11/02/2013

Du dé-développement au boycott

En 1995, Sara Roy a écrit The Political Economy of De-development dans lequel elle a inventé le mot « dé-développement » pour décrire la politique israélienne vis-à-vis la bande de Gaza. Le concept défiait la compréhension, mais tous les faits montraient clairement que le gouvernement israélien avait mis en route une politique « d’anti-développement » unique dans le tiers monde dans les territoires occupés de Gaza. Cette politique condamnait l’agriculture à une mort lente planifiée, sans égard aux conséquences que cette décroissance programmée aurait pour les Gazaouis. 

boycott, Mehadrin, armée israélienne, paysans, Gaza, pêcheurs, développement, économie, manifestation, Olten, exportations

 Paysans manifestant à Gaza le samedi 9 février 2013 pour un boycott de produits des entreprises israéliens agricoles (Photo Eva Bartlett)


L’analyse de Dr Roy est de toute actualité. La troisième édition de ce livre phare sortira cette année. Ceux qui travaillent la terre et la mer à Gaza réagissent enfin contre leur situation invivable. Samedi 9 février 2013, une action a Gaza a trouvé un écho dans 40 villes européennes, y compris à Olten. boycott, Mehadrin, armée israélienne, paysans, Gaza, pêcheurs, développement, économie, manifestation, Olten, exportations

A la manifestation à Gaza, 9 février 2013 (Joe Catron)

Des articles de Maan News, l’Electronic Intifada (Joe Catron), Mondoweiss (Adam Horowitz) et Eva Bartlett ont résumé les évènements d’hier.

« Des centaines de paysans et de pêcheurs se sont approchés de la frontière de Gaza ce samedi pour appeler à un boycott des firmes agricoles israéliennes. L’Union des comités de travailleurs agricoles (UAWC) de Gaza vise tout d’abord la firme de Mehadrin, société qui opère dans les colonies illégales des territoires occupées. Mehadrin, dont le siège est à Olten, est propriétaire de la marque JAFFA depuis le décès d’Agrexco en 2011. Elle exporte des agrumes et des dattes (Medjool), parmi d’autres produits. Les activités de Mehadrin ont été dénoncées samedi dans des villes de France, d’Italie, de Belgique, du Luxembourg, de Suède, d’Allemagne, de Suisse et des Pays-Bas.

boycott, Mehadrin, armée israélienne, paysans, Gaza, pêcheurs, développement, économie, manifestation, Olten, exportations

Olten samedi 9 février 2013 

Israël exerce un contrôle stricte sur les exportations et les importations de la bande de Gaza. Les marchés de Gaza croulent sous les importations de denrées et la marchandise en provenance d’Israël. Il y a par contre peu d’exportations palestiniennes admises. En 2012, 131'997 livraisons de nourriture et de produits agricoles sont arrivés par camion à Gaza. En même temps, seulement 731 camions de marchandise palestinienne étaient autorisés à sortir selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA). 

boycott, Mehadrin, armée israélienne, paysans, Gaza, pêcheurs, développement, économie, manifestation, Olten, exportations

Les marchés palestiniens sont inondés de produits israéliens (Basel al Maqousi, Windows from Gaza)

Le mois passé, il y a eu douze attaques israéliennes contre les pêcheurs gazaouis selon le Centre palestinien pour les droits humains (PCHR). De surcroit, des tirs de l’armée israélienne ont tué deux civils et blessé dix autres près de la barrière de séparation. Le 19 janvier, une fillette de deux ans fut blessée lorsque les forces israéliennes ont ouvert le feu sur des terres agricoles à l’est de Wadi al-Salqa. En tout, depuis le cessez-le-feu du mois de novembre 2012, plus de 80 Palestiniens ont été blessés et quatre tués près de la barrière le long de la frontière selon activiste britannique Adie Mormech.

Dr Taha Rifae de l’UAWC explique la logique de ces protestations : ‘L’agriculture est une partie vitale de notre économie et de notre patrimoine, mais elle est la proie à une destruction systématique dont ces entreprises sont les premières bénéficiaires.’ Il ajoute : ‘En faisant du commerce avec des sociétés comme celle de Mehadrin, les supermarchés européennes financent la dépossession des paysans palestiniens.’ 

boycott, Mehadrin, armée israélienne, paysans, Gaza, pêcheurs, développement, économie, manifestation, Olten, exportations

La manifestation du 9 février à Gaza (Joe Catron)

Le paysan Mustafa Arafat résume sa vue de l’impasse : ‘Il faut de la pression internationale sur Israël pour que notre économie puisse se développer et pour que nous, nous puissions aspirer à des vies normales.’ »

Commentaires

Je pense que l'Etat d'Israël est légitime à implémenter la stratégie qu'il juge la plus profitable à ses intérêts et/ou à la protection de sa population, à l'encontre de l'entité hostile et terroriste qu'est gaza.

Je déplore, sans aucune réserve, la faveur qu'octroie l'Etat d'Israël à ce califat islamo-fasciste en autorisant le transit, par sa frontière, d'approvisionnement de denrées, médicaments ou matériel et formule le souhait que l'Etat d'Israël revienne à la raison et ferme définitivement tout point d'approvisionnement de gaza depuis son territoire et, par la même occasion, cesse de l'alimenter en électricité et de lui prodiguer, dans ses hôpitaux et au frais du contribuable Israélien, un soin quelconque au peuple de gaza. Les gazaouis ont, par vote démocratique, confié leur destin aux mains de terroristes, personne ne les a forcé, qu'ils en jouissent pleinement mais qu'ils fassent preuve d'un minimum de dignité ou bien qu'ils fassent appel aux "frères" Egyptiens.

Écrit par : Giona | 11/02/2013

" Les marchés de Gaza croulent sous les importations de denrées et la marchandise en provenance d’Israël."

Mais qu'attendent les gazaouis pour les boycotter les produits Israéliens et s'approvisionner, faute au hamas d'être incapable d'assurer l'autosuffisance alimentaire, en produits Egyptiens. Fromage ou dessert, il faut choisir.

Remarques :

1)De votre aveux, la pénurie de denrées alimentaires à gaza est un mythe. Mais ça nous le savions déjà.

2) Selon l'OMS 11 à 15 % des gazaouis souffrent d'obésité. Complot sioniste ?

Écrit par : Giona | 11/02/2013

Merci, Carol, pour ces informations très rigoureuses.
Cette façon d'étouffer les Gazaouis est terrible pour ceux qui la vivent au quotidien. Et après, d'aucuns s'étonnent qu'il y ait une bombe qui explose, signe de tout ce qui est contenu dans le coeur de ce peuple étouffé par des grignotages successifs qui se suivent mais ne se resemblent pas toujours.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 11/02/2013

Les commentaires sont fermés.