09/10/2013

La Voie Maritime contre le Blocus ?

Un article de l’Alternative Information Center annonce une initiative des jeunes de Gaza pour ouvrir l’accès par la mer. L’article décrit l’installation progressive d’un blocus de plus en plus total subi par cette jeune génération.

 Gaza, jeunes, pêcheurs, zone tampon, Alternative Information Centre, blocus, libre circulation, mer. bateau, Palestine, Israel
Un pêcheur jette son filet dans la mer à Rafah près des eaux territoriales égyptiennes, 15 septembre 2013 (Eyad Al Baba/APA Images)


« Le Blocus de la Mer à Gaza

Alternative Information Center (AIC), 2 octobre 2013

La libre circulation des Palestiniens est entravée par Israël depuis juin 1989 lorsqu’un système de carte magnétique fut imposé à ses habitants. Une personne pouvait quitter la bande de Gaza seulement s’il possédait cette carte…

En janvier 1991, la politique de fermeture permanente a commencé. Quiconque souhaitant se déplacer en Israël ou en Cisjordanie devait obtenir un permis de sortie personnelle. La veille des Accords d’Oslo en mars 1993, une fermeture globale était établie avec la construction de check points en dur.

La construction de la barrière électrique qui entoure Gaza a débuté en octobre 2000. Israël a choisi ce moment pour bombarder L’aéroport international de Gaza. Pendant la deuxième Intifada, qui a commencé en septembre 2000, les forces israéliennes ont détruit l’infrastructure du nouveau port de Gaza qui était en construction. Gaza, jeunes, pêcheurs, zone tampon, Alternative Information Centre, blocus, libre circulation, mer. bateau, Palestine, IsraelLa bande de Gaza (OCHA décembre 2012)

Suite à son désengagement en août 2005, Israël a érigé unilatéralement une « zone tampon » interdite aux Palestiniens le long des frontières de la terre et de la mer tout autour de la bande de Gaza. La démarcation exacte de cette zone reste floue et la politique d’exclusion est d’habitude renforcée par des tirs de balles réelles. Cette « zone tampon» est illégale selon la loi israélienne et le droit international. Empêcher les Palestiniens d’accéder à leurs terres et leurs zones de pêche viole plusieurs articles des droits humains tels le droit de travailler, celui d’aspirer à un standard de vie adéquat et à une bonne santé. L’utilisation de balles réelles pour imposer la « zone tampon » fait souvent des victimes civiles et les attaques sont faites sans distinction – dans les deux cas, ces actions constituent des crimes de guerre. La dernière attaque date d’aujourd’hui, 9 octobre 2013.

Le blocus maritime a fait des ravages pour l’industrie de la pêche à Gaza. Selon les Accords d’Oslo, la pêche fut autorisé jusqu’à 37 kilomètres (20 miles nautiques) dans la mer. Mais … la distance accordée par Israël est seulement de 11 kilomètres (6 miles nautiques) – et, dans beaucoup de situations, 5,6 kilomètres (3 miles nautiques). En plus, la pêche est proscrite le long des 2,8 kilomètres de la côte nord de la frontière maritime avec Israël et 1,85 kilomètre au sud, le long de la frontière maritime avec l’Egypte. 

Gaza, jeunes, pêcheurs, zone tampon, Alternative Information Centre, blocus, libre circulation, mer. bateau, Palestine, Israel
Les sardines prisées se font rares, port de Gaza 5 octobre 2013 (Ashraf Amra/APA Images)

Selon les estimations du Bureau des Nations Unies pour les affaires humanitaires, les pêcheurs ont besoin d’au moins 12 à 15 miles nautiques pour accéder aux bancs importants de poissons– notamment des sardines … On n’en trouve plus à une distance de 6 miles nautiques de la côte. Avant le blocus, en 1999, la prise totale se montait à presque 4'000 tonnes. En 2008, la prise n’était que de 2'700 tonnes. Dans les années 1990, l’industrie de pêche a Gaza rapportait annuellement 10 millions dollars, soit 4% de l’économie palestinienne. Entre 2001 et 2006, ce chiffre fut réduit de moitié. L’industrie de pêche fait vivre 45'000 Palestiniens employés pour la pêche, la réparation des filets et la vente du poisson. Le poisson est également une source précieuse de protéine animale dont la population a besoin. Le Comité international de la Croix-Rouge note que ‘90% des 3’700 pêcheurs gazaouis sont soit pauvres (solde mensuelle entre 100 et 190 $) soit très pauvres (moins de 100$ par mois) – le nombre de pauvres a augmenté de 50% depuis 2008.’ 

Dans ce contexte, la Coalition de l’Intifada des Jeunes de Gaza a annoncé mardi 1er octobre qu’elle prépare une action pour briser la limite de six miles nautiques imposés aux pêcheurs par l’occupation israélienne et, par la même occasion, briser le blocus naval de Gaza. Un bateau de marchandise destiné à livrer des produits palestiniens au monde extérieur est prévu. Les organisateurs savent bien que les forces israéliennes ne permettront à aucun bateau de quitter le port de Gaza. »

Commentaires

Le blocus à été voté à l'ONU !

Ce n'est pas un blocus maritime puisque que les marchandises destinées à Gaza peuvent passer gratuitement par le port d'Ashdod, c'est un blocus contre les trafiques d'armes, maintenant, j'en conviens, les pêcheurs gazaouis devraient pouvoir exercer leur activité sans restriction, mais y a t-il que des pêcheurs qui se promènent en tenue de pêcheurs dans les eaux de la région ?

Maintenant, Gaza est alimenté et ne manque de rien, les gazaouis sont bien mieux achalandés en nourritures et en biens que leurs concitoyens égyptiens. Certes, le blocus égyptien pèse sur le trafique organisé par les membres du hamas, mais depuis, les rockets ne pleuvent plus sur le sud d'Israël, les choses semblent s'arranger.

Vous parlez des pauvres, si tous les égyptiens bénéficiaient d'autant d'aides que les gazaouis, l'Egypte serait au zénith, il y a aussi de plus en plus de millionnaires qui se font des magnifiques villa près des côtes, on peu les voir avec Google-earth, ce serait peut être à ces nantis d'expliquer comment fonctionne "l'économie" bénéficiant des subventions les plus élevées par habitant de la planète !

Écrit par : Corto | 10/10/2013

Quand est-ce que l'ONU a voté le blocus de Gaza ? Sur Wikipedia, on peut lire : "Dans sa résolution 1860 du 8 janvier 2009, le Conseil de sécurité des Nations unies demande notamment « que l’aide humanitaire, y compris les vivres, le carburant et les traitements médicaux, puisse être distribuée sans entrave dans tout Gaza » et aux États membres de « prévenir le trafic d’armes et de munitions et [d']assurer la réouverture durable des points de passage » Pour des détails, lisez chapitre 3 du livre "Palestine, la trahison européenne" de Stéphane Hessel et Véronique De Keyser: "Les sanctions contre les palestiniens."
Le rapport de l'UNRWA de la semaine passée annonce une pénurie grave de médicaments et des coupures d'électricité de plus en plus fréquentes, faute de carburant, qui menancent en premier les malades et les nouveau-nés dans les hôpitaux. Et un rocket est tombé au sud d'Israël en début de cette semaine.

Écrit par : Carol Scheller | 10/10/2013

Carole, d'où vient 70% de l'électricité consommée à Gaza ?

Connaissez-vous beaucoup de pays qui fournissent de l'électricité à des voisins qui en échange leurs retournent des rockets ?

Pour ce qui en est des médicaments, avez-vous visité le marché d'El-Arish et de Suez etc. dans lesquels on y trouve des tonnes de médicaments provenant des livraisons israéliennes, médicament trafiqués en échanges de denrées de luxe profitants aux membre du hamas ?

Et la liste est longue !!

toutes les infrastructures hydrauliques installées (tuyaux) jadis par Israël et utilisées/transformées en qassams !

Puis des complaintes venant des ong concernant le manque d'eau !!

Écrit par : Corto | 10/10/2013

Concernant votre question sur l'ONU, vous avez donner la réponse, merci !

Mais il y a d'autres résolution cachées dans la jungle onusienne dont le comité de la paix était présidée par feu Kadhafi !

Écrit par : Corto | 10/10/2013

Pour revenir à votre note, bien sûr que devoir imposer des limites aux pêcheurs gazaouis est regrettable, d'ailleurs j'en suis également victime, je me souviens très clairement, il n'y a pas 20 ans lorsque j'allais manger des poissons dans les "paillotes" des plages de Gaza, des moments inoubliables partagés entre gazaouis et israéliens ou autres.

Depuis l'ambiance à changée, tout ce passait presque merveilleusement et il semblait que les intérêts de certains allaient vers d'autres objectifs, une époque où aucune frontière n'était ouverte entre l'Egypte et Gaza, d'ailleurs !

Écrit par : Corto | 10/10/2013

Tsahal vient de déjoué une tentative d'infiltration près du Kibboutz Ein Hashlosha, on voit à quel point la haine et la volonté de tuer des civils juifs est présente à Gaza, cela justifie certainement des mesures de sécurité du coté maritime !

Écrit par : Corto | 13/10/2013

Les commentaires sont fermés.