11/01/2013

Jeune israélien détenu pour refus de service militaire

Dans un article dans le Haaretz, la journaliste israélienne Amira Hass nous signale un objecteur de conscience pour qui la dernière offensive contre Gaza était celle de trop. Il l’a informée par téléphone ce mercredi 10 janvier qu’il est actuellement le seul prisonnier dans son cas quoiqu’ils fussent plusieurs réservistes à refuser de servir pendant l’Opération Colonne de Défense en novembre. Aux juges et aux officiers de l’armée, Blanc a déclaré son intention de faire le service civil à sa sortie de prison avec le Magen David Adom [La Croix Rouge israélienne ndtl]. La plupart des 400 prisonniers dont il fait partie à la base militaire de Tel-HaShomer sont condamnés pour avoir déserté l’armée ou parce qu’ils ‘n’ont pas la force de faire le service militaire.’  

Gaza, objecteur de conscience, israélien, Natan Blanc,Plomb Durci, Colonne de Defense,

 Natan Blanc (http://wri-irg.org/node/20620)


 « Nous, citoyens et êtres humains, avons un devoir moral de refuser » 

 Le 7 janvier, Natan Blanc, 19 ans, fut condamné pour la quatrième fois pour avoir déclaré son refus de rejoindre l’armée israélienne le 19 novembre 2012. Il s’explique ainsi : « J’ai commencé à contempler le refus de l’inscription dans l’armée israélienne pendant l’Opération Plomb Durci en 2008. La vague de militarisme agressif qui a balayé le pays en ce moment-là, les expressions de haine réciproque, le discours vide quant à éradiquer le terrorisme et créer un effet dissuasif ont tous contribué à ma décision de refus. Aujourd’hui, après quatre ans de terreur, sans aucun progrès vers des négociations pour la paix, sans le calme entre Gaza et Sderot, il est clair que le gouvernement Netanyahou, comme celui de son prédécesseur Olmert, n’est pas intéressé à trouver une solution à la situation actuelle mais plutôt à la conserver. De son point de vue, il n’a aucun tort d’initier une opération  « Plomb Dur 2 » tous les trois ou quatre ans (et ensuite, 3, 4, 5 et 6) : nous allons parler dissuasion, nous allons tuer quelques terroristes, nous allons perdre quelques civils des deux côtés, et nous allons préparer le terrain pour une nouvelle génération pleine de haine de part et d’autre. En tant que représentants du peuple, les membres du Cabinet n’ont aucun devoir de décrire leur vision pour le futur du pays, et ils peuvent perpétuer ce cycle de violence sanglante, indéfiniment. Mais nous, en tant que citoyens et êtres humains, nous avons un devoir moral de refuser toute participation dans ce jeu cynique. » 

Le collectif des objectrices et objecteurs du Tarnais fournissent plusieurs pistes de soutien possible à Natan :

« LE SOUTIEN :

Écrire à Nathan par e-mail : (en Anglais si possible)

Étant donné que les autorités pénitentiaires bloquent souvent les messages envoyés aux objecteurs emprisonnés, nous vous recommandons d’envoyer vos lettres de soutien et d’encouragement par e-mail à : messages2prison@newprofile.org ou Nathanbl@walla.com., et ils seront imprimées et livrés au cours des visites du comité de soutien.

Lui écrire en prison :

Natan Blanc
Military ID 757 1368

Military Prison No. 6

Military Postal Code 01860, IDF
Israel

Autre action recommandée :

Pour nous en France le comité de soutien dit qu’il serait très efficace d’envoyer des protestations à l’ambassade israélienne en France et demander la libération de Natan :

Adresse : Monsieur l’ambassadeur d’Israël en France, 3, rue Rabelais, 75008 Paris.

Envoyez la lettre en Anglais, si vous êtes à cours d’idée, vous pouvez vous inspirer de la lettre proposée par le comité de soutien :

Monsieur l’Ambassadeur,

J’ai appris que Natan Blanc, (military ID5771369), un objecteur de conscience, a été emprisonné pour la deuxième fois pour en raison de son refus d’incorporer l’armée israélienne et est détenu à la prison numéro 6 à côté de Atlit.

L’emprisonnement d’objecteurs de consciences comme Natan, est une violation de la loi internationale, des droits humains basiques et de la morale. L’emprisonnement répété d’objecteurs de conscience, est une offense grave, cela signifie condamner une personne plusieurs fois pour une même chose. Un groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire dit que cela constitue un cas flagrant de détention arbitraire. Donc, je demande une libération immédiate et inconditionnelle de Natan Blanc, sans le risque d’un nouvel emprisonnement dans le futur. Je vous demande à vous et au système que vous représentez, de respecter la dignité et la personne des objecteurs de conscience comme de toutes les personnes à l’avenir.

Mes salutations,…

(Dear Sir/Madam,

It has come to my attention that Natan Blanc (military ID 7571369), a conscientious objector to military service, has been imprisoned for the second time for his refusal to become part of the Israeli army, and is held in Military Prison no. 6 near Atlit.
The imprisonment of conscientious objectors such as Natan, is a violation of international law, of basic human rights and of plain morals. The repeater imprisonment of conscientious objectors is an especially grave offence, as it means sentencing a person more than once for the same offence, and has been judges by th UN working Group on Arbitrary Detention to constitute a clear case arbitrary detention.
I therefore call for the immediate and unconditional release from prison of Natan Blanc, without threat of further imprisonment in the future, and urge you and the system you are heading to respect the dignity and person of conscientious objectors, indeed of all persons, in the future.

Sincerely,)

Le comité de soutien nous demande aussi de faire circuler ce message et les informations qu’il contient aussi largement que possible, non seulement par e-mail, mais aussi sur les sites Web, les réseaux sociaux, les médias conventionnels, ou par le bouche à oreille. »

Pour ceux qui savent l’anglais, vous pouvez aussi participer aux actions suivantes :

1. Sending Letters of Support

Please send Natan letters of support to the prison address above and via e-mail to: messages2prison@newprofile.org This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it  and Nathanbl@walla.com This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it .

 

2. Letters to Authorities

It is recommended to send letters of protest on the objectors’ behalf, preferably by fax, to:

Mr. Ehud Barak,
Minister of Defence,
Ministry of Defence,
Hakirya,
Tel-Aviv 61909,
Israel.
E-mail: 
s...@mod.gov.il This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it  or pniot@mod.gov.il This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it
Tel.: ++972-3-6975220
Fax: ++972-3-6962757

 

Copies of your letters can also be sent to the commander of the military prison at:

 

Commander of Military Prison No. 6,
Military Prison No. 6
Military Postal Code 01860, IDF
Israel
Fax: ++972-4-9540580

 

Another useful address for sending copies would be the Military Attorney General:

Denny Efroni,
Chief Military Attorney
Military postal code 9605, IDF
Israel
Fax: ++972-3-569-45-26

It would be especially useful to send your appeals to the Commander of the Induction Base in Tel-HaShomer. It is this officer that ultimately decides whether an objector is to be exempted from military service or sent to another round in prison, and it is the same officer who is ultimately in charge of the military Conscience Committee:

 

Gil Ben Shaul,
Commander of Induction Base,
Meitav, Tel-HaShomer
Military Postal Code 02718, IDF
Israel.
Fax: ++972-3-737-60-52

 

For those of you who live outside Israel, it would be very effective to send protests to your local Israeli embassy. You can find the address of your local embassy on the web.

 

Here is a generic sample letter, which you can use in sending appeals to authorities on the prisoners’ behalf. Feel free to modify this letter or write your own:

 

Dear Sir/Madam,

It has come to my attention that Natan Blanc (military ID 7571368), a conscientious objector to military service, has been imprisoned for the third time for his refusal to become part of the Israeli army, and is held in Military Prison no. 6 near Atlit.
The imprisonment of conscientious objectors such as Rothman is a violation of international law, of basic human rights and of plain morals. The repeater imprisonment of conscientious objectors is an especially grave offence, as it means sentencing a person more than once for the same offence, and has been judges by th UN working Group on Arbitrary Detention to constitute a clear case arbitrary detention.


I therefore call for the immediate and unconditional release from prison of Natan Blanc, without threat of further imprisonment in the future, and urge you and the system you are heading to respect the dignity and person of conscientious objectors, indeed of all persons, in the future.

Sincerely,

 

3. Letters to media in Israel and in other countries

Writing op-ed pieces and letters to editors of media in Israel and other countries could also be quite useful in indirectly but powerfully pressuring the military authorities to let go of the objectors and in bringing their plight and their cause to public attention.

Commentaires

"Jeune israélien détenu pour refus de service militaire"

C'est donc le même tarif qu'en Suisse, non ?

Suisse
Art. 81
Refus de servir et désertion

1 Sera punie d’une peine privative de liberté de 18 mois au plus ou d’une peine pécuniaire la personne qui, dans le dessein de refuser le service militaire:

a.
ne participe pas à la journée d’information ou au recrutement;
b.
ne se présente pas au service militaire, bien qu’elle y ait été convoquée;
c.
abandonne sa troupe ou son emploi militaire sans autorisation;
d.
ne rejoint pas sa troupe après une absence justifiée;
e.
refuse, après être entrée en service, d’exécuter un ordre concernant le service qui lui était adressé.

http://www.admin.ch/ch/f/rs/321_0/a81.html

Écrit par : Giona | 11/01/2013

Comme explique Mme Hass (Cliquez sur "un article dans le Haaretz"), Natan s'est bien présenté au service militaire en réponse à sa lettre de conscription. Il fut rapidement condamné à 10 jours de prison. Les actions qu'il pourrait être appélé à faire ne sont pas comparables aux actions demandées d'un soldat suisse (ä consulter le livre "Occupation of the Territories; Israeli SOldiers' Testimonies 2000-2010" par Breaking the Silence, un livre publié avec l'aide financier de la Délégation de l'Union Européen en Israël. C'est un livre bien difficile à lire.)

Écrit par : Carol Scheller | 11/01/2013

"Natan s'est bien présenté au service militaire en réponse à sa lettre de conscription. Il fut rapidement condamné à 10 jours de prison."

C'est bien ce que je disais, c'est exactement le même tarif qu'en suisse inutile donc de vous perdre en conjectures stériles et encore moins d'avancer des théories plus que téméraires :

" Sera punie d’une peine privative de liberté de 18 mois au plus ou d’une peine pécuniaire la personne qui, dans le dessein de refuser le service militaire:

e.
refuse, après être entrée en service, d’exécuter un ordre concernant le service qui lui était adressé."

C'est clair et net.

Écrit par : Giona | 12/01/2013

Ce blog est destiné prioritairement aux personnes ne lisant pas l’anglais, étant donné que beaucoup d’informations sur la situation complexe en Israël-Palestine ne sont pas disponibles en français. Il me semble que vous n’êtes pas au courant du travail du groupe d’ex-soldats israéliens Breaking the Silence (Briser le Silence) http://www.breakingthesilence.org.il/. Ce que je mets en lumière sur les actions exigées des soldats israéliens ne constitue malheureusement pas des « conjectures stériles. » A Genève, en avril 2005, quatre journées de dialogue organisé par l’association « Le Manifeste – mouvement pour une paix juste et durable au Proche Orient » au Théâtre de la Comédie, ont commencé par une exposition de photos de « Breaking the Silence : les yeux d’un soldat. » Témoignages fiables et éloquents. Le but hautement sain de Breaking the Silence est d’informer sur la réalité dans laquelle un soldat israélien ou une soldate israélienne est obligé(e) de vivre à la sortie de l’école secondaire. Un jeune comme Natan qui refuse le service a de bonnes raisons pour le faire. Il ne s’agit pas « des théories plus que téméraires ». A mon avis, Natan mérite d’être écouté et respecté pour sa vision. Formulé autrement : en Israël ou en Suisse ou partout ailleurs dans le monde, une personne a le droit moral de refuser un ordre s’il est contraire à ses convictions profondes.

Écrit par : Carol Scheller | 12/01/2013

"A Genève, en avril 2005, quatre journées de dialogue organisé par l’association « Le Manifeste – mouvement pour une paix juste et durable au Proche Orient » au Théâtre de la Comédie"

Permettez-moi d'émettre les plus grandes réserves quant’ à l'intitulé de cette association par rapport au but réel qu'elle se donne et qui donc n'en fait certainement pas une référence, autre que cosmétique, pour la paix. Cela dit, le Théâtre de la comédie, pour une production pallywoodienne, cette association ne manque pas d'humour.

" Il ne s’agit pas « des théories plus que téméraires »."

Mais si mais si, bien évidement, et de surcroît fortement connotées comme vous le savez pertinemment puisqu'il vous a semblé nécessaire de procéder d'urgence à un virage à 180 °

"Formulé autrement : en Israël ou en Suisse"

Voilà qui, après que vous ayez soutenu l'inverse, est mieux et qui, in fine, revient à l'essentiel à savoir qu'en Suisse ou en Israël, le tarif pour objecteur de conscience est le même.

CQFD

Écrit par : Giona | 13/01/2013

L'attitude de Giona me rappelle le dicton: Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.
Que faire avec une personne qui adopte une telle attitude? Faut-t-il se décourager et abandonner l'idée d'ouvrir un dialogue?

Écrit par : Graziella | 13/01/2013

"Faut-t-il se décourager et abandonner l'idée d'ouvrir un dialogue?"

Précisément je tentais humblement d'élargir le dialogue en explorant ce qu'il en est du traitement, par exemple, que l'armée suisse réserve à ses objecteurs de conscience et je me suis rendu compte qu'il est identique à celui que réserve l'armée israélienne aux siens et qu'il ne revêt donc pas le caractère exceptionnel promis par ce billet mais peut-être que le déni de réalité constitue chez vous un rituel préalable à toute "ouverture" de dialogue et vous conviendrez alors de la stérilité d'un pareil type de dialogue.

Écrit par : Giona | 13/01/2013

Le service civil existe en Suisse depuis 25 ans, un alternatif à la prison. Selon Le Temps du 17 janvier 2013, 5139 personnes étaient admises au service civil en 2012. Les civilistes reçoivent "une affectation ... dans des hôpitaux, des homes pour personnes âgées, des institutions pour jeunes ou handicapés et dans le domaine de la protection de la nature."

Écrit par : Carol Scheller | 17/01/2013

Les commentaires sont fermés.