08/06/2015

Sesame, ouvre-toi !

Des salafistes de Gaza ont envoyé une roquette sur un champ, au sud d’Israël, samedi soir. L’armée israélienne a répondu en bombardant un site de la branche armée du Hamas. La situation à Gaza se complique. Les gens de Gaza sont entre le marteau et l’enclume. L’Egypte maintient le passage de Rafah fermé et il faut du courage pour braver les conditions lamentables et le peu de temps d’ouverture. Un américain a témoigné sur le traitement effroyable des gens qui arrivent du côté égyptien lors de l’ouverture de la semaine passée. Israël ferme les passages d’Erez et Kerem Shalom en réponse à cette roquette. Un éditorial du journal israélien Haaretz, en anglais, critique cette situation. Je vous en remets la traduction ici. 

salafistes, Gaza, roquette, Israël, Hama, Egypte, passages, Kerem Shalom, Erez, Haaretz, Rafah, conflit, libre circulation
Des femmes palestiniennes attendent l’ouverture du passage de Rafah, côté égyptien, 26 mai 2015 (photo par AP)


« Ouvrez les passages de Gaza

Garder les Gazaouis dans l’enclave surpeuplée est immoral et c’est un mauvais calcul stratégique.

Editorial de Haaretz 7 juin 2015

Israël insiste en jouant l’équilibre de la terreur avec le Hamas. Une seule roquette perdue tirée depuis la bande de Gaza a le pouvoir de mettre fin à cet équilibre. On continue à ignorer la misère des Gazaouis, risquant ainsi un nouveau conflit dans la région.

Depuis un an et demie, les 1,8 millions de résidents de Gaza sont tenus en tenailles. Le passage de Rafah, au sud, est fermé depuis 18 mois parce que le président de l’Egypte, Abdel-Fattah-al-Sissi, considère que le Hamas aide les attaques de terreur menées contre les forces égyptiennes dans le Sinaï. Israël autorise très peu de circulation par le passage d’Erez, au nord, ayant imposé un blocus sur l’enclave en 2007, lorsque le Hamas s’est imposé. Les autres passages sont fermés aux personnes. Un départ par la mer est impossible : le port n’est pas aménagé et il y a des restrictions sur le déplacement par la mer. L’aéroport détruit est fermé.

Cela veut dire que la plupart des habitants de Gaza ne peuvent pas entrer et sortir. Israël est particulièrement sévère quant aux demandes des jeunes.

La semaine passée, l’Egypte a ouvert le checkpoint de Rafah pour trois jours seulement, uniquement pour des personnes en transit par l’Egypte vers Gaza. Mais ceci … n’est que le pansement d’une blessure par balle avec un petit bletz. Aussi longtemps que les gens de Gaza ne peuvent ni vivre ni se déplacer normalement, la pauvreté et les pénuries à Gaza continueront à maintenir tout le monde dans une sorte de fermentation.

Jack Khoury (article en hébreu, Haaretz, 5 juin) raconte les histoires de 10 personnes prises au piège à l’intérieur de l’enclave. Il y a des individus acceptés dans des universités en Cisjordanie ou à l’étranger et un citoyen américain qui ne peut pas rentrer chez lui après s’être rendu à Gaza par Rafah, il y a six mois, pour l’enterrement d’un être cher [il doit donc aussi retourner par Rafah ndlt]. Il y a le directeur d’une entreprise de haute technologie qui doit urgemment partir pour pouvoir signer un contrat. Toutes leurs demandes ont été refusées avec des explications différentes ou avec mille autres démarches. Ces gens sont ni terroristes ni des militants du Hamas – ce sont des individus ordinaires essayant de saisir des opportunités pour améliorer leurs vies.

Israël, en tant que pouvoir de contrôle sur certains passages, est responsable pour le destin des habitants de Gaza. Elle devrait se laisser guider par un impératif moral de rendre leurs vies plus faciles. Mais Israël devrait aussi regarder ses intérêts sécuritaires et stratégiques à cet égard.

Toute aggravation dans la situation de la population de Gaza aura comme résultat l’anarchie à l’intérieur du gouvernement de Gaza à un moment où il y a justement un accord de trêve entre Israël et le Hamas. Pour éviter ceci et une pression plus grande internationale, Israël doit ouvrir tous les passages et faciliter la circulation des personnes. »

Les commentaires sont fermés.