24/07/2014

Des réservistes israéliens disent non

Journaliste du Ha’aretz Ofra Edelman nous signale une lettre parue en anglais dans le Washington Post signée par 51 soldats israéliens. Ils s’étaient mis d’accord pour publier la lettre avant le début de l’assaut actuel sur Gaza. Ils dénoncent la militarisation de la société israélienne. Nous traduisons des extraits de leur lettre ici.

réservistes israéliens, Washington Post, Ha'aretz, Haïfa, Gaza, Opération Bordure Protectrice, armée israélienne, occupation, guerre, politique, Israël, critique, pétition, Yesh Gvul, territoires occupés, Palestiniens, service millitaire, société israélienne, militarisation, Israéliens
 Protestation à Haïfa contre l’opération israélienne à Gaza le 19 juillet 2014. Photo par Rami Shllush


« Nous sommes des réservistes israéliens. Nous refusons de servir.
par Yael Evan Or, Washington Post, 23 juillet 2014

Maintenant qu’Israël a envoyé des soldats à Gaza à nouveau et a rappelé les réservistes, des dizaines de personnes ont refusé d’y participer. …

Les méfaits de l’armée vont bien plus loin que l’Opération Bordure Protectrice ou même l’occupation. Nous regrettons amèrement la militarisation de la société israélienne et les politiques discriminatoires de l’armée.

En Israël, la guerre remplace la politique. Israël n’est plus capable de concevoir une solution à un conflit politique que dans des termes de force physique. Et lorsque les canons résonnent, aucune critique n’est tolérée.

Nous avons réfléchi à cette pétition depuis longtemps. Elle est urgente à cause de l’opération militaire que se déroule en notre nom. Le travail de nos soldats qui combattent à Gaza ne serait pas possible sans toute l’administration qui les soutient. La plupart d’entre nous avons travaillé dans ces services. Alors, il n’y a pas seulement des raisons de s’opposer aux opérations de combat à Gaza mais également à s’opposer globalement à tout l’appareil militaire israélien.

réservistes israéliens, Washington Post, Ha'aretz, Haïfa, Gaza, Opération Bordure Protectrice, armée israélienne, occupation, guerre, politique, Israël, critique, pétition, Yesh Gvul, territoires occupés, Palestiniens, service millitaire, société israélienne, militarisation, Israéliens
Page Facebook du mouvement Yesh Gvul (Il y a une limite), 15 mars 2014

L’Armée Israélienne, une partie fondamentale des vies des Israéliens, est aussi le pouvoir qui règne sur la vie des Palestiniens vivant dans les territoires occupés depuis 1967. Son langage et sa mentalité nous contrôlent : nous partageons le monde entre le bien et le mal selon des catégories militaires ; c’est l’armée qui décide de la valeur relative de chaque citoyen. … Pendant notre service, nous avons témoigné ou participé au comportement discriminatoire militaire : la discrimination structurelle contre les femmes ; le harcèlement sexuel qui était une réalité journalière pour certaines d’entre nous ; le contrôle militaire sur des centres d’immigration. … Dans nos cours de formation, nous étions placés dans des groupes de personnes qui nous ressemblaient physiquement et qui parlaient comme nous. …

L’armée se présente comme une institution qui facilite la mobilité sociale. En réalité, elle perpétue la ségrégation. … L’armée met sur un piédestal ‘le bon Israélien’ qui en réalité assoit son pouvoir par l’assujettissement des autres. …

Légalement, certains d’entre nous sommes toujours dans les réserves. L’armée pourrait nous ordonner de servir. Mais nous ne participerons pas. En aucune manière.

Il y a bien de raisons différentes pour refuser le service. Nous-mêmes, nous avons des racines différentes et nos motivations pour écrire cette lettre ne sont pas toutes les mêmes. Mais nous soutenons ceux qui résistent contre la critique. …

La petition pour les soldats israéliens et les réservistes se trouve à Lo-Meshartot.org.

 réservistes israéliens, Washington Post, Ha'aretz, Haïfa, Gaza, Opération Bordure Protectrice, armée israélienne, occupation, guerre, politique, Israël, critique, pétition, Yesh Gvul, territoires occupés, Palestiniens, service millitaire, société israélienne, militarisation, Israéliens
Yael Evan Or est une journaliste et activiste israélienne qui a évalué des recrus pour l’armée israélienne pendant son service militaire. Elle vit en ce moment à la ville de New York.

 Yael Evan Or »

Commentaires

Bravo pour cet engagement courageux

On retrouve le même courage chez les adhérents de "Breaking the Silence" derrière l'un de ses co-fondateurs l'admirable héros et ex-sergent xe Tsahal Yehudah Shaul, le "guide" un peu particulier des touristes à Hébron

Écrit par : Palestinophile français | 26/07/2014

Les commentaires sont fermés.