30/12/2013

« Libérer la mer de la Terre Sainte »

Un américain basé à Gaza a assisté à une permanence sous tente des pêcheurs gazaouis au port de la ville de Gaza pendant deux jours. Les pêcheurs sont dans la pire des situations depuis des années. L’article de Joe Catron paraît en anglais sur le site de l’Electronic Intifada. En voici ma traduction. 

PICT0008.JPG
Les marins du Léman n’ont jamais connu pareil souci. Peinture de l’artiste genevois Michel Favre, le long de la route de Chêne (photo Carol)


« Les pêcheurs de Gaza réalisent une perte de 85% de leur gain pendant que le blocus de Gaza et les attaques continuent

Joe Catron, The Electronic Intifada, Gaza City, 29 décembre 2013

Gaza, pêcheurs, pêche, Ashdod, blocus, marine israélienne, Hewlett-Packard, hasaka, PCHR, communauté internationale, ONU
Les pêcheurs de Gaza amènent leurs prises de poisson au port de Gaza City (Muhammed Asad / APA Images)

Le 17 décembre, des pêcheurs palestiniens et des amis solidaires ont érigé une tente – l’abri traditionnel pour une protestation ainsi que pour une fête ou pour un deuil – au port de Gaza. ‘C’était pour exposer la situation, les crimes des Israéliens contre nos pêcheurs,' dit Amjad al-Shafri, le trésorier du Syndicat général des pêcheurs. ‘Nous voulions envoyer un message concernant le blocus contre les pêcheurs et comment nous ne pouvons pas pêcher en toute liberté.’

Pendant trois jours, des centaines de partisans se sont succédés sous la tente dont les parois étaient décorées d'affiches des différentes organisations solidaires. La protestation, appelée ‘Libérer la mer de la Terre Sainte,’ s’est terminée avec la présentation d’une lettre au bureau avoisinant du Coordinateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen Orient. Elle demandait une protection internationale pour les pêcheurs.

‘Nous avions deux réclamations,’ dit al-Shafri : ‘que les gouvernements du monde soutiennent le droit des pêcheurs de faire de la pêche sans entraves … [et] que les forces israéliens nous rende les bateaux et les pêcheurs qu’ils ont kidnappés.’

Gaza, pêcheurs, pêche, Ashdod, blocus, marine israélienne, Hewlett-Packard, hasaka, PCHR, communauté internationale, ONU
Des pêcheurs et des amis tiennent des affiches des collègues retenus par les forces israéliennes, Gaza City, 19 décembre 2013 (photo Joe Catron)

Les pêcheurs palestiniens sont souvent attaqués dans la mer de Gaza par les forces navales israéliennes, des deux côtés d’une frontière imposée par Israël. Les bateaux israéliens se servent d’une technologie informatique gérée par la société américaine Hewlett-Packard. … En ce moment, la limite officielle de pêche est à six miles nautiques. Mais les pêcheurs disent que la marine israélienne tire souvent sur eux et parfois les arrête, en confisquant leurs bateaux, bien à l’intérieur de cette limite.

‘Nous étions loin de la zone interdite, loin de 500 mètres,’ déclare Saddam Abu Warda, un pêcheur de 23 ans kidnappé avec son frère Mahmoud, 18 ans, vers 9 heures le matin du 10 novembre. ‘Ils criaient, « Vous devez partir d’ici dans cinq minutes. » Nous avons été obligés de couper le filet pour le sortir de l’eau. Puis, ils ont commencé à tirer près de notre hasaka [petit bateau]. Lorsqu’ils se sont approchés, leur bateau avait l'allure d'un grand immeuble toute illuminé.

Le bateau des frères Abu Warda n’avait pas de moteur. ‘Nous avons essayé de nous sauver en ramant rapidement,’ dit Abu Warda. ‘Ils nous ont forcés à enlever nos vêtements et à lever nos bras. Ils tiraient en l’air et devant notre hasaka. Un des soldats a crié : « Il vous faut quitter votre hasaka et plonger dans l’eau. …’

Gaza, pêcheurs, pêche, Ashdod, blocus, marine israélienne, Hewlett-Packard, hasaka, PCHR, communauté internationale, ONU
Deux pêcheurs avec leur filet dans leur hasaka près du port de Gaza (Photo par Charlie Andreasson)

Dans l’eau froide, ‘Ils continuaient à tirer des balles en-dessus de nos têtes. Mon frère était loin. Il a commencé à crier, « Je suis blessé, » il ne pouvait plus nager. J’ai nagé jusqu’à ses côtés, son sang se répandait dans l'eau. Puis deux petits bateaux se sont approchés de nous. Ils ont tiré mon frère de l’eau, pas moi.’

Abu Warda a perdu conscience après que les soldats à bord du navire israélien l’aie menotté, couvert la tête d’une cagoule et donné des coups de pied. Il a repris conscience dans un centre de détention à Ashdod, un port israélien, à côté de son frère Mahmoud, dont l’abdomen était réparé avec des points de suture par un médecin militaire. … Après des interrogations à Ashdod et à un autre centre de détention au passage d’Erez entre Israël et Gaza, les frères étaient relâchés vers 10 h du soir à Beit Hanoun, au nord de la bande de Gaza. Leur bateaux et son équipement – y compris son moteur acquis seulement un mois auparavant - fut confisqué. ‘Il ne reste que trois bateaux de notre famille dans le port d’Ashdod,’ dit Abu Warda.

Gaza, pêcheurs, pêche, Ashdod, blocus, marine israélienne, Hewlett-Packard, hasaka, PCHR, communauté internationale, ONU
Mahmoud (à gauche) et Saddam Abu Warda (photo Rosa Schiano)

Les expériences des frères Abu Warda sont typiques de celles de beaucoup d’autres pêcheurs. Le centre palestinien pour les droits de l’homme (PCHR) est en train de traduire un rapport sur leur situation, d'arabe en anglais. Selon ce rapport, entre le 1er septembre 2009 et le 31 août 2013, la marine israélienne a tué deux pêcheurs, en a blessé 24 et en a kidnappé 147. La marine israélienne a également saisi 45 bateaux et détruit ou endommagé encore 113.  De surcroit, les attaques en novembre 2012 ont ciblé quatre ports de pêcheurs, où encore 80 bateaux furent endommagés et ont détruit une clinique et un centre de jeunes utilisés par les pêcheurs. … Selon Khalil Shaheen, directeur du département de droits économiques et sociaux du PCHR, ‘le dommage total au secteur de la pêche équivaut à 85 % des gains à cause des limitations d’accès et du blocus.’ …

‘J’aimerais remercier tout ceux qui ont soutenu cette action et montré de la solidarité avec les pêcheurs palestiniens,’ a conclu al-Shrafi. ‘Nous nous adressons à la communauté internationale : qu’elle continue à exercer une pression sur ses gouvernements pour demander que nous puissions vivre dignes et libres.’ » 

Gaza, pêcheurs, pêche, Ashdod, blocus, marine israélienne, Hewlett-Packard, hasaka, PCHR, communauté internationale, ONU
Vœu du Nouvel An par Sohail Salem, artiste gazaoui,
www.palart.ps

Commentaires

Vous voulez un drap pour essuyer vos larmes de propagandiste antijuive

Écrit par : ladingue | 31/12/2013

Les commentaires sont fermés.