06/03/2013

Prisonniers palestiniens : une délégation de Gaza est à Genève

La situation inacceptable des 4'740 prisonniers palestiniens dans les geôles en Israël était mise à l’examen aux Nations Unies aujourd’hui, 6 mars 2013, par une délégation du Centre Palestinien pour les Droits Humain (PCHR) de Gaza City. Les abus dans les prisons israéliennes sont d’une actualité brûlante, entre la mort sous la torture d’un détenu, il y a une dizaine de jours  accusé d’avoir jeté des pierres et le rapport de l’Unicef sorti ce jour même. 

Gaza, Genève, ONU, PCHR, prisonniers palestiniens, Unicef, occupation, Israël, prisons, Conventions de Genève

 Jeune palestinien arrêté par des officiers israéliens après une manifestation le 18 février au checkpoint de Huwwara près de Naplouse en soutien aux prisonniers en grève de la faim. (Issam Rimawi/APA images)


Le PCHR est connu pour ses critiques des abus des droits humains par les autorités en Israël et également par les dirigeants palestiniens. En raison de l’occupation de leurs territoires, chaque Palestinien se considère en droit de résister. Selon les cinq visiteurs de Gaza, la manière dans laquelle les arrestations se passent et le traitement que les prisonniers et leurs familles reçoivent sont autant en cause que l’énumération statistique accablante des pratiques illégales de l’Etat d’Israël. Le témoignage des deux mères de prisonniers aussi bien que celui des trois ex-prisonniers était centré sur les violations fréquentes des lois internationales régissant le droit des détenus.

Le vice-directeur du PCHR Jaber Wishah a lui-même vécu 14 ans en prison. C’est l’arrachement de ses deux petites filles par deux douzaines de soldats débarquant chez eux au milieu de la nuit qui lui laisse le souvenir le plus blessant. Les rares visites familiales duraient dix minutes dans les premières années de son emprisonnement.

Gaza, Genève, ONU, PCHR, prisonniers palestiniens, Unicef, occupation, Israël, prisons, Conventions de Genève

 M. Jaber Wishah, 62 ans (photo Carol)

Abdel Nasser Firwana, le Directeur des Statistiques du Ministère palestinien pour les affaires des détenus, a passé six ans en prison. Il se dit marqué à vie par l’arrestation violente dans la nuit de son père lorsqu’il avait 3 ans : toute la famille était battue avec les crosses des fusils. M. Firwana a fait l’expérience de la détention administrative. Selon ce régime, un prisonnier n’est pas informé des charges contre lui. Il peut voir sa détention renouvelé tous les six mois. Deux fois sur quatre, M. Firwana n’a jamais su pourquoi il était arrêté. « La prison et la torture continuent toujours d’habiter nos forts intérieurs, » dit-il.

Gaza, Genève, ONU, PCHR, prisonniers palestiniens, Unicef, occupation, Israël, prisons, Conventions de Genève

 M. Abdel Nasser Firwana, 45 ans (photo Carol)

 M. Anouar Matar, employé du PCHR, a passé deux ans et demi en prison sous trois différentes formes de détention. Comme M. Firwana, il n’a jamais compris quelles étaient les charges retenues contre lui. Il a insisté sur la souffrance des familles des prisonniers. Il trouve primordial que les familles des prisonniers puissent témoigner dans des pays différents pour que le monde sache ce qui se passe dans les prisons en Israël.

Gaza, Genève, ONU, PCHR, prisonniers palestiniens, Unicef, occupation, Israël, prisons, Conventions de Genève

 M. Anouar Matar, 41 ans (photo Carol)

 Les trois ex-prisonniers ont souligné l’importance des mères palestiniennes qui se sont organisées à Gaza pour demander des conditions plus humaines pour les détenus et pour les visites familiales. Mme Ghalia Baroud a vu son fils Ibrahim deux fois ces dernières sept années, ayant renoncé à lui rendre visite après une fouille corporelle complète qui l’a terriblement humiliée. Son fils est censé être bientôt libéré après 27 ans de prison. Gaza, Genève, ONU, PCHR, prisonniers palestiniens, Unicef, occupation, Israël, prisons, Conventions de Genève

  Mme Ghalia Baroud, Um Ibrahim, 75 ans (photo Carol)

Mme Najat Al Falouji a aussi fait le voyage de Gaza à Genève pour témoigner des conditions d’arrestation et de détention de ses deux fils. Les autorités israéliennes nient qu’un de ses fils est bien son fils, alors elle ne peut pas lui rendre visite. Cette situation absurde est un exemple de beaucoup d’autres tracasseries administratives qui rendent le suivi des prisonniers par leurs familles une lutte continuelle.

Gaza, Genève, ONU, PCHR, prisonniers palestiniens, Unicef, occupation, Israël, prisons, Conventions de Genève

 Mme Najat Al Falouji, Um Dia, 65 ans (photo Carol)

M. Wishah demande à la Suisse d’assumer ses responsabilités comme garante des Conventions de Genève pour mettre fin à ces pratiques qui contreviennent au droit international. A cet égard, il espère discuter à Berne de la possibilité de convenir une conférence internationale des hautes signataires des Hautes Parties contractants des Conventions. 

Gaza, Genève, ONU, PCHR, prisonniers palestiniens, Unicef, occupation, Israël, prisons, Conventions de Genève

Manifestation à Jaffa, port de Tel Aviv, le 3 février 2013 (Shiraz Grinbaum/Active Stills)

Commentaires

Tout simplement soutenons la cause palestinienne au quotidien

Écrit par : Mounia Derungs | 07/03/2013

Les commentaires sont fermés.