04/08/2014

Quand il ne reste plus rien à perdre

Deux médecins norvégiens témoignent. Ils ont travaillé régulièrement à Gaza depuis dix-sept ans, plus particulièrement à l’Hôpital Shifa pendant l’Opération Plomb Durci en 2008-09 et l’opération militaire israélienne actuelle. Leurs interlocuteurs ? Deux journalistes israéliens qui ont publié leur article en anglais dans le journal Ha’aretz. Je vous en livre la traduction. 

médecins, Gaza. Hôpital Shifa, Plomb Durci, Mads Gilbert, Erik Fosse, population civile, enfants, Palestiniens, Norvège, hôpitaux, ambulances, travailleurs médicaux, crimes de guerre, armée israélienne, civils, blessés, maisons, siège, Hamas
Scène après qu’un missile ait frappé une place de jeux, camp de réfugiés de Shati, où jouaient des enfants. 28 juillet 2014, le premier jour de l’Eid. Bilan : 8 enfants et 2 adultes tués ainsi que 40 blessés. (photo par REUTERS / Finnbar O’Reilly)


« Israël a volé le futur de Gaza et son espoir
par Gideon Levy et Alex Levac, 2 août 2014, Ha’aretz

Il écrit les chiffres à l’encre sur la paume de sa main comme un écolier ferait pour mascogner : 1035 morts, 6233 blessés, lundi, 14h. Tous les jours, il efface les chiffres et les corrige. Dr Mads Gilbert a quitté l’Hôpital de Shifa cette semaine après deux semaines non-stop auprès des victimes de guerre. Son collègue Erik Fosse, également norvégien, est en Israël en attente de l’autorisation nécessaire pour le remplacer. Dr Fosse a travaillé à Shifa pendant la première semaine des attaques de l’Opération Bordure Protectrice. 

Les deux collègues ont travaillé ensemble à Shifa pendant l’Opération Plomb Durci en 2008-09. Leur livre troublant Eyes in Gaza, un best-seller international, raconte leurs expériences en ce moment-là. Selon eux, la guerre actuelle est pire  pour la population civile et, surtout, pour les enfants.

médecins, Gaza. Hôpital Shifa, Plomb Durci, Mads Gilbert, Erik Fosse, population civile, enfants, Palestiniens, Norvège, hôpitaux, ambulances, travailleurs médicaux, crimes de guerre, armée israélienne, civils, blessés, maisons, siège, Hamas
Hajar Muharram, 5 ans, réfugiée dans une école UNRWA des Nations Unies
à Beit Lahia, 31 juillet 2014 (photo par Lefteris Pitarakis)

Gilbert et Fosse sont dans la soixantaine. Dans leur jeunesse, c’étaient des admirateurs d’Israël. Leurs idées ont changé pendant la première guerre au Liban en 1982 lorsqu’ils ont soigné les blessés palestiniens. Gilbert dit : ‘C’était la première fois que j’ai vu la machine de guerre israélienne.’

Dr Fosse chapeaute l’organisation NORWAC (Comité d’aide norvégien) qui fournit de l’assistance médicale aux Palestiniens avec le soutien du gouvernement norvégien. Gilbert, un bénévole indépendant, et Fosse ont dédié une bonne partie de leurs vies à l’assistance aux Palestiniens – Gaza est devenu leur deuxième chez eux. Lundi, nous avons parlé avec Fosse, un chirurgien en cardiologie, à Herzliya où il attend l’autorisation de retourner à Gaza. Nous avons interviewé Gilbert à son arrivé en Israël par le passage d’Erez, en route vers la Norvège pour se reposer. Les images évoquées par les deux hommes devraient peser lourd sur la conscience de tout être humain décent.

‘Pendant Plomb Durci, j’étais sûr de vivre l’expérience la plus horrible de ma vie,’ dit Gilbert, ‘jusqu’à ce que je sois arrivé à Gaza il y a deux semaines. C’était bien pire. Selon les statistiques, il y a 4,2 victimes par heure. Plus d’un quart des morts sont des enfants ; plus de la moitié sont des femmes et des enfants. Les forces de défense israélienne admettent que 70% des victimes sont des civils. Selon l’ONU, c’est 80% mais d’après ce que j’ai vu à Shifa, plus de 90% des victimes sont des civils. Ceci veut dire que nous parlons d’un massacre de la population civile. 

médecins, Gaza. Hôpital Shifa, Plomb Durci, Mads Gilbert, Erik Fosse, population civile, enfants, Palestiniens, Norvège, hôpitaux, ambulances, travailleurs médicaux, crimes de guerre, armée israélienne, civils, blessés, maisons, siège, Hamas
Les gens récupèrent ce qu’ils peuvent de leurs maisons détruites à Shujahiya pendant une courte trêve, 26 juillet 2014 (photo par Anne Paq / Activestills)

‘Shujahiya était un véritable massacre’, il continue. Je n’ai pas vu ce genre d’attaque sur des immeubles résidentiels pendant Plomb Durci – c’était des bâtiments publics qui étaient ciblés. La brutalité, l’intention de faire mal aux civils et la destruction sont pire que pendant Plomb Durci. …

Je ne vais jamais m’habituer à un enfant blessé que nous n’avons pas les moyens de soigner. Nous utilisons une anesthésie locale puisqu’il n’y a pas assez de drogues et il n’y a même pas assez pour cela.’

Gilbert, qui enseigne à l’Université de la Norvège du Nord, est furieux face à ce qu’il voit comme la destruction délibérée des hôpitaux par l’armée israélienne. Rien ne reste de l’hôpital de réhabilitation Al-Wafa. A Beit Hanoun, l’Hôpital pour enfants Mohammed-al-Dura a été frappé par des obus, tuant un enfant de deux ans et demie dans l’unité des soins intensifs. Quatre enfants ont été tués dans le bombardement de l’Hôpital Al-Aqsa. Gilbert a pu constater avec ses yeux les dommages à l’Hôpital des enfants. Neuf ambulances ont subi des attaques, des travailleurs médicaux tués ou blessés. Ce sont des crimes de guerre à l’avis de Gilbert.

Dr Gilbert a été spécialement impressionné par la détermination et le comportement des habitants, particulièrement les équipes médicales sur place. A Shifa, personne parmi le personnel n’a été payé depuis quatre mois et, pendant les huis mois précédents, ils n’ont reçu que la moitié de leurs salaires. Même les employés dont les maisons ont été détruites continuaient à travailler. Leur dévouement au travail l’étonne. … 

médecins, Gaza. Hôpital Shifa, Plomb Durci, Mads Gilbert, Erik Fosse, population civile, enfants, Palestiniens, Norvège, hôpitaux, ambulances, travailleurs médicaux, crimes de guerre, armée israélienne, civils, blessés, maisons, siège, Hamas
Dr Mads soigne une fillette blessée lors d’une frappe israélienne, 20 juillet 2014 (photo par Mohammed Asad / APA images)

‘Je ne soutiens pas le Hamas,’ explique Gilbert. Je soutiens les Palestiniens et aussi leur droit de mal choisir leurs dirigeants. Et qui a choisi Netanyahu et Liberman ? Ils [les Palestiniens] ont le droit de se tromper. Je rends visite à Gaza depuis 17 ans. Plus on attaque et bombarde, plus le soutien pour la résistance grandira. Comparer le Hamas à Boko Haram est ridicule. A mon avis, c’est plutôt l’armée israélienne qui viole le droit international. Comment ces commandants peuvent-ils être fiers de tuer des civils ?’…

Dr Fosse raconte que la plupart des blessés qu’il a soignés étaient frappés par des missiles guidés avec précision. Il est persuadé que beaucoup des blessures causées aux enfants et aux civils étaient délibérées. … Selon lui, le siège sur Gaza est encore plus grave que l’opération actuelle. C’est pour cela que le Hamas se comporte de façon plus agressive maintenant. 

médecins, Gaza. Hôpital Shifa, Plomb Durci, Mads Gilbert, Erik Fosse, population civile, enfants, Palestiniens, Norvège, hôpitaux, ambulances, travailleurs médicaux, crimes de guerre, armée israélienne, civils, blessés, maisons, siège, Hamas
Dr Fosse a témoigné avant de quitter Gaza en juillet :   http://www.europalestine.com/spip.php?article9579

‘Depuis sept ans, toute la société se désintègre. Il n’y a pas de commerce, pas d’exportation et pas d’échappatoire. La seule façon de gagner de l’argent est de faire de la contrebande – ceci gangrène la société. … Le siège a créé une mince couche de riches grâce à la contrebande – tous les autres sont pauvres. Cela mine la structure de la société, c’est le plus grand problème de la société.

Je me rappelle de mes conversations avec les médecins palestiniens de mon âge. Pendant des années, nous avons vécu dans un Gaza ouvert qui avait d’excellentes relations avec des médecins israéliens. Ils ont toujours rêvé que cela pourrait revenir. Maintenant, ces mêmes médecins se mettent devant la télévision et s’exclament de joie lorsqu’une roquette tombe sur Israël. Je leur dis, « Mais Israël va réagir. » Et eux : « Nous nous en fichons maintenant. Nous allons mourir de toute façon. C’est mieux d’être tués dans une frappe de missile. »

‘Ils ont perdu tout espoir. Cela me choque de voir ces gens perdre leurs enfants et ne plus avoir d’espoir. Israël perd ses soldats en ce moment pour faire perdurer une situation condamnée par le monde entier. Ceci est un crime contre une énorme part des civils,’ ajoute Fosse. ‘Vous leur avez volé leur futur et ils sont dans le désespoir. Le Hamas n’a pas beaucoup de soutien mais il y a beaucoup de soutien pour le sentiment qu’il ne reste plus rien à perdre. Et de l’autre côté, il y a une société en Israël qui s’en fiche. C’est très triste. Vous, qui avez souffert lors de l’Holocauste, vous êtes devenus racistes. Pourquoi faites-vous ceci ? Vous transgressez toute frontière éthique et, à la fin, cela détruira votre société aussi.’ »

Les commentaires sont fermés.