03/08/2014

Du jamais vu : une guerre contre des civils

Martin Lejeune, qui serait le seul journaliste allemand actuellement dans la bande de Gaza, nous livre une tranche de sa vie ces derniers neuf jours de juillet 2014. Sa conclusion en titre de ce billet est claire. Il publie sur son blog http://martin-lejeune.tumblr.com/ en anglais. Je vous traduis un article publié sur le site du Mondoweiss le 2 août 2014  ici. Je travaille en écoutant les nouvelles du bombardement d’une troisième école de l’UNRWA à Beit Lahiya, tuant et blessant des civils qui y avaient pris refuge après avoir suivi les conseils de l’armée israélienne d’abandonner leurs maisons. 

bande de Gaza, médecins, Shifa, catastrophe humanitaire, guerre, civils, missiles, F-16, armée israélienne, drones, soldats, droit international, ltats européens, violations des conventions internationales, crimes de guerre, hôpitaux, centrale électrique, eau, électricité, internet, téléphones, pain, argent, bombardements
Martin Lejeune avec ses amis médecins à l’Hôpital de Shifa, Ville de Gaza, juillet 2014


« Appel d’urgence depuis Gaza
Martin Lejeune, Ville de Gaza, 31 juillet 2014

Je suis dans la bande de Gaza depuis le 22 juillet. Je ne peux toujours pas croire ce qui s’y passe. Ce sont les pires jours de ma vie. Tous les gens de Gaza vivent les pires jours de leurs vies. De telles attaques massives sur Gaza n’ont pas de précédent. Ces mots cachent des tragédies humaines. La catastrophe humanitaire est arrivée à son zénith.

La guerre à Gaza est une guerre contre des civils. Je ne suis pas le seul à le dire. Le peuple de Gaza ainsi que tous les journalistes avec qui je parle le disent. Ils ont pourtant couvert ces dix dernières années l’Afghanistan, l’Iraq, la Libye, ou la Syrie. Ce qui se passe ici est d’une nature nouvelle.

Les missiles frappent tout : des maisons résidentielles, où habitent des familles, aussi bien que des mosquées alors que les gens y prient. Pendant les premières heures de la soirée du 30 juillet, un avion bombardier F-16 a bombardé un immeuble résidentiel juste en face de notre maison. Nous étions assis au balcon lorsque le missile a frappé la maison à seulement 50 mètres de nous. Quelques secondes auparavant, j’avais entendu les cris hystériques de leur âne, comme s’il pouvait prévoir les attaques et voulait nous avertir.

Les débris ont éclaté contre les murs de notre maison, nous évitant de justesse. Nous étions tout à coup dans un nuage de poussière. La poussière a couvert mes lunettes et mon ordinateur portable. Je mordais la poussière entre mes dents. Elle était partout pendant au moins trente secondes. J’ai pu voir le père de famille, avec qui je venais d’échanger quelques mots dans la rue. Il cachait ses enfants derrière une pelleteuse au cas où une deuxième frappe survenait. La pelleteuse est garée sur un parking devant notre maison. Elle appartient au propriétaire d’une entreprise de construction. J’ai couru immédiatement aux ruines de la maison résidentielle ciblée où je vis les blessés. J’ai déjà croisé cette famille de multiples fois dans la rue. Avec mon téléphone mobile, j’ai enregistré l’arrivée des ambulances qui ont transporté les blessés à l’hôpital. Des pierres, des débris et des lignes électriques tombés lors du choc gisaient dans la rue.

bande de Gaza, médecins, Shifa, catastrophe humanitaire, guerre, civils, missiles, F-16, armée israélienne, drones, soldats, droit international, ltats européens, violations des conventions internationales, crimes de guerre, hôpitaux, centrale électrique, eau, électricité, internet, téléphones, pain, argent, bombardements
La maman Nihad et sa petite Halima Suleyman, tuées dans l’école de Beit Hanoun – photo dans la morgue de l’Hôpital de Kamal Adwan (Anne Paq / ActiveStills)

Depuis que je suis arrivé, d’innombrables cibles civiles ont été bombardées en plein jour le ciel clair et dégagé. Parmi eux, une école primaire pour filles des Nations Unies à Beit Hanoun où des centaines de réfugiés avaient pris refuge. L’ONU avait envoyé les coordonnées GPS au commandant général de l’armée israélienne. … Un parc dans le camp de réfugiés de Shati a aussi été ciblé – huit enfants qui y jouaient sont morts. Puis, dix-sept personnes ont été tuées tard dans l’après-midi du 30 juillet lorsqu’un marché au nord de la bande de Gaza fut frappé. Encore cent soixante Palestiniens en train de vaquer à leurs courses furent blessés dans cette attaque. … Depuis le 8 juillet, environ mille civils ont été tués.

Je n’arrive simplement pas à comprendre la motivation de l’armée israélienne. Pourquoi est-ce qu’ils ciblent délibérément des civils et des rassemblements de personnes ? Les drones doivent leur montrer leurs cibles très précisément, alors pourquoi est-ce que les pilotes dans les avions militaires tuent-ils des femmes et des enfants en toute connaissance de cause ? Quelle sont les standards éthiques de ces seigneurs des cieux qui décident de la vie ou de la mort ? … Dans une guerre, des soldats tuent des soldats – ceci est légitime selon le droit international …. Les gens à Gaza se demandent pourquoi les chefs d’état de l’Allemagne et des autre états européens ne condamnent pas ces violations des conventions internationales avec force. L’armée israélienne commet des crimes de guerre tous les jours. 

bande de Gaza, médecins, Shifa, catastrophe humanitaire, guerre, civils, missiles, F-16, armée israélienne, drones, soldats, droit international, ltats européens, violations des conventions internationales, crimes de guerre, hôpitaux, centrale électrique, eau, électricité, internet, téléphones, pain, argent, bombardements
Enfants blessés à Rafah 1er août 2014 (Eyad Al Baba / APA images)

Même des hôpitaux, un réservoir important d’eau et la seule centrale électrique de la bande de Gaza ont déjà subi des frappes. Dans notre quartier, au centre de la ville de Gaza, … il n’y a plus d’eau courante. Nous nous lavons avec de l’eau des bouteilles en plastique que nous achetons du magasin du coin. Depuis la nuit du 29 juillet, quand la centrale électrique a été bombardée, nous n’avons plus eu d’électricité ni d’Internet. Les téléphones fixes ne marchent plus non plus. Les téléphones portables sont le seul moyen de communication qui fonctionne encore mais cela coûte très cher si on parle longtemps. J’envoie ce texte depuis l’Hôtel Al Deira, qui a son propre générateur, où l’agence de presse français AFP possède son propre réseau Wi-Fi.

Il n’y a plus de pain dans la bande de Gaza. … nous mangeons le pain confectionné par la femme de mon hôte Maher. Elle le fait dans la cour intérieure de notre maison dans un four improvisé sur du charbon. Nous trempons le pain dans de l’huile d’olive et du za’ater, un mélange de thym palestinien, graines de sésame et sel. Nous le mangeons tous les jours. Mais même s’il y avait du pain, nous n’aurions pas d’argent avec lequel nous pourrions le payer. Depuis le début de la guerre, il n’y a plus d’argent liquide dans les bancomats puisque les banques sont fermées et le Ministère des Finances, totalement détruit. Oubliez les cartes de crédit. Lorsque nous achetons de la farine ou de l’huile dans le magasin du coin, nous notons ce que nous avons acheté pour pouvoir les payer plus tard, c’est ce que tout le monde fait en ce moment.

Il n’y a plus de vie publique dans la bande de Gaza. Tous les bureaux des autorités sont fermés et presque tous les restaurants et les magasins. On sort de la maison seulement si cela est absolument nécessaire. Les plages et les parcs sont déserts. …

Je vis dans un immeuble de deux étages près de la mosquée Al Amin qui a été détruite le 29 juillet. Dix personnes habitaient ici avant la guerre. Maintenant, soixante-dix personnes partagent l’espace de deux appartements. Mes hôtes hébergent 60 refugiés du nord de la bande de Gaza dévastée. Les hommes doivent dormir dans les entrées et les couloirs, les femmes et les enfants dorment à l’intérieur. Vivre et dormir dans une espace si confinée avec tant d’étrangers n’est pas facile – toute notion d’espace privé n’existe plus. Les nerfs sont constamment à fleur de peau après trois semaines et demie de bombardement incessant. ... Néanmoins, les 70 personnes de cette maison se comportent de manière calme et avec des égards les uns aux autres. Ils partagent tout : un pain, une dernière cigarette, une batterie de téléphone portable ou un morceau de savon. Hier, j’ai visité le jardin d’enfants de notre quartier où 80 personnes dorment dans chaque salle.

bande de Gaza, médecins, Shifa, catastrophe humanitaire, guerre, civils, missiles, F-16, armée israélienne, drones, soldats, droit international, ltats européens, violations des conventions internationales, crimes de guerre, hôpitaux, centrale électrique, eau, électricité, internet, téléphones, pain, argent, bombardementsEnfants dans la rue 25 juillet 2014 (Anne Paq / ActiveStills)

Les Palestiniens sont aussi débrouillards que les Libanais, aussi intelligents que les Iraquiens ; ce sont des gens qui luttent aussi fort que les Algériens et ils ont un aussi grand sens d’accueil que les Syriens. C’est peut-être ces attributs qui font que les gens de Gaza continuent à vivre dans ces conditions difficiles. Malgré les trois semaines et demie des bombardements depuis l’air, la mer et la terre, des enfants jouent encore dans des rues, les femmes chantent encore pendant qu’elles font le pain et les hommes résistent encore. Maher, mon hôte, m’explique : ‘Notre volonté de vivre et de lutter ne peut être brisée par des missiles et des grenades.’ »

Les commentaires sont fermés.