19/07/2014

Israël vit, mais à quel prix ?

L’occupation de la Palestine depuis 1967 et le siège de Gaza depuis 2007 – des années de contournement et de déformation des droits humains des Palestiniens par le pouvoir occupant. Le monde veut-il continuer à participer à la mort lente et rapide des Palestiniens par son silence ? Un professeur de littérature de Gaza fait le point en anglais, je traduis ses propos ici. 

mother of one of 4 killed 16 july on beach fisherman's wife.jpg
Mère d’un fils de pêcheur tué sur la plage de Gaza le 16 juillet 2014 (photo par REUTERS / Finbarr O’Reilly)


 « Gaza a besoin de plus que le blâme
par Haidar Eid, The Electronic Intifada, 18 juillet 2014

Les Palestiniens de Gaza sont allés voter en toute naïveté en janvier 2006. Ils croyaient Bush qui disait qu’ils allaient amener la démocratie, ce même Bush qui fut responsable du massacre brutal de centaines de milliers d’innocents en Iraq et Afghanistan. Et ils se sont trompés.

Les gens ont voté mais pas pour le choix préféré des Israéliens, leurs supporteurs américains ni les dictateurs arabes. Les Palestiniens ont choisi de voter contre l’industrie du processus de paix, contre le mensonge de la solution fuyante de deux états et contre la corruption des nouveaux riches qui ont profité des Accords d’Oslo.

Le résultat fut une surprise pas seulement dans le camp d’Oslo mais aussi pour les gagnants eux-mêmes - le Hamas. Et les Palestiniens, surtout ceux de Gaza, ont dû payer un prix lourd pour cette transgression : l’imposition d’un siège rude décrit en 2006 comme un ‘génocide’ par l’historien israélien Ilan Pappe.

Mais le siège de Gaza n’a pas assouvi la faim d’Israël pour le sang palestinien. Les Palestiniens de Gaza ont refusé d’accepter passivement le siège israélien comme un bon petit peuple indigène. Alors, Israël a attaqué Gaza en trois assauts horribles en 2006, 2009 et, maintenant à nouveau, en 2014.

Dans toutes ces attaques, le peuple de Gaza s’est trouvé seul face à une des armées les plus puissantes du monde – avec ces centaines de têtes nucléaires, des milliers de soldats à la gâchette facile armés avec des tanks Merkava, des avions F-16, des hélicoptères Apache, des navires de combat et des bombes au phosphore made in USA. Gaza n’a pas d’armée, ni de marine ni de force aérienne. Et pourtant Israël se disait menacé et en danger de mort !

Complicité

Déjà en 2008, l’ancien commissaire général de l’UNRWA, Karen Koning AbuZayd a averti : « Gaza risque de devenir prochainement le premier territoire qui soit délibérément réduit à l’état de dénuement abjecte en toute connaissance et avec la connivence et – selon certains –l’encouragement de la communauté internationale.’ Nous à Gaza, nous sommes persuadés qu’Israël n’aurait pas pu mener sa guerre génocidaire, précédée par ce siège horrible et une série de massacres antérieurs, sans le feu vert de la soi-disant communauté internationale.

En 2009, le journal israélien Ha’aretz a cité un soldat qui avait servi à Gaza : ‘C’est ça qui est cool, si on peut dire ainsi, par rapport à Gaza : tu vois quelqu’un dans la rue ou sur un chemin. Il n’a pas besoin d’être armé, tu n’as pas besoin de l’identifier, tu peux juste le descendre.’

Cette agression n’est pas nouvelle. Aucune de ces guerres n’était une réponse aux Qassams tirés depuis Gaza. La Convention pour la prévention et la répression du crime du génocide de 1948 dit clairement que le génocide consiste en ‘l’infliction délibérée des conditions de vie calculées pour détruire un peuple physiquement que ce soit totalement ou partiellement.’

Sara Roy, expert sur Gaza, décrit la bande de Gaza ainsi : ‘[Gaza est] un lieu déchiqueté et scarifié, les vies des habitants sont brisées. Gaza pourrit sous le poids d’une dévastation continue sans pouvoir fonctionner normalement … La dégringolade et la déstabilisation de l’économie et de la société sont le résultat d’une politique d’état – planifiée, implémentée et imposée en entière connaissance de cause. Israël est le premier responsable, mais les Etats-Unis et l’Union Européenne sont aussi coupables. … Ils sont tous complices dans la ruine de ce doux endroit. Et exactement comme le décès de Gaza a été orchestré de manière délibéré, les obstacles à son rétablissement ont été également soigneusement mis en place.’

L’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et Le programme alimentaire mondial ont dit dans un rapport en 2009 : ‘L’évidence montre qu’on maintient la population à un niveau de subsistance selon un standard extrêmement bas ou minimal.’

En Israël, le discours général est qu’il faut détruire Gaza une fois pour toutes. … Et maintenant, au vu de l’augmentation des raids aériens et les incitations des généraux et politiciens va-t-en-guerre, Israël est en train de mettre son idéologie en pratique. Les statistiques de ce jeudi soir sont horribles : 237 morts [308 à l’heure de cette traduction ndtl] dont plus de 50 enfants [73 à l’heure de cette traduction ndtl] et 1770 blessés [2260 à l’heure de cette traduction] selon le Ministre de Santé de Gaza. Il y a aussi plus de 1600 maisons démolies en plein jour.

Et pourtant, ceux au pouvoir soutiennent toujours le droit d’Israël de ‘se défendre’… Israël s’applique à détruire Gaza alors que les instances officielles du monde international et des gouvernements comme celui d’Obama répètent machinalement leur soutien à la ‘sécurité’ d’Israël, sans égard aux vies palestiniennes.

Urgent

La question urgente pour nous à Gaza n’est pas juste comment survivre aujourd’hui mais comment tenir Israël responsable selon le droit international et les principes fondamentaux du droit humain, comment arrêter l’escalade actuelle et le massacre de ce moment et comment assurer que cela n’arrivera jamais plus à l’avenir.

Nous savons que le respecté rapport Goldstone sur des supposés crimes de guerre à Gaza en 2008-09 et des rapports d’Amnesty International et de Human Rights Watch sont tous ignorés ou sapés. Il y a une prise de conscience amère à Gaza qu’attendre une reconnaissance de la responsabilité d’Israël pour l’assaut actuel est irréaliste. Mais ceci est à court terme – à la longue, Israël sera obligé de répondre de son oppression des Palestiniens parce que cette répression va finir un jour. L’histoire le verra.

Ce n’est pas juste une condamnation des massacres et du siège de Gaza que les Palestiniens demandent au monde aujourd’hui. Il y a un besoin de dénoncer l’idéologie qui a produit cette politique et qui la justifie moralement et politiquement. L’exemple qui saute aux yeux est la délégitimisation de l’idéologie raciste d’apartheid en Afrique du Sud. … Nous Palestiniens sous siège, occupation et apartheid israélien comptons de plus en plus sur le droit international et de la solidarité pour notre survie. Cette solidarité est plus importante que jamais aujourd’hui.

 

gaza,palestinien,oslo,siège,attaques,armée israélienne,unrwa,génocide,etats-unis,union européenne,israël,droits humains,solidarité,droit international
Manifestation de solidarité à Zürich, le 18 juillet 2014 (Photo G. Scheller)

La meilleure façon pour honore ceux qui sont tués, blessés et rendus sans abri à Gaza est de lever vos voix même plus fort et de demander que les gouvernements imposent des sanctions envers Israël. Un maximum d’universités et d’entreprises doivent boycotter Israël. Il faudrait plus de désinvestissement des fonds de pensions. Il faudrait qu’un maximum de pays coupe toutes leurs relations avec l’état d’Israël.

Un pays qui refuse de respecter le droit international, qui refuse de se retirer des terres arabes occupées depuis 1967, qui pratique des politiques racistes contre ses citoyens palestiniens, qui refuse de permettre le retour des réfugiés à leurs terres et à leurs maisons, est un pays qui mérite l’exclusion de la communauté des nations. La solidarité internationale avec Gaza et les demandes des Palestiniens exige une isolation complète de l’état apartheid Israël. »

Commentaires

Ma sortie du placard sur internet

2 juillet 2014,

Par Nadia Ellis

(Nadia Ellis Nadia est italienne, américaine et israélienne (pourquoi faire simple ?), elle est chercheuse à l’Université de Tel Aviv)


Cela fait 48 heures que mon Facebook est inondé de messages populistes, racistes, haineux et violents. Je dis quarante-huit heures pour fermer l’œil sur le reste de l’année. J’en ai marre.

Recevez gratuitement notre édition quotidienne par mail pour ne rien manquer du meilleur de l'info Inscription gratuite!

J’en ai marre de lire qu’il faut raser Gaza au sol. J’en ai marre de lire que ce sont tous des animaux.

Marre de lire, post après post, que « voilà les gens à qui on à faire, et le monde nous demande de faire la paix? »; marre de voir encore et encore la citation de Golda Meir qui dit que la paix arrivera quand les Arabes aimeront leurs enfants plus qu’ils ne détestent les nôtres. Parce que clairement, ceux d’entre nous qui n’arrêtent pas d’écrire qu’ « un bon Arabe est un Arabe mort » dégoulinent d’amour envers leurs enfants.

J’en ai marre de lire toute la panoplie de commentaires simplistes et victimaires, à commencer par l’omniprésente déclaration que nos trois adolescents ont été tués seulement parce que juifs. Non bordel, non.

Ils ont été tués parce qu’ils se sont retrouvés, victimes innocentes, piégés dans un conflit long et complexe où les deux parties impliquées ne voient que l’ennemi à éliminer derrière un miroir qui ne leur montre que leur propre (et unique) humanité : un conflit où nous, tout comme eux, nous pensons être les seuls êtres humains dignes de ce nom, alors que les autres ce sont les « animaux ».

Oui, il y en a qui détestent les Juifs chez eux et ils sont peut-être même la majorité; mais ce n’est pas seulement pour cette raison que ces trois garçons ont été assassinés. Et soit dit en passant, ce n’est pas un droit que de faire du stop, à 16 ans, dans des territoires où la haine et le conflit transpirent à tout coin de rue; j’en ai marre de lire aussi que c’est chez nous, et que nous avons donc bien le droit d’y faire ce que nous voulons.

J’en ai marre de voir que nous sommes devenus des partisans d’un match de foot de bas étage. Que tout ce qui compte est de battre (dans tous les sens du terme) l’adversaire, car nous appartenons à l’équipe des bons, eux celle des mauvais. Des méchants. Des barbares. Des extrémistes. Eux, ce sont ceux qui distribuent des bonbons et veulent danser sur nos tombes. Eux. Tous. Un peuple (quand on veut bien leur accorder le statut de peuple, car nous n’arrêtons pas de dire qu’ils se sont inventés rien que pour nous emmerder), tout entier, de bétail ayant pris une apparence humaine.

Mais les humains, je n’arrête pas de le lire, les humains c’est nous. Nous! Nous qui demandons à ce que l’armée en détruise encore et encore des maisons palestiniennes, et qui regardons à la télé le feu démembrer leurs appartements comme autrefois on regardait les flammes engloutir les sorcières.

Nous prétendons être les seuls porteurs d’humanité alors même que l’on déclare, fiers de notre Judéité qui selon nos sages se résume dans l’amour du prochain, que nous sommes tellement meilleurs qu’eux. Car le racisme, quand il vient de nous, est tout à fait humain.

Que ce soit clair, j’aime Israël et le fait même que je doive le spécifier est symptomatique du mal qui nous ronge: si l’on critique, c’est que nous ne sommes rien de plus que des « self-hating Jews », des juifs honteux. J’en ai marre de ça aussi. De la peur de m’exprimer sur cette toile imbibée de préjugés, où supporter Israël signifie se taire sur ses défauts, ses problèmes, ses injustices, ses crimes.

On traite Israël comme on commente la Torah : si quelque chose dans nos Textes n’a pas de sens ou n’est pas juste, il faut partir du présupposé que c’est un fait exprès pour nous révéler quelque message. Car la Torah est juste par définition. De la même manière, même lorsque l’on est confronté à des comportements ou des choix qui sont clairement injustes ou illégaux de la part d’Israël, il faut leur trouver une justification car par nature, Israël a toujours raison et n’agit que pour le bien. Mais Israël c’est nous, et clairement, nous n’avons pas toujours raison.

J’ai pendant longtemps fait partie de ce type de supporteurs d’Israël. Je ne voulais pas m’avouer que parfois Israël aussi se trompe, et que les Juifs aussi savent être racistes, violents et injustes. En fait, je ne voulais pas voir ce que la plupart des Juifs s’attribuent, tout en le niant aux autres: notre humanité. Mais l’humanité, c’est ce qui nous rend faillibles, pas ce qui nous rend parfaits.

Nous naissons tous avec la même prédisposition au bien et au mal; ainsi, les Juifs et les Arabes naissent avec les mêmes instincts, les mêmes besoins et plus tard, les mêmes envies. Les conditions dans lesquelles on évolue sont celles qui déterminent, en grande partie, l’adulte que l’on devient. Et même si chacun a la responsabilité de ses actions, il faut aussi essayer de comprendre le contexte qui nous amène à devenir ce que nous sommes. Cela vaut pour les Palestiniens, les Juifs, et tous les autres.

Nous ne faisons que demander que l’on comprenne notre souffrance, mais nous n’arrivons même pas à voir (encore moins comprendre) celle des autres. Elle existe, et elle n’a pas moins de valeur que la nôtre.

C’est un conflit sale et complexe, ce n’est pas un match de foot. Il est temps de descendre des tribunes et de regarder de plus près « le camp adverse ». Et puis, de nous regarder dans la glace et de nous rendre compte que nous avons bien plus en commun avec eux qu’on ne voulait bien le croire pendant que l’on hurlait, avec tapage, des chants de stade.

Voilà c’est fait. C’est dit, et maintenant je suis prête à me faire traiter de sale gauchiste, de pacifiste utopique, d’ignorante qui n’a rien compris au conflit, et plus si affinité. C’est parce que j’ai eu peur de ce genre de commentaires que je n’ai pas osé m’exprimer sur Facebook jusque maintenant. Mais ça y est, cette première entrée de mon blog représente ma sortie du placard : je suis une juive israélienne, et je ne demande pas vengeance
.
http://frblogs.timesofisrael.com/ma-sortie-du-placard-sur-internet/
http://twitter.com/sidparis

Écrit par : lapaix | 19/07/2014

je suis indignée de voir qu'en 2014 le monde entier ferme les yeux sur le plus grand massacre du siècle!!!!!!!!
Comment les israéliens peuvent ils a ce point massacrer des innocents ,après les avoir emmuré dans une bande de Gaza??????
Comment laissons nous faire !!!!!!
INDIGNONS NOUS!!!COMME LE SOUHAITER STÉPHANE HESSEL
MOISE a dit nous ne retournerons pas en masse en terre d ISRAËL!!!!! on comprend mieux pourquoi il a dit cela!!!!!!!
CEs meurtres sont intolérable et la censure sur ce conflit aussi!!!

Écrit par : bekra | 22/07/2014

Les commentaires sont fermés.