19/04/2015

Avec un pinceau

Vivre au milieu de la dévastation inspire deux artistes pour un travail de mémoire.  Journaliste Rami Almeghari le raconte dans un article en anglais pour l’Electronic Intifada que je traduis ici.

 artistes, Gaza, mémoire, victimes, Khuzaa, Israël, déstruction, installations, Mémores, Rafah, maison, dévastation, bombardement
Elham al-Astal dédie son travail à la préservation de la mémoire des victimes à Gaza (photo par Shadi Alqarra)


 « Préserver les mémoires dans les décombres de Gaza
Par Rami Almeghari, The Electroni Intifada, bande de Gaza, 17 avril 2015

Elham al-Astal s’efforce de créer quelque chose de beau à partir d’une situation bien laide. Dans sa dernière installation, elle a collé les branches d’un arbre à une fenêtre brisée. C’est la fenêtre d’un jardin d’enfants de Khuzaa, dans le sud-est de la bande de Gaza. Khuzaa a été complètement détruite par Israël l’année passée.

artistes, Gaza, mémoire, victimes, Khuzaa, Israël, déstruction, installations, Mémores, Rafah, maison, dévastation, bombardement
Les survivants fuient Khuzaa, 3 août 2014 (photo par Anne Paq)

‘Avec cette installation, nous voulions dire que cette fenêtre devrait donner une vue sur un paysage verdoyant et paisible plutôt que sur la destruction actuelle,’ dit al Astal. ‘Ceci transmet nos espoirs et nos rêves pour un futur meilleur.’

Al-Astal et son collègue Hazem Alzomar travaillent sur une initiative qu’ils appellent « Mémoires ». Leur projet consiste à peindre ou créer des installations sur des objets des maisons et des bâtiments bombardés par Israël lors des attaques sur Gaza qui ont duré 51 jours pendant l’été 2014. Pour commencer, ils ont peint une planche d’amiante récupérée d’une maison du quartier de Tel al-Sultan dans la ville de Rafah, une ville près de la frontière entre Gaza et l’Egypte. 

artistes, Gaza, mémoire, victimes, Khuzaa, Israël, déstruction, installations, Mémores, Rafah, maison, dévastation, bombardement
La maison Al-Ghoul, où dix membres de la famille, y compris des bébés jumeaux, sont morts lors d’un bombardement le 3 août 2014 (photo par REUTERS / Ibrahim Abu Mustafa)

‘L’idée m’est venue qu’il nous fallait préserver la mémoire de la vie dans cette maison,’ dit Alzomar. Il vit près de la maison en ruines. ‘Chaque maison détruite par Israël contient en elle des mémoires de ce type.’

artistes, Gaza, mémoire, victimes, Khuzaa, Israël, déstruction, installations, Mémores, Rafah, maison, dévastation, bombardement
Hazem Alzomar dans son studio (photo par Shadi Alqarra)

Après Rafah, les artistes se sont déplacés à Khuzaa, où Israël a tué des dizaines de civils en juillet. Là, ils ont commencé à peindre sur des huttes en métal où les gens ont pris refuge pendant les bombardements. Malgré leurs pertes énormes, les gens à Khuzaa ont accueilli le projet avec enthousiasme, selon Alzomar.

Il n’y a pas d’échappatoire à la dévastation causée par Israël. Les deux artistes travaillent dans une partie de la maison d’Alzomar, qu’il a converti en studio. Elle a une vue sur une maison détruite, comme tant d’autre maisons à Gaza.

Rami Almeghari est journaliste et enseignant à l'université dans la bande de Gaza. »

 

Les commentaires sont fermés.