22/05/2013

Natan Blanc persiste et signe

Le groupe israélien New Profile nous apprend que l’objecteur de conscience Natan Blanc purge une peine pour la dixième fois. Il refuse toujours de servir dans l’armée israélienne. 

Natan May.jpg

 Natan Blanc (photo Amnesty International)


« Jusqu’ici, Natan Blanc a passé plus de 150 jours en prison. Après quelques semaines, il est libéré, ensuite jugé et emprisonné de nouveau après avoir répété son refus de rejoindre l’armée. Le 12 mai, il a été condamné à nouveau pour 28 jours dans la Prison militaire #6 près d’Atlit, dans le nord d’Israël.

Blanc dit qu’il ne veut pas participer à des violations des droits humains contre les Palestiniens dans les territoires palestiniens occupés. Il a été emprisonné la première fois pour avoir refusé son appel sous les drapeaux en novembre dernier.

Amnesty International, avec New Profile, l’Internationale des résistants à la guerre, Yesh Gvul, Gush Shalom et Connection e.V. adresse une pétition au Ministre israélien de la Défense Moshe Ya’alon pour la « Liberation immédiate et inconditionnelle de l’objecteur de conscience Natan Blanc » en anglais :

http://www.change.org/en-GB/petitions/immediately-and-unconditionally-release-conscientious-objector-natan-blanc-from-his-10th-term-in-prison

et en allemand :

http://www.change.org/de/Petitionen/kriegsdienstverweiger...

[Libre à vous de signer !]

Le droit de rejeter le service militaire sur base de l’objection de conscience est protégé par le droit international des droits humains, y compris la Convention des droits civils et politiques (ICCPR), qu’Israël a ratifié.

Bien que le Comité de conscience de l’armée puisse autoriser une exemption du service militaire pour objection de conscience, celle-ci est habituellement accordée uniquement à ceux qui refusent de servir pour des raisons religieuses. Pourtant aucune discrimination n’est permise‘entre les objecteurs de conscience sur la base de la nature de leurs croyances particulière’, i.e. qu’elles soient religieuses ou autres (Comité des droits humains, Observation générale 22 para. 11). Même si le droit israélien autorise l’exemption pour pacifisme, le Comité de conscience rejette souvent ce genre de cas.

Les objecteurs de conscience en Israël peuvent être condamnés à un emprisonnement pour le même ‘délit’ de manière répétée. En 2003, un groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire a dit que cette pratique est contraire au droit humain international qui interdit le  ‘double péril’. »

Nos remerciements à l’ami Marc Abramowicz de nous avoir transmise ces nouvelles depuis la Belgique. Veuillez diffuser à vos listes, aussi par Facebook ou Twitter.

Commentaires

Un chaleureux merci, Carol, pour ce témoignage si puissant d'un jeune homme qui sait suivre la voie de sa conscience plutôt que l'impact d'un lavage de cerveau.
Quand je lis sur la note de M. R. Hayoun http://mrhayoun.blog.tdg.ch/archive/2013/05/21/georges-steiner-et-l-identite-juive-l-interview-du-journal-l.html
" Et pour finir, ils contribueraient à l’émergence d’une nouvelle identité juive, en paix avec elle-même, admise par le reste de l’humanité, jouant le rôle d’un phare de l’humanité, mission que les prophètes du VIIIe siècle avent Jésus lui avaient assignée", c'est peut-être à ce genre d'être humain comme Natan Blanc qu'il fait allusion?

Écrit par : Marie-France de Meuron | 23/05/2013

Les commentaires sont fermés.