24/08/2013

Course contre la montre

Les richesses archéologiques de Gaza, sujet de l’exposition « Gaza à la croisée des civilisations » au Musée d’art et d’histoire en 2007, sont menacées par les besoins de construction. Un article du journal israélien Haaretz en anglais décrit la situation précaire de ces vestiges qui couvrent 4500 années, entre un rempart à l’Age de bronze et les mosaïques coloriées byzantines.

Musée d'art et d'histoire, Genève, Gaza, mosaïques, école biblique et archéologique, Jerusalem, UNESCO, Saint Hilarion, Jabaliyah, site archéologique, église, construction, fouilles, ruines, carrefour des civilisations, don
Vestiges du monastère St-Hilarion à Tell Oum al-Amr, 28 novembre 2012 (AFP/Archives)
 


 « Des archéologues se précipitent pour sauver les ruines anciennes de Gaza
par The Associated Press, 20 août 2013

Saint Hilarion, bande de Gaza – Les ruines de cet ancien ensemble sont situées sur des dunes à côté de la mer, loin du bruit de la ville de Gaza. Dans le ciel, des oiseaux rivalisent avec les cerfs-volants des enfants près d’une ferme avoisinante.

Le monastère de St Hilarion, un souvenir du temps où la foi chrétienne était la religion principale dans la bande de Gaza, est un des trésors archéologiques dispersés sur ce territoire qui longe la Méditerranée. Mais Gaza est un des endroits le plus surpeuplé du monde et l’expansion de la construction urbaine met en péril son ancienne histoire, selon des experts. 

musée d'art et d'histoire,genève,gaza,mosaïques,école biblique et archéologique,jerusalem,unesco,saint hilarion,jabaliyah,site archéologique,église,construction,fouilles,ruines,carrefour des civilisations,don,christianisme,monastère,egypte
Pavement en mosaïque d’une église de St Hilarion (René Elter, Ecole biblique et archéologique de Jérusalem - ABAF, Mission de coopération franco-palestinienne 2010/World Monument Fund)

Les archéologues manquent de moyens financiers et de personnel formé pour protéger les monuments dont certains sont exposés aux éléments et d’autres sont engouffrés par des projets de construction urbaine.    

‘L’archéologie est partout à Gaza,’ dit l’archéologue français Jean-Baptiste Humbert, responsable des fouilles entre 1995 et 2005. Il décrit l’ancienne Gaza comme ‘une très riche oasis, avec des jardins et des villes. Partout vous trouvez des peuplements, des habitations et des forteresses.’

Maintenant isolé entre Israël et l’Egypte, Gaza était autrefois un carrefour animé entre l’Afrique, l’Orient et l’Asie.

Aujourd’hui, quelques 1.7 millions de Palestiniens se tassent ici sur environ 360 kilomètres carrés. Le besoin de logements à priorité sur la préservation des anciens vestiges, selon Humbert, directeur du laboratoire d’archéologie de l’Ecole biblique et archéologique de Jérusalem. …

Les ruines de St Hilarion, 10 kilomètres au sud-ouest de la ville de Gaza, illustrent les défis que représentent le sauvetage des anciens trésors de Gaza. Il s’agit d’un ensemble d’environ deux hectares appelé Oum al-Amr en arabe. L’ermitage fut construit par Saint Hilarion, un jeune gaziote converti au christianisme en Egypte au début du IVe siècle. Le moine est considéré comme un des fondateurs du monachisme en Terre Sainte.

Sur le site, on trouve des murs et des fondations de deux églises, un cimetière, des bains, un baptistère et des pavements en mosaïques. … 

Musée d'art et d'histoire, Genève, Gaza, mosaïques, école biblique et archéologique, Jerusalem, UNESCO, Saint Hilarion, Jabaliyah, site archéologique, église, construction, fouilles, ruines, carrefour des civilisations, don, christianisme, monastère, Egypte
Des écoliers visitent le baptistère de St Hilarion, cette sortie est imposée par le gouvernement de Gaza. (photo Patrick Chapuis)

Des fonds étrangers sont nécessaires pour sauver ce site, mis à jour en 1999. Humbert estime qu’il faudrait un minimum de 35,000 Euros par an. L’UNESCO a versé une contribution, mais l’argent pour sécuriser le site ‘n’est pas disponible’, selon Junaid Sorosh-Wali, du bureau de L’UNESCO à Ramallah responsable pour le travail à Gaza.

Un autre site à Jabaliyah se trouve tout près du plus grand des huit camps de réfugiés de Gaza. Humbert cherche des fonds pour protéger le pavement en mosaïque qui date du sixième siècle. Le pavement est situé dans une église byzantine qui se trouvait sur le chemin entre Gaza et Jérusalem. Pour le sauver, il faudrait 56'000 Euros pour construire la protection en béton adéquate.

Musée d'art et d'histoire, Genève, Gaza, mosaïques, école biblique et archéologique, Jerusalem, UNESCO, Saint Hilarion, Jabaliyah, site archéologique, église, construction, fouilles, ruines, carrefour des civilisations, don, christianisme, monastère, Egypte
Fadel al-Otal dégage le sable qui couvre la mosaïque de l’église byzantine du Mukheitem à Jabaliyah où l’on voit des victuailles et des ustensiles datant du 6e siècle. (photo Patrick Chapuis)

Le site de Tell es-Sakan au milieu de la bande de Gaza était découvert en l’an 2000 par des universitaires français. Il contient le rempart le plus ancien jamais découvert au Moyen Orient, mais les briques, exposées à la pluie, ont commencé à disparaître. … 

Musée d'art et d'histoire, Genève, Gaza, mosaïques, école biblique et archéologique, Jerusalem, UNESCO, Saint Hilarion, Jabaliyah, site archéologique, église, construction, fouilles, ruines, carrefour des civilisations, don, christianisme, monastère, Egypte
Les fouilles à Tel es-Sakan (Pierre de Miroschedji et Moain Sadeq, 2000)

Malgré les obstacles, les autorités locales ont pratiqué des fouilles durant les trois dernières années le long de la frontière de Rafah avec l’Egypte, où l’on suppose l’existence antérieure d’une ville romaine, d’après les pièces d’argents, les outils, les jarres et les restes d’animaux qui ont été trouvés.

Humbert pense qu’il y a plusieurs dizaines de sites archéologiques encore ‘enfouis sous les sables’ à Gaza. Avec les travaux pour de nouveaux immeubles, il y a fréquemment de nouvelles découvertes, mais on ne communique pas toujours ces trouvailles aux autorités. …

Pour le moment, dit-il, les archéologues de Gaza ‘courent comme des fous, partout, pour éviter que tout soit détruit.’ »

On peut contacter le Père Humbert, bien connu pour ses visites au Musée d’art et d’histoire de Genève, à l’Ecole biblique (tél 00 972 26264468) ou à humbert@ebaf.edu).

Commentaires

On notera avec un certain amusement que c'est un journal israélien qui attire l'attention sur le danger encouru par les vestiges archéologiques de Gaza...

Il est probablement vrai que les ruines du temps chrétien de Gaza ne doivent pas beaucoup intéresser vos copians du Hamas.

Écrit par : Déblogueur | 24/08/2013

@ "Déblogueur"

Vous feriez mieux de vous abstenir plutôt que de laisser des tels "commentaires".

Écrit par : Daniel | 24/08/2013

Le descriptif sous la troisième photo des écoliers autour du baptistère est explicite. Il y a encore une photo des enfants au site de St Hilarion parmi les photos de Patrick Chapuis où il écrit: "Le Hamas a rendu obligatoire la découverte de cet ensemble architectural chrétien par les enfants des écoles."
Cliquez ici : http://patrickchapuis.photoshelter.com/image/I0000X_HKr0vqNfE

Écrit par : Carol Scheller | 24/08/2013

Les commentaires sont fermés.