07/07/2013

N’aie pas plus de huit ans !

Un article et une vidéo de B’Tselem, organisation non-gouvernementale israélienne, décrit la situation des visites des détenus de Gaza (voir le billet précédant, film d’une visite à la prison de Ramon). B’Tselem fait un appel au Service des prisons israélienne pour qu’il permette à la parenté du premier degré, y compris les enfants de tous âges, de rendre visite à leurs proches gazaouis emprisonnés en Israël. B’Tselem a publié une vidéo de témoignages d’enfants qui n’ont pas pu voir leur pères depuis 2007. Israël n’a pas expliqué pourquoi les visites pour les enfants de plus de huit ans sont interdites.  

Btselem visites des enfants.JPG
http://www.youtube.com/watch?v=W4z8GvtmrCI&feature=player_embedded

(La traduction de la vidéo se trouve à la fin de ce billet.)


« Israël interdit aux enfants de Gaza de rendre visite à leurs pères en prison 23 mai 2013

En juillet 2012, Israël a réhabilité son autorisation pour des visites des familles des détenus palestiniens de Gaza emprisonnés en Israël. … Cette décision était prise suite à une grève de faim de quelques 2000 prisonniers palestiniens pendant six semaines. Depuis mai 2013, tout enfant gazaoui qui a moins de huit ans peut rendre visite à son père. Il y a eu trois visites depuis, une pour chacune des trois prisons où se trouvent des détenus de Gaza -  Ramon, Nafha et Eshel (Dekel). Les visites se font en principe les lundis et à tour de rôle, une prison à la fois, ce qui veut dire qu’un détenu reçoit une visite tous les trois ou quatre mois. En contraste, un détenu palestinien de Cisjordanie ou d’Israël peut avoir une visite tous les deux semaines.

En avril 2013, il y avait 511 détenus de Gaza, dont 14 mineurs, dans les prisons israéliennes [Pour rappel : il est contraire à la loi internationale d’interner des détenus à l’intérieur du pays occupant plutôt que sur le territoire occupé. ndlt]. Un prisonnier mineur et 411 adultes sont incarcérés « pour des raisons de sécurité ». Cent détenus et 13 mineurs sont accusés des crimes. Parmi ceux-ci, 23 ont commis le crime d’être illégalement domiciliés en Israël [ce qui veut dire, qu’ils dorment en Israël en y travaillant illégalement ndlt]. »

Voici ce que les enfants interdits de visite à leur père disent (voir la vidéo plus haut, en arabe, avec des sous-titres en hébreu et anglais) :

« Je m’appelle Muhammad Aymon Awawdeh. J’ai 14 ans et j’habite le camp de Bureij. Cela fait sept ans que je n’ai pas vu mon père. Je n’ai pas vu mon père pour la moitié de ma vie.

Mon nom est Tareq Ahmad a-Sakaneh. Mon père est le prisonnier Ahmad a-Sakaneh. Je vis dans le quartier de Zeitoun dans la ville de Gaza. Je n’ai pas vu mon père depuis six ans. J’espère  pouvoir lui rendre visite. Je pense à lui pendant les fêtes et quand je sors avec mes amis. J’ai envie qu’il soit là avec nous. J’ai complètement oublié comment il est.

Je m’appelle Alaa al-Hams. Je viens de Rafah, et je suis en cinquième année. Je n’a pas vu Papa depuis que j’étais en première. Je ne me rappelle pas du tout de lui, j’ai vu seulement des photos. Je suis triste que je ne puisse pas le voir.

Mon nom est ‘Alam Aymon Awawdeh. Je suis en sixième primaire. Mon père est en prison depuis 2003. La dernière fois que j’ai vu Papa, j’avais 5 ans. (on lui demande comment il se sent quand il sait que d’autres peuvent aller visiter mais pas lui.) ‘Je commence à hurler.’ (‘Pourquoi ?’)‘Parce que Papa me manque.’

Mon nom est Jumanah. Mon père prisonnier s’appelle Ala Abu-Jazar. J’ai 12 ans et je suis en sixième primaire. Je n’ai pas vu mon père depuis 7 ans, depuis qu’il est allé en prison.

Muhammad : Quand c’est Eid [la grande fête annuelle, comme Noël ndlt], je vois tout le monde présentant leurs bons vœux à leur père, Moi aussi je veux pouvoir dire bonnes fêtes à mon père comme les autres enfants. J’espère que tous les enfants vont pouvoir aller leur rendre visite.

Tareq : J’espère que tous les enfants pourront aller voir leur père. Nous n’avons aucune influence sur la situation de sécurité. Ils peuvent sans problème nous autoriser des visites. Nous ne sommes que des enfants.

Alaa : ‘J’aimerais qu’ils me laissent lui rendre visite juste une fois, parce que je veux juste voir Papa.’

‘Alam : ‘Je me sens seul au monde, sans personne avec moi, je n’ai jamais personne avec moi dans ce monde.’ »

18:07 Publié dans Connaissance du Monde | Tags : gaza, prisonniers, israël, visites, enfants, prisons, palestine | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

cette situation est intolérable
est un pur déni de droits des prisonniers civils est unilatéralement décidée par les responsables israéliens
est totalement à l'encontre de l'esprit des conventions internationales
dont Israël est signataire et partie

L'ONG B’Tselem peut utiliser le pouvoir de millions de citoyens en réseau à travers le monde (par exemple via l'ONG Avaaz dont c'est l'objet),
en y faisant signer une pétition à l'attention du gouvernement israelien.

Écrit par : Pierre à feu | 07/07/2013

Les commentaires sont fermés.