25/07/2014

Sanctuaire

L’église orthodoxe grecque de l’évêque Porphyre à Gaza fut construite au Ve siècle en souvenir de celui qui fut évêque de Maioumas (l’ancien nom du port de Gaza) puis de Gaza entre 395 et 420, à l’époque où les cultes païens existaient encore. Ces beaux bâtiments, dont la plupart datent de la période des croisés, se situent dans la vieille ville de Gaza, pas loin du quartier de Shujahiya. Environ mille personnes obligées de quitter leurs maisons à Shujahiya le 20 juillet ont trouvé refuge au sein de cette église. La journaliste Asmaa al-Ghoul nous décrit leur accueil dans un article écrit pour Al Monitor en anglais. Je le traduis ici. 

Eglise, Gaza, Shujahyia, missiles, mosquée, corps, morts, Sabra et Shatila, Syrie, guerre, obus, bombardements israéliens
L’église accueille ses voisins de Shujahiya (Photo par Wissam Nassar)


 « Des Gazaouis trouvent refuge dans une église antique

par Asmaa al-Ghoul, 22 juillet 2014, Al Monitor, traducteur Joelle El-Khoury
Gaza City, bande de Gaza

Résumé : La seule église grecque orthodoxe a annulé son culte ce dimanche et ouvert ses portes à des centaines de personne fuyant le bombardement israélien du quartier de Shujahiya. 

Eglise, Gaza, Shujahyia, missiles, mosquée, corps, morts, Sabra et Shatila, Syrie, guerre, obus, bombardements israéliens
L’église est un des monuments historiques de la Palestine (photo : l’université de Bethlehem)

Samedi 19 juillet, l’archevêque Alexius récitait des prières à un petit groupe de paroissiens, entouré d’icones byzantines sur les murs … Nous avons parlé avec Abdullah Jahsan, paroissien de 29 ans : ‘Je suis venu puisque j’habite près de l’église … Sinon, je ne serais pas venu parce que des obus tombent partout.’ Alexius nous montre un morceau de débris d’obus dans la paume de sa main. Il venait d’un missile israélien qui est tombé dans la cour de l’église. ‘Si j’avais été dans la cour où d’habitude je m’assois en lisant, j’aurai été frappé et je serais mort en martyr comme les autres dans cette guerre,’ dit-il. Le diacre Rami Ayad nous informe qu’il y aura beaucoup de monde au culte ce dimanche.

Mais le jour suivant, il n’y avait pas les habituelles prières. Le bain de sang à Shujahiya, où 72 personnes sont mortes, a fait fuir plus de 100'000 personnes. Alors, les portes de l’église se sont ouvertes pour accueillir un maximum de monde. 

Eglise, Gaza, Shujahyia, missiles, mosquée, corps, morts, Sabra et Shatila, Syrie, guerre, obus, bombardements israéliens
Farha Salameh et sa famille ont trouvé refuge à l’église (photo par Lefteris Pitarakis/AP)

Nous sommes retournés à l’église lundi pour la trouver pleine de familles, d’enfants et de femmes. Le diacre Rami Ayad nous a dit en souriant, ‘Le culte était annulé : les résidents qui ont fui leurs maisons à Shujahiya ont frappé à nos portes à 7h du matin.’ Avec l’accord de l’archevêque, les portes de l’église ont été ouvertes.

L’église a accueilli environ 400 personnes déplacées de Shujahija. Les paroissiens ont ouvert des magasins et des maisons autour pour loger encore environ 600 autres. Selon Ayad, ‘Les voisins fournissent tout le nécessaire et l’église offre aux jeunes de la mosquée à côté l’argent pour la nourriture de la fin du jeûne à chaque coucher du soleil, puisqu’ils jeûnent pour le Ramadan.’

Dans la cour intérieure, des dizaines d’hommes sont couchés à même le sol. Wael Jundiah, 39 ans, raconte : ‘Nous nous sommes sauvés de nos maisons à la rue al-Mansoura à Shujahiya, à côté du passage de Karni. Les obus tombaient dru et nous avons vu des gens gisant morts dans la rue pendant que nous fuyions hier matin.’

Ihab Bahtiti, 30 ans, qui portait son fils Ihab de 2 ans dans ses bras lors de la fuite, témoigne : ‘Les obus sont tombés toute la nuit, je pensais que notre dernier moment était arrivé. Au lever du soleil, ma famille et moi, nous sommes sauvés et grâce à Dieu, ma femme, mon fils et ma mère, nous sommes arrivés à l’église. Nous nous sentons en sécurité ici.’ …

 Eglise, Gaza, Shujahyia, missiles, mosquée, corps, morts, Sabra et Shatila, Syrie, guerre, obus, bombardements israéliens
On vaque à des activités normales protégé par les murs de l’église. 22 juillet 2014 (Photo par Wissam Nassar
)

Khitam Jundiyah, 31 ans, nous fait remarquer que la plupart des femmes sont pieds nus, leurs pieds gonflés et noirs. ‘Nous nous sommes sauvés en courant, pieds nus - nous pouvions sentir les corps des gens morts sous nos pieds. Ma fille Isra m’a dit : ‘Maman, j’ai mis le pied sur la main d’un enfant.’ Le visage d’Isra, assise à côté de sa mère, était complètement vide, un regard anormal pour un enfant de son âge.

Toutes les femmes avec qui nous avons parlé se disaient sûres d’être à l’abri à l’intérieur de l’église malgré le son assourdissant des obus des tanks toutes les quelques secondes. L’église est dans le quartier de Zaytoun, dans l’est de la ville de Gaza. Zaytoun est un des plus anciens quartiers populaires de la bande de Gaza. L’église se trouve à côté de la mosquée antique Kateb al-Welaya, monument historique. 

Eglise, Gaza, Shujahyia, missiles, mosquée, corps, morts, Sabra et Shatila, Syrie, guerre, obus, bombardements israéliens
Un garçon dort par terre (photo par Lefteris Pitarakis/ AP)

Nazha Succar, 49 ans, n’a aucune nouvelle de sa famille depuis qu’il s’est enfui de Shujahija : ‘Nous ne savons rien du reste de notre famille. Nous avons passé par des moments qui me rappellent ce que nous avons vu de la Syrie à la télévision. Les corps que nous avons vus dans la rue me rappelaient le massacre de Sabra et Shatila (à Beirut en 1982). Nazra n’était pas encore au courant que 30 membres de la famille Succar étaient morts sous les bombes à Shujahiya.

Salama Shalh, 14 ans, et Ahmed Juha, 17 ans, refugiés avec leurs familles dans la halle de l’église, ont demandé au diacre : ‘Est-ce que les chrétiens prient une fois par année ?’ Ayad répond, ‘Non, ils prient tous les dimanches.’ ‘C’est comment, l’intérieur de l’église ?’, lui demandent-ils. Ayad semblait pris de court. Alors, j’ai répondu : ‘C’est comme à l’intérieur d’une mosquée.’ »

Commentaires

L'auteure de cet article vient de perdre neuf membres de sa famille - oncle et cousins - dont de jeunes enfants, dans une frappe sur leur maison familiale à Rafah: http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=717802

Écrit par : Carol Scheller | 03/08/2014

Les commentaires sont fermés.