28/06/2015

Stratégie de la taupe

Le passage de Rafah entre Gaza et l’Egypte s’est ouvert pour une semaine entière samedi 13 juin, une vraie satisfaction pour plus de 4'000 personnes qui ont pu quitter la bande de Gaza. Plus de 1000 personnes et 188 camions de matériel destiné à la construction, un cadeau de Qatar, ont pu entrer pendant ces sept jours d’ouverture. Rafah a rouvert ses portes le 23 juin à nouveau pour 3 jours pendant lesquels 921 personnes ont pu quitter Gaza et 229 personnes étaient admis, bien que 60 soient refusées. Ose-t-on espérer un changement de politique ? Le blocus artificiel maintenu par Israël et l’Egypte depuis neuf ans étouffe toute vie normale dans la bande de Gaza. Pour le moment, des tunnels restent des sources vitales pour les marchandises. La journaliste Hana Salah décrit cette situation dans un article en anglais pour Al Monitor. Je le traduis ici. 

Rafah, passages, Gaza, Egypte, Israël, blocus, tunnels, contrebande, Hamas, impôts, Kerem Shalom, chômage, armée égyptienne, dangers, ouvriers, zone tampon siège, Caire, construction, risques,
Une telle situation ne doit plus se reproduire : des Palestiniens attendent impatiemment que la police égyptienne ouvre le passage de Rafah comme promis, 21 décembre 2014 (AFP/Said S. Katib, File)


"Malgré les dangers, la contrebande
Par Hana Salah, traductrice Joelle El-Khoury, 19 juin 2015, Rafah, bande de Gaza, Al Monitor

Depuis le départ du Président égyptien Mohammed Morsi en juin 2013, les militaires égyptiens essaient d’éliminer les tunnels utilisés pour acheminer de la contrebande sous la frontière avec le sud de la bande de Gaza, les détruisant et agrandissant la zone tampon. Plus de 80% des tunnels ont été détruits. Certains fonctionnent encore – prudemment, étant donné les risques énormes : effondrements fréquents, gaz lacrimogène et surveillance sévère des contrebandiers. Ces tunnels sont le seul moyen d’acheminer des marchandises proscrites par Israël à l’unique passage commercial de Kerem Shalom. De surcroit, le Hamas a imposé de nouveaux impôts sur les importations à Kerem Shalom, une motivation supplémentaire pour passer des marchandises par des tunnels.

Abud Raed, commerçant à Rafah, est propriétaire d’un de ces tunnels. Il dit : ‘Gaza a besoin d’encore plus de tunnels puisque la plupart ont été détruits.’ Abu Raed importe des marchandises interdites par Israël et sujettes à des impôts exorbitants imposés par le Hamas, parmi elles des cigarettes égyptiennes. Bon marchées, elles répondent à un vrai besoin : il n’y a pas d’usines de tabac à Gaza. Le Hamas impose une taxe de 17% sur les cigarettes importées depuis la Cisjordanie et sur d’autres cigarettes fabriquées à l’étranger.

La contrebande en marchandises légères et chères répondant à une demande élevée oriente les choix d’Abu Raed : ‘Nous importons des pièces de rechange pour motos, interdites par Israël, et des appareils à souder, proscrits par Israël pour des raisons de sécurité. Les forgerons ont besoin des appareils à souder pour faire des portes mais ce sont des outils qui servent aussi dans la fabrication des roquettes par la résistance locale.’

D’autres marchandises : ‘des moteurs pour frigos, des haut-parleurs pour ordinateur et des outils – par exemple, des perceuses électriques, qui peuvent coûter jusqu’à 1000$ dans la bande de Gaza, vu leur rareté. Nos perceuses égyptiennes coûtent 380$.’ Abu Raed importe aussi certaines substances chimiques ‘interdites à Kerem Shalom – même la fibre de verre, dont les pêcheurs ont besoin pour réparer leurs bateaux endommagés par les tirs constants des Israéliens.’  

Rafah, passages, Gaza, Egypte, Israël, blocus, tunnels, contrebande, Hamas, impôts, Kerem Shalom, chômage, armée égyptienne, dangers, ouvriers, zone tampon siège, Caire, construction, risques,
Un Palestinien entre dans un tunnel avec l’Egypte (www.the denverchannel.com)

Abu Raed souffre dasthme dû à la poussière dans les tunnels mais il continue à travailler pour subvenir aux besoins de sa famille – il ne voit pas d’alternative, étant donné le taux élevé de chômage à Gaza[CS1]  [le plus haut taux au monde selon la Banque Mondiale ndlt ]

Mohammed, un ouvrier qui est comptable de formation, explique qu’il n’a pas trouvé de travail ailleurs. Α son avis, les risques d’un effondrement sont moindres par rapport aux dangers des actions de l’armée égyptienne : ‘Parfois, ils tirent directement sur les ouvriers … l’armée utilise le gaz lacrymogène ou répand de l’eau nauséabonde dans les tunnels, où l’apport de l’oxygène est faible : la mort est inévitable dans de tels cas.’ …

Sept ouvriers des tunnels ont été sauvés par la défense civile gazaouie le 7 mai après qu’un tunnel se soit effondré partiellement à la suite d’une opération militaire égyptienne. … Abu Raed a noté que l’armée égyptienne est en train d’agrandir la zone tampon longue de plus de 1,5 kilomètres. Actuellement, la contrebande du Caire à Rafah comporte le transport des marchandises des entrepôts au Caire jusqu’à des entrepôts dans le Sinaï.

 Rafah, passages, Gaza, Egypte, Israël, blocus, tunnels, contrebande, Hamas, impôts, Kerem Shalom, chômage, armée égyptienne, dangers, ouvriers, zone tampon siège, Caire, construction, risques, Au risque de sa vie (PressTV 15 juin 2015)

Selon Tariq Labad, porte-parole pour le Ministre de l’Economie nationale du Hamas : ‘Les marchandises qui passent par Karem Shalom remplissent moins d’un tiers des besoins journaliers de la population. Entre 300 à 700 camions arrivent tous les jours avec des matériaux de construction. Mais Gaza a besoin du contenu de 1'600 camions chaque jour.’

Avant l’imposition du blocus, Labad rappelle, Gaza était doté de cinq passages pour le commerce : Karni, pour des marchandises, Sufa pour le gravier et les matériaux de construction, Kerem Shalom pour le commerce, Nahel Oz pour le carburant et Rafah, aussi utilisé pour le commerce. Tous ont été fermés à l’exception de Kerem Shalom. Labad souligne :’Le passage de Kerem Shalom est relativement petit et ne peut pas répondre à tous les besoins de Gaza … l’armée israélienne a établi une liste des matériaux proscrits : de longues planches en bois, des tuyaux pour installations sanitaires et des tuyaux en fer.’ Il déclare fausses les affirmations israéliennes que ce genre de matériel pourrait servir à des fins militaires. Pour lui, ces interdits ignorent les besoins criants de la population. 

Rafah, passages, Gaza, Egypte, Israël, blocus, tunnels, contrebande, Hamas, impôts, Kerem Shalom, chômage, armée égyptienne, dangers, ouvriers, zone tampon siège, Caire, construction, risques,
Tunnel entre l’Egypte et Gaza à Rafah, 14 avril 2010 (REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa)

Malgré les risques, les gens de Gaza ont toujours besoin des tunnels. Le sort des ouvriers des tunnels va continuer d’être problématique jusqu’à ce que l’Egypte et Israël parviennent à un accord politique qui changera les conditions extrêmement difficiles à Gaza depuis le début du siège en 2007. »

 


 [CS1]

 

Les commentaires sont fermés.