28/01/2015

Ces Israéliens qui refusent de servir dans l’armée

Ils sont congédiés, les réservistes qui ont exprimé leurs critiques par rapport à l’occupation militaire israélienne dans les territoires occupés palestiniens. C’était en septembre que ces soldats de l’unité d’élite 8200 ont écrit une lettre pour refuser de servir dans l’armée israélienne. Ils mentionnaient, parmi d’autres motifs, la punition collective des habitants de Gaza pour expliquer leur décision. Les 43 hommes et femmes ont appris, le 26 janvier 2015, par les medias, que le commandant de l’unité 8200, le Brigadier Général Ehud Schneerson, les avait congédiés. Mairav Zonszein, journaliste qui écrit en anglais pour + 972 mag, cite la lettre dans laquelle ces ex-militaires des renseignements israéliens réagissent à la nouvelle. Ils soulignent que « la dure réalité » ne disparaîtra pas en les renvoyant.

armée israélienne, unité 8200, Gaza, service militaire, racisme, violence, lettre, Israel Arts and Sciences Academy, écoles israéliennes, Israël, occupation, territoires occupés palestiniens
La base de l’unité 8200 en Israël central (photo par David Bachar)

Dans une autre lettre adressée aux étudiants du prestigieux lycée Israel Arts and Sciences Academy (IASA) à Jérusalem le 28 décembre 2014, soixante anciens élèves et enseignants de l’école n’ont pas seulement affiché leur intention de refuser le service militaire mais aussi encouragé le refus de la part des jeunes de leur école. Encore une fois, « le … massacre à Gaza, une horreur commise en notre nom contre presque deux millions de personnes – dont la moitié des enfants et des adolescents » est cité comme raison de la prise de position du groupe. Abby Martin de la télévision Russia Today (RT) à Washington, D.C. a interviewé un des signataires de la lettre, Amit Gilutz. Gilutz plaide pour un changement de pédagogie dans les écoles israéliennes. Il maintient que les écoles en Israël servent à endoctriner avant d’éduquer.

armée israélienne, unité 8200, Gaza, service militaire, racisme, violence, lettre, Israel Arts and Sciences Academy, écoles israéliennes, Israël, occupation, territoires occupés palestiniens
Une soldate-enseignante dans une classe pendant la guerre au Liban de 2006 (photo par l’Education and Youth Corps de l’armée israélienne)

Compositeur et activiste, Gilutz explique que les signataires de la lettre s’inquiètent d’une violence et d’un racisme croissants dans leur société. Les femmes et les hommes « Palestiniens et Juifs » qui signent la lettre prônent la résistance au service militaire comme moyen de pression pour changer l’orientation militaire que les enfants israéliens reçoivent déjà au jardin d’enfants. Ils risquent la prison pour action illégale.

Nos remerciements à Ali Abunimah d’Electronic Intifada qui a décrit le contexte de cette lettre et l’entretien de Russia Today (en anglais).

22/01/2015

« Gaza 2014 »

Le journal israélien Haaretz annonce la publication, le 20 janvier, d'un premier rapport intitulé « Gaza 2014 » de Physicians for Human Rights (Médecins pour les droits humains) - Israël (PHR-IL) sur les événements de l’Opération Bordure de Protection l’été passé. L’EPER (Entraide Protestante Suisse) est parmi les multiples organisations internationales à avoir soutenu les démarches de huit experts chevronnés mandatés, dont un suisse, pour cette mission médicale indépendante. Les membres de la délégation ont visité la bande de Gaza trois fois – une fois pendant les combats et deux après – entre le 19 août et le 12 novembre 2014. Ce sont les seules personnes autorisées par les autorités israéliennes à conduire des investigations pendant le conflit. Le rapport, en anglais, comporte 237 pages. J’en résume quelques points importants ici. 

Gaza, Physicians for Human Rights, Israël, EPER, bande de Gaza, opération bordure de protection, sécurité, civils, droit international humanitaire, Al Mezan, attaques, santé, bombardements, frappes, armée israélienne, Khuza'a, Union européenne, ONU, Etats-Unis, rapport
Shijahiya toujours dévasté, 12 octobre 2014 (AP)

Lire la suite

13/01/2015

Larmes de joie !

Vous rappelez-vous du petit musicien qui joue de la cithare (qanoun), Mahmoud Kohail ? Il émerveillait sa famille et son professeur de musique à l’âge de 8 ans déjà, c’était en mai 2010. Le voilà il y a deux jours, sur scène, dans l’émission « Arabs Got Talent » de la chaîne de télévision MBC, à Beyrouth. Mahmoud à la cithare, un jeune de 18 ans à l’oud (luth), une jeune fille flûtiste et un percussionniste au tabla accompagnaient un jeune chanteur devant un public ravi. Tous les cinq de « L’orchestre oriental » (Al Takht Al Sharq) sont étudiants au Conservatoire national de musique Edouard Saïd (ESNCM) de Gaza, soutenu par la fondation genevoise Les instruments de la paix.

Derrière la scène, les adultes qui se sont énormément investis pour les garçons sont emportés d’émotion par l’enthousiasme de la salle ! Soudain, un des jurés appuye sur « le bouton doré », qui signifie que le groupe sera admis d’office en demi-finale du concours. Mahmoud joue sans pouvoir retenir ses larmes de joie ! La troupe a dû se présenter quatre fois au passage de Rafah, resté fermé, avant de pouvoir quitter Gaza par l’Egypte. Le site algérien du Huffington Post publie la vidéo de leur périple présentée à l’émission du samedi 11 janvier 2014 juste avant que le groupe n’enchaine leur numéro - à voir ici : 

Gaza, Arabs Got Talent, Beyrouth, Rafah, chanteur, musiciens, Conservatoire national de musique Edouard Saïd, ESNCM, Les instruments de la paix, Genève, MBC, cithare, concours

(Avec tous mes remerciements à Eva Bartlett : c’est elle qui a écrit dans son blog et publié les vidéos de Mahmoud qui joue de la cithare en 2010. C’est encore elle qui a signalé, le 11 janvier 2015, la participation du jeune groupe de Gaza à ce concours qui a commencé le 20 décembre 2014.)