16/06/2014

Ces drones qui patrouillent le ciel de Gaza

Un article récent de l’Electronic Intifada critique la décision de l’armée suisse d’acheter six drones de la société israélien Elbit, le Hermes 900. Ce drone était en question dans mon billet du 04.10.2011, la cause des souffrances insoutenables d’Ibrahim et Mohammed Zaza, 12 et 14 ans. Ibrahim est mort après des semaines de calvaire. Ils jouaient devant leur maison familiale. L’armée n’a donné aucune explication. Deux jours plus tard, Haitham Ma’rouf, 13 ans, était frappé par un même drone pendant qu’il aidait sa mère à arroser leurs légumes. Il est mort une semaine plus tard, comme les cousins Zaza, dans un hôpital israélien. Amnesty International a dénoncé la mort par drone de deux autres enfants en novembre 2012. Muhammed Ibrahim Ashour, 8 ans, jouait dans son jardin. Mahmoud Khousa, 13 ans, allait au magasin pour acheter un stylo pour sa petite sœur. Pourtant, selon le lieutenant-colonel R., responsable de l’escadron des drones à Gaza, interviewé par Scott Wilson du Washington Post le décembre 2011, la haute technologie des drones permet à leurs opérateurs de voir presque tout : ‘Je peux voir si le moteur de votre voiture est allumé et si vous fumez une cigarette.’  Dans ce contexte, je vous traduis une partie de l’article du co-fondateur de l’Electronic Intifada (2001), journaliste palestinien-américain Ali Abunimah.

 

Suisse, drones, Elbit, Hermes 900, crimes de guerre, achat, Israël, politique étrangère, Conventions de Genève, droits humains
Muhamed al-Zaza, survivant, 18.08.2013 « Ils ne nous considèrent pas comme des êtres humains.» (photo par Charlie Andreasson)


 « Un coup de couteau de l’armée suisse contre les Palestiniens

par Ali Abunimah, le 6 juin 2014

La Ministère de Défense suisse a confirmé à l’Electronic Intifada que l’armée a l’intention d’acheter des drones israéliens et qu’il ne pense pas important qu’ils soient développés et testés en se livrant à des crimes de guerre contre des Palestiniens sous occupation militaire. Les medias en Israël ont annoncé la semaine passée que l’armée suisse va acheter le drone Hermes 900 manufacturé par Elbit Systems pour un total de $280 millions. … Le Conseil fédéral doit encore donner son aval.

Le drone Hermes … fut testé sur les Palestiniens captifs. [voir le film « Le Lab » par l’israélien Yotam Feldman ndlt] comme Mamoun al-Dam, 12 ans, tué pendant qu’il jouait au foot le 20 juin 2010. Mamoun est un de plus de 800 Palestiniens tués par des attaques de drones israéliens depuis 2006 selon le rapport de l’organisation caritative anglaise War on Want (décembre 2013). …

Suisse, drones, Elbit, Hermes 900, crimes de guerre, achat, Israël, politique étrangère, Conventions de Genève, droits humains
Couverture du rapport « Drones tueurs »

A la lumière de tels crimes, le comité palestinien ‘boycotts, désinvestissements et sanctions’ à appelé en 2011 à un ‘embargo militaire contre Israël semblable à celui imposé à l’Afrique du Sud sous l’apartheid.’ … D’importants fonds de pension d’état en Norvège, en Hollande et au Danemark ont retiré leurs investissements auprès d’Elbit Systems à cause de sa participation à des crimes de guerre, y compris des systèmes de détections installés dans le mur illégal entre Israël et la Cisjordanie. …
L’enquêteur de l’Electronic Intifada s’est adressé initialement au Ministère des Affaires Etrangères, qui a refusé de se prononcer en matière de droits humains. La question fut transmise au Ministère de la Défense. La Suisse est le siège du Comité international de la Croix Rouge et dépositaire de la Quatrième Convention de Genève sur la protection des civils en temps de guerre. Mais, selon le porte-parole du Ministère de la Défense, Renato Kalbermatten, ‘l’achat de l’équipement de défense d’Israël est compatible avec la politique étrangère et sécuritaire de la Suisse.’ Un tel accord avec Israël semble pourtant une violation des Principes directeurs de Ruggie, adoptés par le Conseil des Droits Humain en 2011, qui visent ‘la prévention et s’adressent au risque des impacts négatifs sur les droits humains de certaines activités commerciales.’
Suisse, drones, Elbit, Hermes 900, crimes de guerre, achat, Israël, politique étrangère, Conventions de Genève, droits humains Le père aveugle de Mamoun al-Dam fait le deuil de son fils, 20 juin 2012 (Asfraf Amra / APA images)

L’an passé, le groupe de plaidoyer BDS Suisse a lancé une campagne pour demander au parlement de ne pas approuver l’achat de drones israéliens, vu que ‘la collaboration militaire avec Israël va à l’encontre des obligations particulières de la Suisse en tant que signataire des Conventions de Genève et comme état dépositaire des Conventions.’ Le groupe a collectionné plus de onze mille signatures à ce jour.

Si le parlement approuvait l’achat des drones Elbit tâchés de sang, cela ne représenterait que la dernière preuve d’une complicité militaire avec Israël. Comment alors la Suisse pourrait-elle continuer à affirmer qu’elle est un pays qui promeut et respecte les droits humains partout dans le monde ? »

Commentaires

Madame, ce "coup de couteau de l’armée suisse contre les Palestiniens" que vous dénoncez participe malheureusement d'une posture systématique des détracteurs de l'état hébreu. En suivant le discours fondamentaliste musulman qui ne peut considérer le monde que de manière manichéenne, Israël, les israéliens, les prodiuts israéliens ne doivent exister que par le dessein de martyriser les palestiniens... Et tous ceux qui, pour une raison ou une autre, feraient du commerce avec ce pays deviennent automatiquement les complices d'un massacre organisé.

Cette approche est évidemment servilement primaire et ne contribue qu'à renforcer l'antisionisme ambiant, qui n'est qu'un triste avatar de l'antisémitisme historique.

Cela fait-il qu'Israël a toujours raison? Certainement pas. Mais un petit retour en arrière sur l'histoire deu conflit israélo-palestinien montre de manière très claire que les torts sont partagés. On se rappellera notamment le signe de la victoire arboré par Arafat à son retour des négociations de Camp David, après les avoir fait capoter. Israël, de son côté paraît bien pris en otage par des minorités agissantes de tous bords qui, en finalité, ont exactement les même motivations que les islamistes du Hamas: faire échouer toutes tentatives de paix pour maintenir un état de guerre larvé et un état de faits bien fragile.

Et ce sont les mains des uns et des autres qui sont tachées du sanng des enfants, de leurs mères ou de leurs pères, tués par cette haine aveugle qui les habite.

Dommage que vos billets donnent dans ce saisissant simplisme, qui ne sert en aucun cas la cause de la paix.

Bien à vous.

Écrit par : Déblogueur | 16/06/2014

Les drones dont vous parlez servent à observer. Ce sont les américains qui utilisent des drones qui tirent.

Cela dit, j'ai beaucoup plus de difficulté à comprendre que vous ne dénonciez pas l'envoi systématique et délibéré de roquettes qui contiennent des bombes à billes sur des zones civiles. Ce serait pourtant l'expression d'une volonté de paix digne.

Écrit par : archi-bald | 16/06/2014

« Madame, ce "coup de couteau de l’armée suisse contre les Palestiniens" que vous dénoncez participe malheureusement d'une posture systématique des détracteurs de l'état hébreu. »

Si l’Etat Hébreu respectait les droits fondamentaux des Palestiniens et s’il y avait des critiques immotivées à son égard on pourrait alors parler des détracteurs de cet Etat. Si ce respect avait lieu, on le saurait. Or parler d’Etat Hébreu est déjà faire état d’une discrimination à l’égard de toute autre personne citoyenne, et non hébreu, de cet Etat. Que dire de gens qui n’ont pas de citoyenneté et dont leur territoire est occupé par cet Etat ?

« En suivant le discours fondamentaliste musulman qui ne peut considérer le monde que de manière manichéenne… »

Il ne s’agit pas des musulmans ou des juifs. Il s’agit des êtres humains. Dont certains d’entre eux empêchent à d’autres la liberté d’exercer ses droits fondamentaux. Rien de nouveau à cela dans l’Histoire de l’Humanité. Ce n’est de loin pas une raison pour s’accommoder d’un tel état des choses.

« Cette approche est évidemment servilement primaire et ne contribue qu'à renforcer l'antisionisme ambiant, qui n'est qu'un triste avatar de l'antisémitisme historique. »

Assimiler l’antisionisme à de l’antisémitisme est un procédé particulièrement malhonnête. L’antisionisme est en fait le contraire de l’antisémitisme en ce sens que l’antisionisme cherche à s’opposer aux effets néfastes que le sionisme a sur les droits fondamentaux des Palestiniens et que l’antisémitisme enferme en lui la négation de ces droits envers des êtres humains.

Écrit par : Daniel | 28/06/2014

"Les drones dont vous parlez servent à observer. Ce sont les américains qui utilisent des drones qui tirent."

On dirait que l’auteur de ce commentaire ne s’est pas donné la peine de lire l’article de Carol Scheller, car dans celui ci se trouvent toutes les références qui indiquent que les drones utilisés par Israël sont ceux qu’on appelle des "drones de combat" qui servent justement à tirer.
Soit il ne l’a pas lu, soit il adopte une attitude bien commune de certains personnes qui détestent percevoir certaines réalités dérangeantes, l’attitude de déni.

Le rapport dont l’adresse est la suivante : http://www.waronwant.org/attachments/Killer%20Drones,%20War%20on%20Want.pdf
est chargé de références qui témoignent du sérieux de son contenu.

Juste pour lui donner un petit coup de main, je publie ici bas un lien que j’ai trouvé à l’aide de la lecture du rapport mentionné dans le billet et dont l'adresse montre qu'il s'agit d'un lieu fiable.

http://www.washingtonpost.com/world/national-security/in-gaza-lives-shaped-by-drones/2011/11/30/gIQAjaP6OO_story.html

Écrit par : Marqo | 28/06/2014

Les commentaires sont fermés.