13/07/2013

La cage des oiseaux s’est ouverte, un peu

La semaine passée, l’armée israélienne a refusé l’autorisation aux quarante sept enfants de Gaza Music School de se rendre au camp de musique de l’Edward Saïd National Conservatory of Music (ESNCM) en Cisjordanie. (L’ESNCM est soutenu par la fondation genevoise Les instruments de la paix.) A la dernière minute, l’organisation non-gouvernementale israélienne Gisha a réussi à faire accepter la venue de 11 enfants pour le premier des cinq jours du camp. Les autres ont pu assister aux quatre jours restant. Tania Hary, directrice des relations internationales pour Gisha, raconte l’histoire au journal israélien Haaretz. 

Armée israélienne, Edward Saïd National Conservatory of Music, Les Instruments de la paix, Gaza Music School, Gisha, musiciens, Arab Idol, Mohammed Assaf, Ramallah, Gaza, concert
De jeunes musiciennes de Gaza s’exercent avant leur concert à Ramallah le 30 juin 2013 (photo par l’Edward Said National Conservatory of Music, Gaza)


« Les futurs musiciens stars de Gaza ont vécu des dissonances dans leur trajet vers un camp d’été

Quand tu es un enfant musicien de Gaza et pas une star comme le gagnant récent d’Arab Idol Mohammed Assaf, tu es classé comme à risque pour la sécurité de l’Etat d’Israël par l’armée. Arriver à Ramallah comme Assaf est un parcours du combattant. 

par Tania Hary Opinion Haaretz 9 juillet 2013

Lundi dernier, le récent gagnant du concours de chant Arab Idol qui vient de la bande de Gaza, a chanté dans le premier de trois concerts gratuits planifiés en Cisjordanie. Un jour avant son concert, les premiers onze de quarante sept musiciens, eux aussi de Gaza, ayant entre 8 et 16 ans, ont joué pour un concert près de Ramallah, sans grande attention des media.

Les enfants participaient à un camp de cinq jours pour de jeunes musiciens du l’ESNCM. Cette institution fondée il y a 20 ans promeut l’étude de la musique dans cinq lieux en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. La demande faite pour le déplacement des musiciens de Gaza fut initialement rejetée par l’armée israélienne. Normalement, une personne qui désire se déplacer de la bande de Gaza vers la Cisjordanie doit remplir des critères de besoin ‘humanitaire’ pour recevoir une autorisation. A moins que l’on s’appelle Mohammed Assaf. Gisha a enfin réussit à arracher une autorisation pour les enfants grâce à des pressions de plusieurs instances. 

Armée israélienne, Edward Saïd National Conservatory of Music, Les Instruments de la paix, Gaza Music School, Gisha, musiciens, Arab Idol, Mohammed Assaf, Ramallah, Gaza, concert
Jeune musicienne de Gaza au camp d’été à Bir Zeit, Cisjordanie, auquel 19 jeunes gazaouis ont pu participer durant 10 jours en été 2012 après des démarches longues et compliquées de la part de Gisha (photo du ESNCM)

La population de la bande de Gaza – 1,7 million de personnes – compte 901'000 filles et garçons de moins de 18 ans, 53% de la population. … l’armée n’a pas expliqué comment le refus aux jeunes musiciens de venir en Cisjordanie pour leur camp allait empêcher des combattants – un pourcentage infime de la population – de tirer des roquettes … A mon avis, ils n’ont pas expliqué la connexion puisqu’il n’y en aucune.

Dans une des émissions d’Arab Idol, un des juges a laissé imaginer combien de vedettes comme Mohammed Assaf pourraient vivre à Gaza en ce moment, inconnues au monde. Toujours est-il que 47 enfants qui ont presque raté la possibilité de participer à un camp d’été censé les aider à développer leurs compétences ont pu y aller. Qui sait si parmi eux il y aura des représentants futurs de la Palestine. Nous nous réjouissons du happy ending de cette histoire ainsi que celle de Mohammed Assaf - elles montrent simplement qu’encore beaucoup plus est possible. 

Tania Hary est directrice des relations internationales pour Gisha –Legal Center for Freedom of Movement – on Twitter: @Gisha_Access. » 

Les commentaires sont fermés.