28/01/2014

Deux mères veulent la réconciliation

On guette des signes d’espoir dans la bande de Gaza sous blocus depuis bientôt sept ans. Hier, 27 janvier, le Premier Ministre du gouvernement du Hamas Ismail Haniyeh a invité 120 membres du parti Fatah, bannis de la bande de Gaza en 2007, à revenir. A son avis, il faut de tels gestes concrets pour accélérer une vraie réconciliation. Peu de temps avant, Rami Almeghari parlait avec deux femmes exemplaires dans un article en anglais publié sur l’Electronic Intifada. En voici ma traduction. 

bande de Gaza, Hamas, Fatah, réconciliation, Abbas, Assam al-Ahmed, espoir, mères, femmes, Palestiniens,fils
 Manifestation des femmes à Gaza pour la fin des conflits Fatah-Hamas, 15 mars 2011 (Photo Hosam Salem pour Demotix)


 « Les espoirs pour une réconciliation Fatah-Hamas grandissent, bien que la répression continue
Rami Almeghari, Diaries : Live from Palestine, The Electronic Intifada, bande de Gaza, 21 janvier 2014 

Suad al-Najjar et Khitam al-Muqayyad sont deux mères endeuillées par la mort de leurs fils, Tariq et Mohammad, tués dans les violences Fatah-Hamas en 2007. … En juin 2007, le Hamas, craignant un coup monté par les Etats-Unis mené par des forces loyales à Mahmoud Abbas, a chassé les forces de Fatah hors de Gaza. Abbas à son tour les a accusés d’un coup d’état. Les deux mères veulent que les deux partis rivaux fassent la paix.

Mme al-Najjar, sympathisante du Fatah, déclare : ‘des années après la mort de Tariq, mon chagrin est toujours aussi intense. Nous sommes tous dans le doute quant à la possibilité d’une réconciliation … mais nous gardons l’espoir qu’ils vont y parvenir à la longue.’ En effet, plusieurs accords entre des chefs du Fatah et du Hamas sont restés lettre morte durant ces dernières années, les fractures sont toujours béantes.

Mme al-Najjar vit dans le quartier de Saftawi, au nord de la bande de Gaza. Le jour où elle a perdu son fils, elle participait dans une cérémonie marquant le troisième anniversaire de la mort du chef de l’OLP Yasser Arafat. Vers midi, elle a entendu des tirs depuis la place al-Katiba, où le Fatah organisait un rallye. Elle s’inquiétait pour son fils puisqu’il avait insisté pour aller à la ville de Gaza ce jour-ci. Dans l’après-midi, elle a appris que son fils avait été tué par des tirs de la police de Hamas sur la foule. Tariq n’avait que 20 ans et a laissé derrière lui deux enfants. Son oncle, Wajih al-Najjar, s’est adressé ainsi lors d’un rassemblement sur le besoin d’unité entre les deux factions : ‘Sachez que si le sang de mon neveu pouvait acheter une vraie réconciliation, je pardonnerai celui qui a brutalement tué Tariq’.

bande de Gaza, Hamas, Fatah, réconciliation, Abbas, Assam al-Ahmed, espoir, mères, femmes, Palestiniens,fils
Une mère palestinienne embrasse son fils, relâché de prison à Gaza le 8 janvier 2014 par le Hamas dans un geste de réconciliation envers le Fatah (Mohammed Asad / APA images)   

Mme Khitam al-Muqayyad vit à Shati (Beach Camp), camp de réfugiés dans la partie ouest de la ville de Gaza. Son fils Mohammad, 24 ans, fut tué par un sniper en juin 2007 lors des affrontements dans la ville de Gaza. Selon la brigade Qassam, la branche armée du Hamas, il était en train d’aider un camarade blessé. Sa mère désapprouve les discussions pour « la paix » entre l’Autorité palestinienne à Ramallah et l’Etat d’Israël. Cependant, dit-elle, ‘J’accepterai avec bonheur une réconciliation basée sur les droits légitimes des Palestiniens, sans concession aucune.’

Il y a eu des efforts pour avancer la réconciliation par des rencontres entre Ismail Haniyeh et Assam al-Ahmed, représentant du gouvernement de Mahmoud Abbas à Ramallah. … Ces efforts sont la suite d’un nombre de discussions entre des représentants du Hamas et du Fatah en Egypte et au Qatar ces dernières années. Parmi les sujets discutés : la réforme du l’OLP et son Conseil national palestinien, où toute décision est prise. Le Conseil n’est pas choisi par votation, il est dominé par le Fatah ; jusqu’à présent, le Hamas en est exclu. …

Salem Salama, un membre Hamas du Conseil législatif palestinien de Gaza élu en 2006, cite certains gestes de Haniyeh envers le Fatah : la libération de prisonniers du Fatah et l’invitation à deux membres du Conseil qui se sont sauvés en Cisjordanie en 2007 leur demandant de revenir à Gaza. ... Faisal Abu Shahla, un membre Fatah du même Conseil, accuse le Hamas de répression : ‘Hamas a récemment a réprimé une manifestation à Gaza en solidarité avec les réfugiés palestiniens dans le camp syrien de Yarmouk, qui meurent de faim,’ dit-il. … Abu Shahla est néanmoins optimiste quant aux chances de réconciliation … : ‘la réconciliation est notre propre affaire interne entre Palestiniens et nous allons la faire,’ déclare-t-il.

Suad al-Najjar et Khiram al-Muqayyad appartiennent à des partis rivaux, comme tant d’autres mères qui ont payé l’ultime sacrifice de cette division amère qui dure. Elles partagent pourtant le même espoir. »

 Rami Almeghari est un journaliste indépendant qui enseigne à l’université à Gaza.

Les commentaires sont fermés.