l'hôpital pour des traitements jusqu'au 14 juillet. Ce jour-là, il est tombé chez lui et a dû être hospitalisé. Nous avons alors commencé les démarches pour qu'il soit transféré au Centre de Naplouse. Le Comité pour la coordination de la santé nous a informé le 19 juillet que le permis pour l'accompagnant (le beau père de M. al-Mghari, As'ad Mghari, 49 ans) était refusé pour des raisons de sécurité. J'ai alors entrepris des démarches en vue d'une autorisation pour l'Egypte, mais son état de santé s'est détérioré rapidement. Le lundi 25 juillet, les médecins ont décidé de l'opérer d'urgence. Il est mort cinq heures plus tard, dans la salle d'opération.'

C'est le troisième mort dans des situations analogues cette année. La santé de centaines de malades se détériore depuis le début de l'année. Les malades de la bande de Gaza que l'on transfère vers des hôpitaux en Cisjordanie et à Jérusalem sont sollicités par l'IOF pour devenir des collaborateurs afin de recevoir une autorisation de se déplacer. Le PCHR a documenté plusieurs cas où, soit le malade, soit son accompagnant, a été arrêté au passage d'Erez. En ce moment, il y a quatre cas de malades en attente d'être transférés vers le Maqased Charity Hospital. Trois parmi ces cas ont reçu une réponse négative. L'unité d'aide juridique du PCHR a aussi reçu une réponse à une demande d'autorisation pour le père d'un enfant malade qui désire l'accompagner hors de la bande de Gaza. Cet hôpital est situé en Israël et il attend l'arrivée de l'enfant. »

13:29 Publié dans Connaissance du Monde | Tags : gaza, iof, opération, malades, morts, armée israélienne | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Sincèrement, cela me passe au dessus de la tête et, même si j'en suis attristé, je n'en ferait pas cas. Pourquoi toujours se retourner contre des morts insignifiantes à l'étranger alors que les mêmes problèmes, souvent d'ordres administratifs ou relatifs aux polices d'assurances surviennent régulièrement chez nous ?
Mais là... non, pas un mot.
Alors voilà, il peut en mourir d'autres avant que Moi, je ne fasse quoi que ce soit.

Écrit par : Mob | 03/08/2011

Un article qui présente les faits d'une manière très partiale, voire subjective. Nulle part dans le témoignage il n'est fait mention d'une volonté délibérée de faire mourir cet homme et encore moins d'une condamnation à mort. Par ailleurs, le lien entre la mort de cet homme et le refus du transfert dans un autre hôpital n'est pas si évident. Enfin, des lapalissades comme "la santé de centaines de malades se détériore depuis le début de l'année" donnent un côté très comique à la tragédie que vous essayez de décrire.

Écrit par : Robert | 03/08/2011

Bonjour, c'est article est touchant mais il faut le situer dans le contexte, vous êtes très sévère envers Israël, je l'ai remarqué à chaque fois que vous rédigez une note.

J'ai un très bon ami qui vit à Gaza et sa soeur a été suivie par des médecins israéliens, ils lui ont sauvé la vie grâce à des opérations cardiaques dans différents hôpitaux israéliens, donc je suis un peu gêné de lire votre article accusatoire ne parlant pas des cas inverses. Des habitants de Gaza s'étant fait soigner en Israël.

De plus la frontière avec l'Egypte est ouverte, il y a de très bons hôpitaux en Egypte et les gazaouis devrons s'habituer à prendre le chemin de ce pays en ce qui concerne ce genre de situation.

Pourquoi la demande d'entraide a été faite avec Israël alors que l'Egypte a réouvert sa frontière avec Gaza ?

Écrit par : Jean-Pierre de Courten | 04/08/2011

Vous êtes contredit par les journalistes, les documentaires sur le sujet ne manquent pas.

Que vous soyez pro-palestinienne c'est une chose, mais mentir pour donner une mauvaise image d'Israël est très contestable.Vous ne citez aucune source concernant votre article.

Écrit par : Pierre NOËL | 04/08/2011

La source de cet article (traduit de l'anglais) se trouve tout au début. Il faut tout simplement cliquer sur "tire le signal d'alarme" :

Écrit par : Carol Scheller | 04/08/2011

"La source de cet article (traduit de l'anglais) se trouve tout au début. Il faut tout simplement cliquer sur "tire le signal d'alarme" "

Ah! Style ce n'est pas moi l'auteur(e), je ne suis que la petite télégraphiste. Caractéristique !

Écrit par : Giona | 08/08/2011

Les commentaires sont fermés.