10/11/2013

S’habiller branché à Gaza

La journaliste Abeer Ayyoub et le photographe Sami Haven ont publié un article sur les préoccupations des jeunes de Gaza à propos de la mode. A Gaza, pour des voyageurs avisés, pas besoin d’alourdir les valises avec des habits : tout se trouve à Fras ! Je l’ai découvert en 2012 avec une amie de 60 ans qui achète la plupart de ses vêtements dans les échoppes de ce grand marché. C’est donc avec plaisir que je traduis l’article d’Abeer Ayyoub, qui se trouve en anglais sur Al Monitor, avec mes remerciements à son intention et à celle de Sami Haven.

boy - sweatshirt.jpg
Ce jeune garçon est fier de son sweatshirt de deuxième main


 « Les vêtements griffés ont du succès malgré la situation difficile

Par Abeer Ayyoub pour Al Monitor Palestine Pulse 30 octobre 2013, Ville de Gaza

En Vieille Ville de Gaza, on trouve les marques Adidas, Levis et beaucoup d’autres noms à la mode à Fras : le plus grand marché de deuxième main de cette enclave appauvrie le long de la Méditerranée. Ce n’est qu’à Fras qu’on peut dénicher les grandes marques à un prix abordable pour la plupart des Palestiniens de Gaza, qui ne peuvent pas se permettre des vêtements branchés récents dont les noms les attirent. C’est bien à Fras où les Gazaouis ont appris à connaître les noms des grandes marques internationales. Les vêtements viennent en majorité d’Israël et la plupart des marques sont israéliennes, avec quelques noms américains ou européens. 

student Al Quds.jpg
Etudiante de l’université d’Al Quds29 octobre 2013

Abu Muhammad Abu Kheir, détaillant de vêtements, établi à Fras depuis 15 ans, se réjouit du nombre constant de ses clients: ‘La plupart de mes clients ont peu de moyens, mais j’ai aussi des clients plus aisés qui viennent régulièrement à la recherche de certaines marques,’ dit-il à l’intérieur de son magasin qui ne paye pas de mine. Les prix chez Abu Kheir vont de 1 $ à 10 $ pour des habits de deuxième main avec une griffe connue. Ses prix sont chers comparés à ceux pratiqués avant qu’Israël ne durcisse son siège de Gaza en 2007. Entre 2007 et 2010, il n’y avait aucune exportation de vêtements de deuxième main à Gaza. Les marchands israéliens se sont orientés vers d’autres marchés. Lorsque l’exportation fut à nouveau autorisée, les vendeurs gazaouis ont dû ajuster leurs prix vers le haut. ‘Avant 2007, je pouvais acheter une tonne de vêtements pour 1'000 $. Maintenant, la même quantité me coûte plus de 2'000 $,’ explique Abu Kheir, ‘ce qui a une incidence sur le prix de mes vêtements.’

Bluelander's young man.jpg
Un jeune dont le regard fait penser au « Blue Steel » dans le film « Zoolander »

Des frontières instables ont toujours influencé le commerce à Gaza. Avant que les tunnels sous la frontière avec l’Egypte aient été creusés en 2007, il y a eu une chute dramatique dans les importations vestimentaires ainsi que dans d’autres importations. Ensuite, les tunnels ont permis aux commerçants de faire venir des habits égyptiens, mais ceux-là n’ont pas été vraiment du goût des Palestiniens. Avec l’introduction des séries turques à la télévision au Moyen Orient, les vendeurs au détail ont commencé à importer des vêtements de la Turquie, ceux-ci se vendent bien. 

business woman.jpg
Jeune femme d’affaires en route au travail 

Abdullah Qassim vient d’ouvrir un magasin de vêtements dans le quartier commercial d’al-Remal, le plus prestigieux à Gaza. Ses habits viennent presque exclusivement de la Turquie. Quoique les prix dans son magasin soient plus hauts que dans les autres, il dit qu’il a assez de clients qui peuvent payer pour s’habiller de façon branchée. ‘Je choisis ma marchandise selon la qualité et la marque, et mes clients sont toujours satisfaits,’ dit Qassim. Il offre des imitations de marque connue, puisque les originaux sont hors de prix pour ses clients. … Le loyer pour un magasin dans la ville de Gaza peut s’élever à plus de 5'000 $ par année, dit-il, ce qui augmente le prix des marchandises.

 artiste hip hop.jpg
Artiste hip-hop cultive son look 

Aucun fabricant de vêtements de marque notoire risquerait d’ouvrir un magasin à Gaza à cause de l’instabilité chronique. Même, il y a des Palestiniens qui considèrent l’achat de produits israéliens ou américains immoral, tant que l’occupation israélienne perdure. En août, la marque israélienne Fox projetait d’ouvrir un magasin à Ramallah [Cisjordanie ndlt], mais les protestations sur les media sociaux ont appelé au boycott. Malgré cela, ce sont les habits israéliens qui ont le plus de succès. Les consommateurs préfèrent de loin les vêtements israéliens quoiqu’il y en reste toujours quelques-uns qui boycottent.

modern.jpg
 Le look moderne avec lunettes de soleil rétro 

Yara Hussam dit qu’elle préfère les habits israéliens pour leur qualité supérieure : ‘Les marques israéliennes sont meilleures que les turques par rapport à la qualité et aussi au prix,’ dit-elle. … » 

Selon Al Monitor, « Abeer Ayyoub contribue régulièrement au Palestine Pulse [Le pouls de la Palestine ndlt]. Elle est diplômée d’un BA en anglais de l’Université Islamique de Gaza. Elle était chercheuse des droits humains avant de commencer une carrière comme journaliste. Elle écrit pour Al-Masry al Youm [quotidien égyptien en anglais et en arabe ndlt], Al Jazeera et Haaretz. Sur Twitter . @Abeerayyoub »

abeer%20ayoub.jpg
Abeer Ayyoub

Commentaires

Si c'est ça, "être branché", alors mieux vaut être débranché !!!

Écrit par : Corto | 10/11/2013

Le hamas vent d'interdire toute forme de célébration pour la commémoration de la mort d'Arafat !

Décidément la paix entre le hamas et le fatah est au zénith !

Le kéfié n'est pas très fashion à Gaza, il suffit de voir les photos !!

Mis à part ça, je trouve l'humour de Carol, très pointu !!!

Écrit par : Corto | 11/11/2013

Pendant que Carol nous fait un joli défilé de femmes voilées, en plus certainement les filles ou femmes de membres du hamas, Israël est sur le terrain aux Philippines pour sauver des vies, comme Israël l'a fait avec brio à Haïti où Israël a sauver la vie de plus de 10'000 personnes gravement blessés avec ses 241 membres de l'équipe médicale d'urgence.

Pour la petite histoire, puisque Carol s'intéresse tant à la "mode" alors qu'Israël sauve des vies, il y a plus d'un milliard et demi de musulmans sur terre, trouver une seule nation musulmane ayant envoyé des équipes de sauvetages aux Philippines, alors que la région la plus dévastée et peuplée de musulmans qui eux, en ce moment, ont oubliés les effets de mode !!

Écrit par : Corto | 11/11/2013

S'habiller branché à Gaza :

C'est s'habiller branché comme en Egypte, pays ayant refusé en 1979 de reprendre son territoire de Gaza lors de la signature des accords de Camp-David avec Sadate sous le gouvernement Morsi qui massacrait des chrétiens pendant son règne le plus pro-hamas de son histoire !

Oui, le seule président égyptien venu rendre une visite plus qu'amicale au hamas est le même qui prônait les mêmes déguisements que le pouvoir totalitaire de Gaza !

Au fait Carol, qu'en est-il des élections tant promises par le hamas ?

Vous devriez joindre votre blog à celui de M. Gworié le seul soutient avec vous du bloc Téhéran-Damas-Gaza, sans oublier le hizbollah que vous devez chanter de tout votre cœur si fécond !

Écrit par : Corto | 13/11/2013

Les commentaires sont fermés.