28/12/2012

Vivre malgré les dégats

Le rapport initial de l’ONU (Gaza Initial Rapid Assessment) sur la semaine des attaques israéliennes du mois passé souligne « la situation humanitaire fragile » existant avant l’Opération Colonne de Nuée. Selon l’armée israélienne, 1500 sites ont été la cible des frappes venant de l’air et de la mer, comparé aux 500 sites bombardés pendant les trois semaines de l’Opération Plomb Durci, qui a débuté le 27 décembre 2008. La Canadienne-Palestinienne Eva Bartlett donne une image concrète de la destruction récente. 

Gaza, bombardements isréliens, eau potable, électricité, routes, ponts, écoles, opération colonne de nuée, Eli Yishai

 Les restes du pont Sikka reliant Nusseirat et Muqhraqa, villes au milieu de la bande de Gaza. (Eva Bartlett : http://ingaza.wordpress.com/ )  


« L’aplatissement de la bande de Gaza

Par Eva Bartlett 25 décembre 2012

Le 17 novembre, quatrième des huit jours de l’assaut israélien sur la bande de Gaza, Eli Yishai, Vice-Premier Ministre d’Israël, a appelé publiquement à ‘bombarder Gaza jusqu’à son retour au Moyen Age, en détruisant toute l’infrastructure y compris les routes et l’eau.’

Le jour suivant, Gilad Sharon, fils de l’ancien Premier Ministre Ariel Sharon, a appelé à ‘aplatir des quartiers entiers de Gaza. Aplatir Gaza tout entier. Il ne devrait y rester ni d’électricité, ni essence, ni véhicules, plus rien.’ Il ajoute : ‘On ne peut pas le faire à moitié – soit les Gazaouis et leur infrastructure payent le prix, ou bien nous réoccupons toute la bande de Gaza.’

Maintenant, presque un mois après le cessez-le-feu entre le Hamas et Israël, le gouvernement et des organisations internationales à Gaza continuent leur évaluation des dommages totaux causés par les bombardements israéliens à l’infrastructure.

Les premières estimations évaluent les dommages directs à 250 millions de dollars et les dommages indirects à 700 millions de dollars, selon Taher al Nanou, porte-parole pour le gouvernement du Hamas.

Plus précisément, la destruction vaste et les dommages incluent des ponts, des milliers de foyers, des centaines d’abris appartenant aux Nations Unies, des dizaines de mosquées, beaucoup de bâtiments du gouvernement, des bureaux des medias, des institutions financières, des hôpitaux et des centres de santé, deux stades, un centre de formation pour athlètes handicapés, des réseaux de distribution d’eau, d’égouts et d’électricité, plus de 100 écoles, des tunnels dont Gaza dépend pour des marchandises vitales et d’innombrables routes. 

Gaza, bombardements isréliens, eau potable, électricité, routes, ponts, écoles, opération colonne de nuée, Eli Yishai

Salle de classe endommagée (AFP Photo/Mohammed Abed)

Pendant les bombardements, Al Jazeera a rapporté que 400'000 résidents étaient sans électricité après que cinq transformateurs aient été frappés. Après le cessez-le-feu, l’étendue des dommages sur le réseau électrique est devenue plus claire. En tout, 37 transformateurs de la bande de Gaza ont été détruits ou endommagés par les frappes israéliennes selon le Gaza Electricity Distribution Corporation (GEDCo). ‘Nous avons reconnecté la plupart des lignes endommagées pendant les attaques, mais ces réparations faites rapidement doivent être corrigées,’ dit Oussama Dabbour, porte-parole du GEDCo. ‘Nous avons encore environ 5'000 personnes sans courant dans toutes les régions proches des frontières : on ne peut pas les reconnecter, c’est trop dangereux d’y aller, malgré le cessez-le-feu,’ dit-il.

Les dommages incluent des lignes électriques au sol, des poteaux tombés, des véhicules du GEDCo et un entrepôt du GEDCo frappé par des obus…

‘Ce n’est pas la première fois que l’armée israélienne s’est attaquée au réseau électrique : ‘Chaque fois que les Israéliens déclarent la guerre sur Gaza, ils infligent des dommages à l’infrastructure électrique,’ dit Dabbour. Selon Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), les bombardements de 2008-2009 ont infligé des dommages au réseau électrique dont la valeur atteint 10,4 millions de dollars. Depuis le bombardement de l’unique centrale électrique en 2006, toute la bande de Gaza souffre de coupures programmées et non-programmées qui peuvent durer plus de dix-huit heures.

L’infrastructure de l’eau potable et des égouts a souffert également des bombes israéliennes partout dans la bande de Gaza selon Ibrahim al-Aleja, porte-parole du Service des eaux pour les municipalités côtières (CMWU).

Gaza, bombardements isréliens, eau potable, électricité, routes, ponts, écoles, opération colonne de nuée, Eli Yishai

 Vidéo : tuyau d’eau du pont entre Nusseirat et Mughraqa

Parmi les dommages les plus importants, entre Beit Hanoun [au nord de la bande de Gaza ndtl]et Rafah [au sud ndtl], on trouve les tuyaux souterrains desservant des rues des quartiers résidentiels, des foyers et des espaces ouverts, tous déchirés par les bombes israéliennes. Des réservoirs d’eau étaient également pris pour cibles. Selon Aleja, ‘Ils ont détruit un réservoir à Khuza’a, à l’est de Khan Younis. Il ne posait aucune menace aux Israéliens.’ Deux puits pour les eaux usées à Khuza’a étaient eux aussi bombardés.

A Khan Younis, les attaques israéliennes ont endommagé un réservoir contenant 350'000 litres d’eau ainsi qu’une liaison majeure dans le quartier d’Amal, dit Aleja.

Une partie des villes de Nusseirat et Mughraqa n’a toujours pas d’eau. ‘Lorsque les Israéliens ont bombardé un pont entre les deux villes, ils ont détruit un tuyau d’eau qui se trouvait dessous. Encore 20'000 personnes y sont toujours privés d’eau,’ explique Aleja. Bassam Abu Dahrouj, 14 ans, qui grimpe sur la pente raide du pont coupé en deux : 

Gaza, bombardements isréliens, eau potable, électricité, routes, ponts, écoles, opération colonne de nuée, Eli Yishai

(Photo Eva Bartlett ingaza.wordpress.com)

Il nous explique que cette frappe du 21 novembre était la quatrième que le pont a subi, le détruisant complètement. ‘Plus de la moitié des familles à Mughraqa utilisent ce pont, ainsi que les enfants qui doivent le traverser pour aller à l’école,’ dit Abu Dahrouj. ‘Maintenant, ils doivent faire un grand détour.’ Pourtant, certains se passent du détour : au moment où Bassem nous parle, on voit deux enfants qui gravissent le mur de ciment de cette vallée que le pont traversait. Mais, continue-t-il, ‘En hiver, les Israéliens ouvrent leurs barrages et inondent la vallée. L’eau monte très haut, et c’est impossible de traverser à ce moment-là.’ 

Gaza, bombardements isréliens, eau potable, électricité, routes, ponts, écoles, opération colonne de nuée, Eli Yishai

Quand il n’y a plus de pont (Photo Eva Bartlett ingaza.wordpress.com)

Plus à l’ouest, le pont situé le long de la côte qui relie le centre de Gaza au nord est lui aussi coupé. Des tas de béton et des barres de fer enchevêtrés, matériaux qu’il est difficile de se procurer à Gaza sous siège israélien, sont éparpillés partout. Des gens récupèrent le métal afin de le revendre en vue des travaux de construction. 

Gaza, bombardements isréliens, eau potable, électricité, routes, ponts, écoles, opération colonne de nuée, Eli Yishai

Le pont le long de la côte (Photo Eva Bartlett ingazawordpress.com)

Au sud du pont démoli, une queue de taxis collectifs s’aventure sur le sol boueux de la vallée. Ils choisissent une route cahoteuse mais plus courte que la route principale de Salah-ed-Din située à beaucoup de kilomètres plus à l’est. Cette solution temporaire fonctionne pour l’instant, mais ce ne sera plus le cas durant les mois d’hiver quand de fortes pluies inonderont la vallée. 

Gaza, bombardements isréliens, eau potable, électricité, routes, ponts, écoles, opération colonne de nuée, Eli Yishai

Les taxis se débrouillent comme ils peuvent (Photo Eva Bartlett ingazawordpress.com)

Les premières estimations des pertes indiquent 20 millions de dollars pour le secteur agricole, 136 écoles et jardins d’enfants détruits ou endommagés, et 450 maisons détruites ou gravement touchées. Le bilan est de 3'000 personnes encore déplacées, selon les Nations Unies.

Le Vice-Premier Ministre Eli Yishai, qui a appelé le 17 novembre pour l’annihilation de la bande de Gaza, dit à la suite des attaques sur Gaza en 2009 qu’il faut …détruire 100 maisons pour chaque roquette Qassam tirée depuis la bande de Gaza même si elle tombe dans un terrain vague ou dans la mer.’ 

Gaza, bombardements isréliens, eau potable, électricité, routes, ponts, écoles, opération colonne de nuée, Eli Yishai

Eli Yishai (Wikapedia)

 La Convention de la Haye et les Conventions de Genève interdisent ‘de détruire la propriété de l’ennemi sans que cela soit nécessaire.’ Elles stipulent également que ‘la destruction massive et la confiscation de propriété sans nécessité militaire et faite de manière illégale et gratuite’ est proscrite par le droit international. »

Commentaires

Je me demande si les Israëliens considèrent les Gazaouis comme des êtres humains.
Cela me rappelle le temps où les Européens décrétaient que les Amérindiens ou les Africains n'avaient pas d'âme....

Écrit par : Marie-France de Meuron | 28/12/2012

"Le 17 novembre, quatrième des huit jours de l’assaut israélien sur la bande de Gaza, Eli Yishai, Vice-Premier Ministre d’Israël, a appelé publiquement à ‘bombarder Gaza jusqu’à son retour au Moyen Age, en détruisant toute l’infrastructure y compris les routes et l’eau.’

Le jour suivant, Gilad Sharon, fils de l’ancien Premier Ministre Ariel Sharon, a appelé à ‘aplatir des quartiers entiers de Gaza. Aplatir Gaza tout entier. Il ne devrait y rester ni d’électricité, ni essence, ni véhicules, plus rien.’ Il ajoute : ‘On ne peut pas le faire à moitié – soit les Gazaouis et leur infrastructure payent le prix, ou bien nous réoccupons toute la bande de Gaza.’"

C'est le bon sens même et je ne m'insurgerai jamais assez contre Tsahal qui persiste à perdre son temps en faisant dans la dentelle lors de chacune de ses opérations de représailles à l'encontre de ce foyer criminogène qu'est gaza.

L'organisation Human Right Watch, sans doute frappée d'un éclair de lucidité, porte, dans sa dernière livraison du 23 décembre 2012, un éclairage factuel qui relègue les palywooderies tartarinesques et pleurnichardes au même rayon que les scams à la nigériane et ainsi donc, Sarah Leah Whitson, directrice de la division HRW Moyen Orient, déclare :

"(Jérusalem, le 24 décembre 2012) - Des groupes armés palestiniens à Gaza ont violé les lois de la guerre lors du conflit de novembre 2012 en tirant des centaines de roquettes vers des centres de population en Israël, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui."

"Les groupes armés palestiniens qui ont de manière avérée tiré des roquettes sur Israël - Izz Hamas el-Din al-Qassam, le Jihad islamique de Saraya al-Quds, et les brigades Nasser Salahaddin qui font partie du Comité de résistance populaire – ont à certaines occasions affirmé que leurs attaques visaient des civils israéliens, et ont cherché à justifier ces attaques en les qualifiant de représailles pour les attaques menées par Israël qui ont tué des civils à Gaza.

Les lois de la guerre interdisent toutefois les attaques menées en guise de représailles contre des civils, même en cas d’attaques illégales menées par le camp ennemi, a rappelé Human Rights Watch. Toute déclaration d’un groupe armé palestinien évoquant la prise pour cible délibérée d’une ville israélienne ou de civils israéliens constitue une démonstration de son intention de commettre des crimes de guerre."

http://www.hrw.org/fr/news/2012/12/23/gaza-les-roquettes-tirees-sur-israel-par-des-groupes-armes-palestiniens-ont-illegale

La version anglaise précise :

“Human Rights Watch research in Gaza found that armed groups repeatedly fired rockets from densely populated areas, near homes, businesses, and a hotel, unnecessarily placing civilians in the vicinity at grave risk from Israeli counter-fire.”

http://www.hrw.org/node/112196


Pour ce qui est du bouzkachi organisé par la section mobylette des sicaires du hamas avec, en lieu et place de chèvre, quelques-uns de leurs congénères gazaouis, reléguons là, puisqu'elle n'a pas eu les honneurs de votre blog, à se juste place, à celle de la rubrique des chiens écrasés.

http://images.lpcdn.ca/641x427/201211/20/613143-palestiniens-motos-tirent-cadavre-homme.jpg

Écrit par : Giona | 29/12/2012

Les commentaires sont fermés.