24/04/2015

« Vivre ici, ce n’est pas possible !

Les jeunes de Gaza cherchent à se faire entendre. Ils seront soutenus par un groupe de femmes israéliennes à Tel Aviv le 29 avril. Yael Marom est responsable de communication pour Just Vision ainsi que coéditrice du Local Call, site « sœur » de + 972 mag. Elle a publié l’appel des jeunes, en premier lieu sur le site de Local Call, en hébreu. Le site de + 972 mag l’a ensuite publié en anglais. Je livre une traduction française pour ceux qui veulent rester au courant de la vie des gens ordinaires, et surtout le sentiment des jeunes, enfermés dans la bande de Gaza.

Fady Bakhti.jpg
Fady Al Sheik Yousef, 27 ans, a aidé les enfants à changer leurs idées pendant l’offensive sur la bande de Gaza en été 2014 (photo Fares Chahine)


« Protestation internationale organisée : vivre ici ce n’est pas possible
par Yael Marom, + 972 Blog, 19 avril 2015

affiche pour le 29.jpgUn groupe de jeunes activistes de Gaza organisent une journée internationale de solidarité le 29 avril pour protester contre les conditions et les violations des droits humains créées par le siège maintenu en place par Israël et l’Egypte contre l’occupation, contre les conflits internes palestiniens et contre la pauvreté.

Al Shaaf.jpg
Dans un voisinage détruit du quartier Al Shaaf, Al Tuffah, à l’est de la ville de Gaza, 21 mars 2015 (photo Activestills.org)

Sajda Alhaj s’est exprimé pour les jeunes de Gaza sur Skype : ‘La vie à Gaza a toujours été dure, mais depuis la dernière attaque israélienne, la vie est devenue impossible. Les problèmes s’accumulent et les conditions empirent de manière inhumaine – le monde entier l’ignore.’ Avec d’autres activistes, Sajda demande la fin du siège, de l’occupation et des abus des droits humains et des libertés civiles qui en font partie. Elle est une étudiante du camp des refugiés Nuseirat, au centre de la bande de Gaza. Auparavant, son activisme s’est limité aux femmes, aux enfants et aux blessés de Gaza. Maintenant, son groupe veut réunir tout le monde à Gaza.

Pour se rendre à l’université tous les jours, Sajda doit ‘marcher parmi des maisons détruites par la guerre, traverser des endroits où des gens ont été tués.’ Ceci, pour arriver à ‘mon université endommagée, pour suivre des cours avec des professeurs qui n’ont pas reçu leurs salaires pour des raisons politiques.’

Les activistes appellent toute personne qui croit à la liberté, la justice et l’égalité dans le monde entier à se joindre à eux et à organiser des protestations parallèles aux protestations dans la bande de Gaza pour exprimer la solidarité et la reconnaissance des souffrances qu’ils vivent. Sajda dit : ‘La situation à Gaza est désastreuse. Nous prions les gens de manifester devant les ambassades israéliens et égyptiens dans tous les pays, d’exiger qu’ils ouvrent les passages aux frontières pour laisser passer des matériaux de reconstruction et pour que les malades puissent quitter la bande de Gaza pour des traitements à l’étranger – qu’il est le moment de mettre un terme au blocus.'

Shujahiya pour le 29.jpg
Un Palestinien dans un orage parmi les ruines du quartier de Shujahiyq, à l’est de la ville de Gaza, 11 février 2015, (Anne Paq / Activestills.org)

Les jeunes veulent voir les rues de Gaza plein de gens, ils veulent remplir les places centrales avec des gens de tous âges et affiliations qui subissent les problèmes de pénurie d’électricité, de la stagnation dans la reconstruction, du chômage et de la baisse du niveau de l’éducation. Tous les différents partis politiques leur ont donné leur appui ainsi que les autorités de Gaza. Sur leur page Facebook, plus de 12'000 personnes les soutiennent.

‘La participation des Israéliens est importante,’ dit Alhaj. ‘Le peuple de Gaza doit savoir qu’il y a des Israéliens qui nous soutiennent et qui s’opposent à l’occupation, qu’eux aussi appellent à une fin de l’occupation et l’ouverture des frontières.’ Elle souligne que la solidarité du côté israélien donne de l’espoir.

Esther Rapoport, une des organisatrices des femmes à Tel Aviv pour le 29, regrette que les Israéliens et les gens partout dans le monde ne s’intéressent à Gaza que lorsque les missiles sont dans l’air. Elle se dit inspirée par cette action organisée par les jeunes de Gaza : ‘Ils ne renoncent pas à leur croyance en l’humanité, y compris l’humanité des Israéliens qui sont de leur côté. Ils veulent travailler avec nous – ce n’est pas une chose à prendre à la légère – et ils nous supplient de réagir. Il ne faut pas les décevoir !’

Des activistes de Costa Rica et du Chili ont organisé des évènements pour marquer l’appel du 29 avril. Les organisateurs palestiniens appellent les citoyens des Etats-Unis et d’Europe à se joindre à eux en manifestant dans leurs villes respectives. »

Les commentaires sont fermés.