18/04/2013

Le Marathon de Bethléem n’est pas ouvert à tous

Environ 400 coureurs, dont la moitié sont des étrangers et l’autre moitié des Palestiniens, participeront au premier marathon de Palestine ce dimanche 21 avril, mais 26 Gazaouis ne pourront probablement pas en faire partie. Cela est la décision du COGAT, le Coordinateur des Activités gouvernementales dans les territoires, qui accorde les laissez-passer entre la bande de Gaza et la Cisjordanie. 

marathon, Gaza, Bethléem, COGAT, Gisha, Palestiniens, liberté de mouvement, Israéliens

Sanaa Abu Bkheet, 28 ans, censée venir à Bethléem pour le Marathon, s’entraine sur la plage à Gaza.


Le COGAT ignore l’appel de dizaines d’Israéliens, expliquant que « l’entrée des résidents de la bande de Gaza en Israël n’est autorisée que pour des cas médicaux urgents. » En même temps, selon Gisha, (Centre juridique pour la Liberté de mouvement) basée à Tel-Aviv/Jaffa, il y a parfois des groupes autorisés à entrer pour un motif reconnu valable par les autorités palestiniennes. Son avocat demande au COGAT de reconsidérer sa décision.

Selon Sari Bashi, la directrice de Gisha, elle-même une participante expérimentée des marathons, une dernière procédure d’appel est prévue dans les prochains 24 heures pour que les participants gazaouis puissent venir par le passage d’Erez avant sa fermeture pour le sabbat juif.

La compétition, baptisée « Marathon palestinien pour le droit au déplacement » (Right to Movement Palestine Marathon) est planifiée depuis deux ans à l’inspiration de deux coureuses danoises. Prenant comme point du départ l’article 13 de la chartre des Nations Unies, qui garantie la liberté de mouvement, les organisateurs décrivent les obstacles à la liberté de mouvement pour les Palestiniens – blocages des routes, check-points, zones militaires, mur illégal et un ensemble de lois administratives rendant tout déplacement extrêmement difficile.

Il y a quatre catégories prévues dans ce Marathon : la compétition féminine de 5 miles où la Gazaouie Sanaa Abu Bkheet espérait courir ; une deuxième catégorie sur 6 miles (10 kilomètres ; un demi- marathon pour lequel six gazaouis s’étaient inscrits et le marathon de 42 kilomètres, qui débutera et finira à l’Eglise de la Nativité à Bethléem en passant par des camps de réfugiés et une oliveraie. Le Gazaoui Nader Al-Masri, qui a représenté la Palestine dans les Jeux Olympique à Beijing en 2008, s’était inscrit avec quatre autres gazaouis pour cette catégorie là. marathon, Gaza, Bethléem, COGAT, Gisha, Palestiniens, liberté de mouvement, Israéliens

Nader Al-Masri, à gauche, court dans le Marathon 2011 de Gaza (Photo : AFP)

Il n y a que 73 kilomètres entre Gaza et Bethléem, mais avec les tracasseries du déplacement, la distance semble incommensurable.

Commentaires

« Marathon palestinien pour le droit au déplacement » erci beaucoup pour votre texte! Ces 73 kilomères jusqu'à Bethléem, et retour...ça veut tout dire!
Claire-Marie

Écrit par : cmj | 19/04/2013

Il y a bien moins de distance entre Bethlehem et l'Etat d'Israël, mais les organisateurs du Marathon étaient aussi obligés par L'Autorité palestinienne de refuser les inscriptions des israéliens qui sont arrivés illégalement à Bethléem pour courir dans le Marathon. L'article d'Ilan Goldman dans le Haaretz du 22 avril raconte cette ultime limitation sur l'origine des coureurs: http://www.haaretz.com/news/sports/in-bethlehem-the-inaugural-palestine-marathon-is-off-and-running.premium-1.516732

Écrit par : Carol Scheller | 22/04/2013

Les commentaires sont fermés.