17/07/2015

La vie reprend des couleurs

Une jeune journaliste égyptienne qui a l’œil pour une jolie histoire a publié l’article dont je vous soumets la traduction ici. On peut lire l’original, en anglais, sur le site d’Al Jazeera.

Gaza, Al-Zaytoun, guerre, bande de Gaza, vie, Shujahiya, Ramadan, couleurs, enfants, missaharati, traumatismes, Save the Children, occupation, créativité, conflit, Tamar, peinture, murs, artistes
Un quartier de la ville de Gaza transformé par des couleurs (Walaa Ghussein / Al Jazeera)


« Dans un quartier de la ville de Gaza, la vie est en couleurs
Par Walaa Ghussein, 15 juillet 2015, Al Jazeera

Dans un petit quartier du centre de la ville de Gaza, les résidents voient un éclair d’espoir. Avec l’aide d’une association locale, la communauté a transformé ses murs, ses maisons et ses allées avec des surfaces de couleurs. La beauté de la peinture transmet des messages positifs. Les murs du quartier d’Al-Zaytoun [les olives ndlt] des couleurs pourpres, oranges et vertes avivent les murs. On y ajoute parfois des fleurs ou des mots. 

Gaza, Al-Zaytoun, guerre, bande de Gaza, vie, Shujahiya, Ramadan, couleurs, enfants, missaharati, traumatismes, Save the Children, occupation, créativité, conflit, Tamar, peinture, murs, artistes
Une année après une guerre dévastatrice, des habitants se sont concertés pour colorier la vie de leur quartier. (Walaa Ghussein / Al Jazeera)
 

Cette initiative insolite pour une société traumatisée par la guerre a attiré l’attention de beaucoup de résidents de la bande de Gaza. Naief, 19 ans, nous parle assise au milieu des fleurs de la véranda du quartier, où des aubergines, des pastèques, des tomates et la roquette poussent dans un espace potager. ‘Il faut venir le soir pour voir les lumières et les jeux des enfants dans les rues à l’occasion du Ramadan,’ dit-elle. ‘L’ambiance est super.’ Elle continue : ‘L’an passé, c’était pénible. Nous avons vu le massacre de Shujahiya depuis nos fenêtres. Les gens veulent de la fête, de la couleur et de la joie pour remplacer ces mémoires négatives. Nous avons décidé de fêter le Ramadan autrement.’ 

Gaza, Al-Zaytoun, guerre, bande de Gaza, vie, Shujahiya, Ramadan, couleurs, enfants, missaharati, traumatismes, Save the Children, occupation, créativité, conflit, Tamar, peinture, murs, artistes
A la véranda (Walaa Ghussein / Al Jazeera)

Al-Zaytoun est le quartier le plus peuplé de toute la bande de Gaza. Ce projet a changé la vie en bien, grâce à l’initiative d’un habitant de 58 ans, Abou Abdullah. Il a peint sa maison dans des couleurs gaies au début de cette année. Ensuite, trois voisins ont fait de même. Les quatre hommes ont réussi à persuader tout le quartier à suivre leur exemple. Selon Emad Nayef, 44 ans, ils ont demandé un peu d’argent de chaque foyer pour acheter les couleurs.

Faten Al-Hattad, 24 ans et mère de quatre enfants, a décrit l’effet de la transformation sur les enfants du quartier : ‘Ils vont plus volontiers dehors pour jouer et font attention à la propreté de leurs places de jeu.’ Un autre parent, Mohammed Nayef, 30 ans, ajoute que le mois de Ramadan se prêtait parfaitement à la réalisation du projet : ‘On a pu décorer le quartier avec des lanternes du Ramadan et des petites lumières.’ Et ces jours-ci, un joueur de tabla traditionnel, le missaharati, vient tôt le matin pour réveiller les gens pour la première prière de la journée et pour jouer avec les enfants. ‘C’était triste ici avant. Nous avons changé ça,’ dit-il. Il croit que le projet aide beaucoup les enfants à dépasser les traumatismes psychologiques décrits par 90 % des parents interviewés par l’organisation Save the Children.

Gaza, Al-Zaytoun, guerre, bande de Gaza, vie, Shujahiya, Ramadan, couleurs, enfants, missaharati, traumatismes, Save the Children, occupation, créativité, conflit, Tamar, peinture, murs, artistes
Pour donner de la joie aux enfants (Walaa Ghussein / Al Jazeera)

‘Nous voulons quitter notre état dans le noir,’ dit Nayef. ‘Nous ne voulons pas une vie imposée par l’occupation [israélienne].’  Selon Abou Abdullah, participer à ce projet contribue à bâtir une communauté plus paisible. ‘Notre peuple a besoin de voir autour de lui de quoi soulager son âme au lieu des murs couverts de slogans de partis politiques en conflit les uns avec les autres. Nous voulons prouver que nous sommes un grand peuple qui aime la vie et la créativité.’  

L’Institut Tamar pour l’éducation communautaire a supporté les idées du quartier avec de la peinture, des pinceaux et d’autres matériels. Il a aussi engagé un groupe d’artistes pour aider les résidents avec la décoration des murs. Le travail était fini juste à temps pour la période du Ramadan. Dalia Abdel Rahman, coordinatrice pour le projet à l’Institut, a expliqué que l’association était déjà derrière d’autres projets similaires : les couleurs des rochers au port de Gaza et des caravanes pour la population déplacée à Khuzaa. …

Gaza, Al-Zaytoun, guerre, bande de Gaza, vie, Shujahiya, Ramadan, couleurs, enfants, missaharati, traumatismes, Save the Children, occupation, créativité, conflit, Tamar, peinture, murs, artistes
Un peu de couleur et de lumière envoient un message fort. (Walaa Ghussein / Al Jazeera)

Le 11 juillet, Tamar a entamé un nouveau projet dans un autre lieu : un amphithéâtre et un parc pour Shujahiya, où 72 personnes avaient trouvé la mort dans une pluie d’obus l’an passé. »

Les commentaires sont fermés.