24/04/2013

« Si votre conscience n’est pas nette, ne le faites pas. »

Natan Blanc, objecteur de conscience israélien inspiré par les évènements de l’Opération Plomb Durci à Gaza, a parlé cette semaine avec une journaliste palestinienne. Entre sa huitième et sa neuvième condamnation pour refus de service militaire, il a répondu à quelques questions pour l’Electronic Intifada. 

plomb durci, Natan Blanc, objecteur de conscience, prisonnier, prison, armée israélienne, refusnik, occupation, démocratie
Des soldats israéliens arrêtent un enfant palestinien après avoir aspergé son visage avec du spray au poivre pendant une protestation contre la nouvelle décharge israélienne à ciel ouvert sur les terres du village de Qusin, à l’ouest de Naplouse, au nord de la Cisjordanie. C’était le 6 mars 2013. La décharge se situe à 1 kilomètre de la partie résidentielle de Qusin, sur un terrain au-dessus d’une importante nappe phréatique.


‘Refusez le service militaire dans l’armée israélienne,’ dit le refusnik à ses compatriotes’
par Sawsan Khalife’, Shefa Amr, 19 April 2013

Sawsan Khalife’ (S) : Pouvez-vous me raconter un peu votre parcours de vie ?

Natan Blanc (N) : J’ai 19 ans, je viens de Haifa. Au lycée, j’ai étudié le cinéma. Lorsque j’avais 18 ans, j’ai fait partie d’un programme de formation d’une année à Jérusalem. Nous étions une douzaine. A la fin de l’année, nous étions censés rejoindre l’armée israélienne.

Tous les autres participants ont intégré l’IDF [l’armée israélienne]. Dès le début de la formation, je savais que je ne le ferais pas. J’ai aussi travaillé bénévolement pendant cette période dans un programme de leadership de la jeunesse dans le cadre du MDA [le service médical national en Israël] et comme éditeur sur Wikipedia.

S : D’où vient votre prise de conscience politique ?

N : C’est dans ma famille que j’ai appris à réfléchir. Mes parents sont des activistes politiques. Déjà petit, je les ai accompagnés à des manifestations. Plus âgé, j’étais membre d’un programme de leadership pour la jeunesse, mais je l’ai quitté parce que tout le monde se préparait pour servir dans l’armée. Je m’y suis senti à part et trop différent d’eux.

S : Comment est-ce que vous décrirez l’IDF [l’armée israélienne]?

N : L’IDF est un simple instrument du gouvernement israélien, qui l’utilise pour exercer son autorité. Les militaires suivent des ordres qui viennent de plus haut. Depuis des décennies, l’IDF viole des droits humains élémentaires en exécutant les décisions et les politiques du gouvernement.

Les services de l’école de recrues m’ont convoqué maintenant huit fois, et chaque fois m’ont condamné à la prison pour avoir refusé de m’incorporer dans l’armée. La dernière fois, il y a de ça une semaine, ils m’ont proposé un travail dans un hôpital dans le cadre du service civil, mais j’ai refusé puisque je serais obligé de porter l’uniforme militaire.

Alors, on m’a renvoyé en prison à nouveau, pour la huitième fois, et on m’a relâché hier. J’étais dans la Prison Six près de l’Atlit [une petite ville de la Méditerranée près de Haifa]. 

plomb durci, Natan Blanc, objecteur de conscience, prisonnier, prison, armée israélienne, refusnik, occupation, démocratie
Vue de la Prison Six (Wikipedia)

Cette prison est destinée aux soldats israéliens qui violent la loi pendant leur service ou, comme dans mon cas, refusent de servir dans l’armée dès le début. Dans cette prison, peu sont dans mon cas. J’étais le seul prisonnier cette année qui fut condamné pour avoir refusé de servir. Nous ne sommes vraiment pas nombreux.

S : Mais est-ce que vous auriez pu éviter le service sans avoir fait de la prison ?

N : Oui : beaucoup de gens évoquent des problèmes mentaux ou médicaux pour ne pas être mis en prison pour refus de servir. Moi, je n’ai pas envie de mentir. C’est important dans cette situation de dire toute la vérité. On ne devrait pas avoir honte ni peur de déclarer ses convictions.

S : Et c’est quoi, vos convictions ?

N : J’ai dit plusieurs fois devant le juge que je refuse de participer à l’occupation. 

plomb durci, Natan Blanc, objecteur de conscience, prisonnier, prison, armée israélienne, refusnik, occupation, démocratie
L’armée israélienne procède à une énième démolition de maison aujourd’hui le 24 avril 2013 dans le camp de réfugiés d’Arrab à Hébron. Selon l’organisation israélienne B’tselem, Israël a détruit plus d’un millier de maisons entre 1999 et 2004. (Maan News)

Je m’oppose à ce que l’IDF fait. Leurs actions me posent un problème moral. Je n’en ferai pas partie.

Je relève toutes ces injustices envers les Palestiniens sous le régime israélien : il n’y a pas de démocratie, ils ne sont pas maîtres de leur destin puisqu’ils n’ont pas le droit de vote, le régime impose ses décisions par la force. C’est la Knesset [le parlement israélien] qui vote et décide pour les Palestiniens. Il décide de leur sort sans les inclure dans le processus de décision. Je ne participerai pas à cela non plus.

S : Croyez-vous que l’Etat d’Israël vous empêchera de trouver un travail ou de poursuivre vos études à l’avenir ?

N : Je pense que le gouvernement essaye de faire peur aux gens qui ainsi hésitent à refuser le service avec toutes ces histoires de ne pas obtenir un bon travail après. Concernant l’attitude de la société à mon égard, je crois qu’il y a beaucoup de citoyens qui comprennent et qui soutiennent ma cause, mais il y en a bien plus qui l’acceptent avec difficulté.

S : Y-t-il des organisations qui prônent une exemption du service pour motifs idéologiques ?

N : Il y a deux organisations principales – Yesh Gvul [Il y a Une Limite ndlt] et Ta’ayush [Ensemble ndlt]. Ils organisent des manifestations en faveur du droit au refus de servir devant la Prison Six. Ils organisent l’envoi de lettres à tous ceux qui ont refusé le service en leur offrant leur soutien et des conseils juridiques.

S : Que pouvez-vous dire aux jeunes Israéliens et Israéliennes qui arrivent à l’âge de 18 ans et doivent servir dans l’IDF ?

N : Servir dans l’armée aura un impact sur votre vie, et pas seulement sur la votre – également sur la vie de beaucoup d’autres. Vous devriez en avoir la conscience claire. Vous devriez réfléchir bien avant de participer à l’occupation et à la guerre.

Je sais que le service militaire est obligatoire, mais il est possible de le refuser comme je le fais. Il y a des conséquences, mais si votre conscience n’est pas nette, ne le faites pas, quelque soit le prix que vous devez payer.

Sawsan Khalife’ est une activiste politique et journaliste de Shefa Amr dans la région de la Galilée en Palestine. »

 

Les commentaires sont fermés.